Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Lithiases salivaires - 01/01/06

[22-057-A-15]  - Doi : 10.1016/S1283-0852(06)41607-4 
C. Chossegros a, , L. Guyot b, G. Alessi a
a Clinique de stomatologie et de chirurgie maxillofaciale (professeur J.-L. Blanc), centre hospitalier universitaire Timone, 13385 Marseille cedex 5, France 
b Service de chirurgie maxillofaciale, stomatologie et plastique de la face, (professeur R. Gola), hôpital Nord, Chemin des Bourrelys, 13015 Marseille, France 

*Auteur correspondant.
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Chirurgie orale et maxillo-faciale
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

La présence de calcul au sein des canaux salivaires définit la lithiase. Il s'agit d'une pathologie fréquente puisqu'elle toucherait plus de 1 % de la population. Les lithiases des glandes submandibulaires sont les plus fréquentes, essentiellement pour des facteurs anatomiques et rhéologiques. Les lithiases des glandes parotides sont moins fréquentes mais probablement moins qu'il ne l'a été écrit. Le maître symptôme de la lithiase est le syndrome de rétention salivaire qui associe des gonflements et des douleurs de la glande salivaire concernée, ces épisodes apparaissant en début de repas. Les complications infectieuses des lithiases peuvent se faire au sein du canal salivaire (sialodochite), autour du canal salivaire (périsialodochite) ou en amont du canal salivaire (sialadénite). Le bilan paraclinique est indispensable pour mettre en évidence le calcul, signant ainsi le diagnostic. Il comprend les clichés sans préparation, l'échographie, le scanner. La sialographie et la sialoscopie sont moins fréquemment prescrites. Ce bilan paraclinique est utile pour confirmer le diagnostic de lithiase et pour éliminer les autres diagnostics, syndrome de rétention salivaire sans lithiase, ou calcification salivaire sans syndrome rétentionnel. La thérapeutique consiste le plus souvent en l'exérèse du calcul. Cette exérèse se fera de différentes façons selon la topographie et la taille du calcul, la glande salivaire concernée, le matériel dont dispose le chirurgien mais aussi, bien sûr, selon le patient. Les résultats des nouvelles thérapeutiques que sont la sialoscopie et la lithotripsie extracorporelle sont encourageants, en permettant d'obtenir une guérison fréquente et une morbidité moindre qu'avec les thérapeutiques usuelles, exérèse de la glande notamment.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Glandes salivaires, Lithiases, Endoscopie, Lithotripsie

Plan


© 2006  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.