Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Exclusion de la région p21 du chromosome 1 dans une variante phénotypique d'ostéopétrose autosomique dominante de type II (ADO II) - 01/01/01

Olivier  Bénichou 1 * ,  Els  Van Hul 1 ,  Wim  Van Hul 2 ,  Marie-Chrisine  de Vernejoul 1 *Correspondance et tirés à part

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif. Décrire une variante légère d'ostéopétrose autosomique dominante de type II (ADO II) au sein d'une famille comportant neuf sujets atteints. Méthodes. Description clinique et radiologique. Les résultats ont été comparés à ceux obtenus précédemment dans une série de 42 patients (23 familles) atteints d'ADO II classique. Cette nouvelle famille a été haplotypée avec des marqueurs de la région chromosomique 1p21 qui a été identifiée comme locus potentiel dans une des cinq familles d'ADO II testées à ce jour. Résultats. Les manifestations radiologiques étaient un épaississement isolé des plateaux vertébraux (« vertèbre sandwich », 22 contre 6 % dans l'ADO II), un aspect d' « os dans l'os » isolé (22 contre 0 % dans l'ADO II), ou les deux signes associés (33 contre 94 %), ou enfin une densité minérale osseuse très élevée (densité minérale osseuse DMO , Z-score fémoral ou lombaire > + 4 ET) sans ostéosclérose segmentaire (22 contre 0 % dans l'ADO II). Seulement 0,67 fractures par patient ont été observées (3,3 dans l'ADO II), le plus souvent après traumatisme significatif. Onze des sujets de cette famille avaient un diabète non insulinodépendant, sans coségrégation évidente avec le phénotype ostéopétrotique. La pénétrance radiologique a été estimée à 47 %, la pénétrance densitométrique à 73 %. L'analyse de liaison a exclu la région 1p21 dans cette famille. Conclusion. En l'absence d'autre diagnostic convaincant, le phénotype osseux des neuf sujets décrits dans cet article est probablement une forme légère d'ADO II à expressivité radiologique variable. Toutefois, aucun diagnostic définitif ne sera porté tant que le(s) gène(s) muté(s) n'aura(ont) pas été identifié(s).

Mots clés  : analyse de liaison ; génétique ; os ; ostéopétrose ; ostéosclérose.

Abstract

Purpose. To describe a large family including nine subjects with a mild phenotypic variant of type II autosomal dominant osteopetrosis (ADO II). Methods. Clinical and radiological description. Results are compared to those previously obtained in 42 patients (23 families) with classical ADO II. The present family was haplotyped with five markers from the chromosomal 1p21 region, which was previously shown to be linked to ADO II in one out of five tested families. Results. Radiological manifestations included isolated vertebral endplate thickening (22% vs 6% in ADO II), or isolated bone in bone' sign (22% vs 0% in ADO II), or both (33% vs 94% in ADO II), or a high bone density without segmentary osteosclerosis (lumbar or femoral Z-score above +4 SD) (22% vs 0% in ADO II). Radiographic penetration was estimated to be 47% (90% in ADO II). Fractures were rare (0.67 vs 3.3/patient in ADO II) and occurred after significant trauma. Non-insulin-dependent diabetes occurred in 11 family members, without obvious co-segregation with osteopetrosis. Linkage analysis excluded the mutated gene in this family from being located in the chromosomal 1p21 region. Conclusion. In the absence of a clear alternative diagnosis, the nine subjects reported here most likely have a mild form of ADO II, with a variable radiological expression. No definite evidence for this hypothesis can be provided until ADO II mutation(s) have been identified.

Mots clés  : bone ; genetics ; linkage ; osteopetrosis ; sclerosis.

Plan



© 2001  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 68 - N° 7

P. 618-625 - juillet 2001 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Activité métabolique du ligament croisé antérieur humain rompu. Évaluation de l'expression des ARNm des procollagènes chez 29 patients
  • Naoshi Fukui, Yozo Katsuragawa, Akira Kawakami, Hiroya Sakai, Hiromi Oda, Kozo Nakamura
| Article suivant Article suivant
  • Imagerie par résonance magnétique nucléaire et myélome multiple : description des lésions et intérêt pronostique
  • Christine Moineuse, Muriel Kany, Denise Fourcade, Richard Aziza, Michel Attal, Bernard Mazières, Michel Laroche

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.