Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude de la valeur diagnostique des anticorps antipérinucléaires et antikératine (aussi appelés antifilaggrine) pour distinguer la polyarthrite rhumatoïde débutante de la pseudopolyarthrite rhizomélique - 01/01/01

Valérie  Devauchelle-Pensec 1 ,  Alain  Saraux 1 * ,  Pierre  Youinou 2 ,  Paul  Le Goff 1 *Correspondance et tirés à part

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs. Déterminer la prévalence et la signification des anticorps antipérinucléaires (APN) et antikératine (AKA), dans un groupe de patients atteints de pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR) et/ou de maladie de Horton (MH), et évaluer leur utilité pour distinguer la polyarthrite rhumatoïde (PR) débutante, de la PPR en pratique clinique. Patients et méthode. Quatre-vingt patients ayant une PPR et/ou MH ont été comparés à 44 patients âgés de plus de 50 ans, admis durant la même période pour le diagnostic de PR. Tous les patients ont eu un examen clinique et paraclinique standardisé et ont été suivis deux ans. Résultats. Quatorze patients (17,5 %) du groupe PPR et/ou MH avaient des APN à un taux ≥ 1/80 mais seuls six (7,5 %) avaient un taux > 1/80. Il n'y avait aucune différence significative entre les groupes de patients avec et sans APN. Nous n'avons jamais retrouvé d'AKA chez ces patients. Les APN et les AKA avaient une moins bonne valeur diagnostique que les facteurs rhumatoïdes (sensibilité = 60 %, spécificité = 91 %, efficience = 77 %) pour le diagnostic de PR contre PPR mais la combinaison des FR et des APN augmentait la spécificité (96 %) du test. Conclusion. La prévalence des APN à un taux ≥ 1/80 est élevée dans la PPR et/ou MH mais n'excède pas 7,5 % à un taux > 1/80 et ne détermine pas de sous-groupe de patient particulier. Nous n'avons jamais retrouvé d'AKA chez ces patients. Les facteurs rhumatoïdes sont les plus performants pour le diagnostic de PR du sujet âgé mais leur association avec les APN augmente la spécificité.

Mots clés  : anticorps antifilaggrine ; antipérinucléaire et antikératine ; maladie de Horton ; polyarthrite rhumatoïde ; pseudopolyarthrite rhizomélique.

Abstract

Objectives. To determine the prevalence and meaning of the antiperinuclear factor (APF) and antikeratin antibodies (AKA) in a group of patients with polymyalgia rheumatica (PMR) and/or giant cell arteritis (GCA) and to evaluate the usefulness of APF and AKA in distinguishing early rheumatoid arthritis (RA) from PMR/GCA in everyday clinical practice. Methods. Eighty patients with PMR and/or GCA were compared with 44 patients older than 50 years and admitted during the same period for evaluation of a possible diagnosis of RA. All the patients underwent a standardized evaluation including a physical examination and diagnostic investigations. Follow-up was 2 years. Results. Fourteen (17.5%) patients in the PMR/GCA group had APF in titers = 1/80, but only six (7.5%) had titers > 1/80. No significant differences were found between the subgroups with and without APF. None of these patients had detectable AKA. As compared to rheumatoid factors (RF), APF and AKA showed poorer performances (sensitivity, 60%; specificity, 91%; efficiency, 77%) for diagnosing RA versus PMR/GCA. Combining RF and APF resulted in increased specificity (96%). Conclusions. The prevalence of APF in titers = 1/80 was high in PMR/GCA, but few patients (7.5%) had titers > 1/80. Presence of APF was not associated with specific features. All these patients were negative for AKA. RF has the best performance characteristics for diagnosing RA in older patients; RF combined with APF was more specific than RF alone.

Mots clés  : antifilaggrin antibodies ; antikeratin antibodies ; antiperinuclear factor ; giant cell arteritis ; polymyalgia rheumatica ; rheumatoid arthritis.

Plan



© 2001  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 68 - N° 7

P. 595-600 - juillet 2001 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Microarchitecture et résistance mécanique osseuse
  • Bernard Cortet, Xavier Marchandise
| Article suivant Article suivant
  • Relations entre les enzymes anti-oxydantes plasmatiques et érythrocytaires et la peroxydation des lipides chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde
  • Ömer Akyol, Nuran Iscedil;çi, Ismail Temel, Salih Özgöçmen, Efkan Uz, Mustafa Murat, Süleyman Büyükberber

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.