Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prévalence des dysphosphorémies chez les patients admis en réanimation avec une altération de la fonction rénale - 01/01/05

Doi : 10.1016/j.annfar.2005.04.007 
L.-M. Joly a, b, , G. Troché a, P. Trouiller a, M. Boukhalil a, J.-F. Zazzo a
a Département d'anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital Antoine-Béclère, 157, rue de la porte-de-Trivaux, université Paris-Sud, 92140 Clamart, France 
b Département d'anesthésie-réanimation, hôpital Charles-Nicolle, CHU de Rouen, rue de Germont, 76031 Rouen, France 

*Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 4
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif. - Déterminer la fréquence et la nature des dysphosphorémies chez les patients admis en réanimation avec une fonction rénale altérée et rechercher les facteurs de risque associés.

Type d'étude. - Étude épidémiologique prospective.

Patients et méthodes. - La clairance de la créatinine et la phosphorémie ont été déterminées chez 134 patients consécutifs admis en réanimation durant six mois, à l'exclusion des insuffisants rénaux chroniques. Les facteurs de risques d'hypophosphorémie connus en réanimation ont été relevés.

Résultats. - Soixante-dix-neuf sur 134 patients (59 %) avaient une fonction rénale altérée (définie arbitrairement par une clairance de la créatinine inférieure à 60 ml/min). La prévalence des hypo-, normo- (0,8 à 1,2 mmol/l) ou hyperphosphorémie était respectivement de 16, 34 et 50 % chez les patients avec une fonction rénale altérée. L'hypophosphorémie était sévère (<0,5 mmol/l) chez cinq patients, dont trois avec une fonction rénale altérée. L'hyperphosphorémie était sévère (>1,8 mmol/l) chez cinq patients, qui avaient tous une fonction rénale altérée. Aucun des facteurs de risque usuels d'hyphosphorémie n'a pu être retrouvé dans cette population.

Conclusion. - Contrairement aux insuffisants rénaux chroniques, chez lesquels l'hyperphosphorémie est de règle, les patients admis en réanimation avec une altération aiguë de la fonction rénale peuvent présenter une normo-, voire une hypophosphorémie. Ces dysphosphorémies peuvent être sévères. Un dosage du phosphore est nécessaire dès l'admission.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective. - To assess the frequency of dysphosphoremia in patients admitted in intensive care unit with an impaired renal function and to determine the associated risks factors.

Study design. - Epidemiological prospective study.

Patients and methods. - The creatinine clearance and the phosphoremia were measured in 134 consecutive patients admitted in intensive care unit over a six-month period. Patients with chronic renal failure were excluded. Known risk factors for hypophosphoremia in intensive care unit were recorded.

Results. - Seventy-nine out of one hundred thirty-four patients (59%) had an impaired renal function (arbitrarily defined by a creatinine clearance<60 ml/min). The proportion of patients with impaired renal function that where hypo-, normo- (0.8 to 1.2 mmol/l) or hyperphosphoremic was 16, 34 and 50% respectively. Hypophosphoremia was severe (<0.5 mmol/l) in 5 patients, all with impaired renal function. No risk factors usually associated with hypophosphoremia could be identified.

Conclusion. - As opposed to chronic renal failure patients who are mainly hyperphosphoremic, patients admitted in intensive care unit with an impaired renal function may present with a normo-, or hypophosphoremia. These dysphosphoremias are sometimes severe. Phosphate status should be promptly determined at admission.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Insuffisance rénale aiguë, Hyperphosphorémie, Hypophosphorémie, Phosphore

Keywords : Acute renal failure, Hyperphosphoremia, Hypophosphoremia, Phosphorus


Plan


© 2005  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° 7

P. 791-794 - juillet 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Stratégie de suivi du malade : marqueurs biologiques, mesures métaboliques locales (PO2 tissulaire, microdialyse)
  • L. Puybasset, L. Beydon, H. Dufour, F. Proust, G. Audibert, A. Bonafé, J. Berré, G. Boulard, J. Gabrillargues, N. Bruder, A. de Kersaint-Gilly, P. Hans, P. Ravussin, J.-P. Lejeune, A. Ter Minassian
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation de la mise en place d'un protocole d'analgésie postopératoire par cathéter périnerveux
  • V. Compère, C. Cornet, V. Fourdrinier, A.-M. Maitre, F. Duparc, N. Biga, B. Dureuil

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.