S'abonner

Complications vasculaires majeures de la coelioscopie gynécologique - 01/01/00

C.  Chapron 123 ,  F.  Pierre 24 ,  D.  Querleu 25 ,  J.B.  Dubuisson 13 Correspondance et tirés à part

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs - Préciser les circonstances de survenue, les modalités diagnostiques, les facteurs de risque et les moyens de prévention des complications vasculaires majeures (CMV) lors de la coelioscopie en gynécologie.

Étude - Étude rétrospective de 24 dossiers de patientes présentant une CVM lors d'une coeliochirurgie gynécologique.

Résultats - Les dossiers de 24 patientes présentant 31 CVM ont été analysés. L'âge moyen des patientes était de 32,8 ± 10,6 ans et le body mass index moyen était de 22,4 ± 4,0 kg/m2. Les trois-quarts des accidents sont survenus lors de la phase d'installation de la coelioscopie (19 cas ; 79,2 %). Dans cinq cas (20,8 %) l'accident s'est produit pendant l'acte coeliochirurgical. Quinze des complications survenant lors de la phase d'installation sont secondaires à l'insertion du trocar ombilical et quatre à celle de l'aiguille utilisée pour créer le pneumopéritoine. Au moins six des CVM secondaires à l'insertion du trocart ombilical ont été observées avec des trocarts à usage unique. Dans tous les cas le diagnostic a été fait pendant l'intervention. Cinq patientes (20,58) sont décédées et trois autres (12,5 %) ont présenté une complication grave (phlébite (un cas), ischémie (deux cas) dont une nécessitant une réintervention).

Conclusion - Les CVM sont des complications rares mais graves de la coeliochirurgie. La prévention de ces accidents repose sur l'expérience du chirurgien et le strict respect des règles de sécurité. Elle impose dans la très grande majorité des cas une conversion immédiate en laparotomie et l'appel d'un chirurgien vasculaire.

Mots clés  : coeliochirurgie gynécologique ; complication ; complications vasculaires majeures.

Abstract

Objective - To specify the circumstances of occurence, the means of diagnosis, the risk factors and the means of prevention for major vascular injuries (MVI) during gynecologic laparoscopic procedure.

Study design - Retrospective case review study of 24 patients.

Results - Twenty-four patients with 31 MVI were identified. The average age of the patients was 32.8 ± 10.6 years and the mean body index mass was 22.4 ± 4.0 kg/m2. Three of four of the MVI occurred during the setting-up phase of laparoscopy (19 cases ; 79.2 %). In five cases (20.8 %) MVI occurred during the laparoscopic surgical procedure. Fifteen of the MVI occuring during the set up phase were secondary to insertion of the umbilical trocar and four to insertion of the needle used to create the pneumoperitoneum. A minimum of six MVI secondary to insertion of the umbilical trocar were observed with disposable trocars. In every case diagnosis was performed during the laparoscopic procedure. Five patients (20.8 %) died and three others (12.5 %) presented serious complications (phlebitis (one case) ; ischemia (two cases) with a reoperation for one patient).

Conclusion - MVI are rare but serious complications of gynecologic laparoscopy. Prevention relies on the surgeon's experience and strict respect of the safety rules. In the vast majority of cases, it is necessary to convert to laparotomy immediatly, calling in a vascular surgeon.

Mots clés  : complications ; gynecologic laparoscopy ; major vascular injuries.

Plan



© 2000  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 12

P. 880-887 - décembre 2000 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation du risque thromboembolique avant stimulation ovarienne : quel bilan ? Quelle prévention ?
  • E. Verdy
| Article suivant Article suivant
  • Lésions infracliniques mammaires : corrélations radio-pathologiques sur les pièces d'exérèse chirurgicale. Intérêt pour le choix des techniques d'exérèse a minima
  • J. Chopier, M. Antoine, C. Duffaut, M. Bazot, T. Annani, O. Kadoch, J.M. Bigot, S. Uzan

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.