Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

The neural basis of hallucinations and delusions - 01/01/04

Doi : 10.1016/j.crvi.2004.10.012 
Chris Frith
Wellcome Department of Imaging Neuroscience, Institute of Neurology, University College London, 12 Queen Square, London WC1N 3BG, UK 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Schizophrenia is a biologically based disorder characterised by false perceptions (hallucinations) and false beliefs (delusions). The underlying physiological cause of these mental abnormalities remains unknown. There is increasing evidence that one class of symptom, the made experiences' including delusions of alien control and thought insertion, is associated with abnormalities in the mechanism that predicts the outcome of intended actions (the forward model). For these patients active movements feel like passive movements. As a result these patients do not feel in control of their actions. However, comparison with various neurological disorders, such as those associated with parietal lobe lesions, suggest that this abnormal experience is not sufficient to explain the feeling that some other agent is controlling is oneʼs actions. Preliminary evidence suggests that patients with schizophrenia have an exaggerated sense of agency. In combination with the feeling of not being in control, this exaggerated sense of agency could explain delusions of alien control in which the patient attributes his own actions to another agent. Little is yet know about the neural basis of the predictive mechanisms that create the feeling that we are in control of our movements. Such prediction requires integration of information about intended movements generated in frontal cortex with sensory processing in posterior regions of the brain. Measures of functional connectivity suggest that long-range interactions between frontal and posterior regions are abnormally reduced in patients with schizophrenia. Further research is needed to explore the precise involvement of long-range connections in the mechanisms of forward modelling. To cite this article: C. Frith, C. R. Biologies 328 (2005).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

La schizophrénie est un désordre dʼorigine biologique, caractérisé par des perceptions fausses (hallucinations) et des croyances erronées (délires). La cause physiologique sous-jacente à ces anomalies mentales demeure inconnue. Il semble de plus en plus établi quʼune classe de symptômes, les « expériences vécues », incluant les délires de contrôle extérieur et dʼinsertion de pensée, est associée à des anomalies du mécanisme de prédiction de la survenue dʼactions intentionnelles (modèle forward). Pour ces patients, les mouvements actifs sont comme les mouvements passifs. Il en résulte quʼils ne se sentent pas en mesure de contrôler leurs actions. Toutefois, la comparaison avec divers désordres neurologiques, tels ceux associés à des lésions du lobe pariétal, suggère que cette expérience anormale ne suffit pas à expliquer le sentiment que quelque autre agent contrôle ses propres actions. Des données préliminaires indiquent que les patients souffrant de schizophrénie ont un sens exagéré de lʼaction. Combiné au sentiment de ne pouvoir se contrôler, ce sens exagéré de lʼaction pourrait expliquer les illusions de contrôle extérieur qui font que le patient attribue ses propres actions à un autre agent. On ne sait toujours que peu de choses quant à la base neurale des mécanismes prédictifs qui créent le sentiment que nous contrôlons nos mouvements. Une telle prédiction exige que les informations sur les mouvements intentionnels engendrées dans le cortex frontal soient intégrées au traitement sensoriel dans les régions postérieures du cerveau. Des mesures de connectivité fonctionnelle suggèrent que des interactions à longue distance entre les régions frontale et postérieure sont anormalement réduites chez les patients souffrant de schizophrénie. Des recherches plus approfondies seront nécessaires pour explorer lʼimplication précise de ces connections longues dans les mécanismes de modélisation forward. Pour citer cet article : C. Frith, C. R. Biologies 328 (2005).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Schizophrenia, Delusions, Hallucinations, Connectivity, Forward models, Prediction

Mots-clés : Schizophrénie, Délires, Hallucinations, Connectivité, Modèles forward, Prédiction


Plan


© 2004  Académie des sciences. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 328 - N° 2

P. 169-175 - février 2005 Retour au numéro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.