Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Demande d'analgésie périmédullaire par les patientes et les équipes obstétricales dans quatre régions françaises. Partie II : réalisation des analgésies périmédullaires - 01/01/06

Doi : 10.1016/j.annfar.2006.01.010 
M. Palot a, , F. Leymarie b, D.-H. Jolly b, H. Visseaux a, C. Botmans-Daigremont a, A. Mariscal-Causse a
a Département d'anesthésie-réanimation, hôpital Maison-Blanche, CHU de Reims, 45, rue Cognacq-Jay, 51092 Reims cedex, France 
b Département d'informatique médicale, hôpital Maison-Blanche, CHU de Reims, 45, rue Cognacq-Jay, 51092 Reims cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Travail présenté au 43e Congrès national d'anesthésie et de réanimation PHRC national

Résumé

Type d'étude. - Enquête épidémiologique transversale prévue dans toutes les maternités de quatre régions françaises.

Patientes et méthodes. - Quarante-huit des 84 maternités ont participé à l'enquête. Par établissement répondeur, 25 patientes remplissaient un questionnaire anonyme, l'équipe renseignait les caractéristiques de l'établissement. Étaient étudiés le taux d'analgésies péridurales (APD) réalisées, la proposition d'APD par la sage-femme, le pourcentage d'adéquation (rapport entre le nombre d'APD demandées par les femmes et le nombre d'APD réalisées). Les tests statistiques utilisés étaient le test t de Student, le test du χ2 et la régression logistique. Seuil de signification 5 %.

Résultats. - Le taux d'APD était de 61,6 %. Le taux était significativement plus élevé dans les CHU (79±13,7 %) et les établissements privés-PSPH (73,1±20,4 %) que dans les CHG (54,6±19,6 %, p<0,01). Il était également plus élevé dans les établissements où il existait un ou plusieurs MAR dédiés à la maternité (71,3±17,8 vs 54,6±22,1 %, p<0,01) et dans les établissements où la garde d'anesthésie était prise sur place (69,8±21,4 vs 56,1±19 %, p<0,02). La demande des femmes en salle de travail était la principale raison de la réalisation (OR=11,8) suivie par la demande de la sage-femme (OR=9,01). Le pourcentage d'adéquation (demande d'APD en salle de travail/nombre d'APD réalisées) était plus élevé dans les CHU (100,3±13 %) et les établissements privés-PSPH (92,2±15,7 %) que dans les CHG (79,4±17,3 %, p<0,02). Pour expliquer la non-réalisation d'une APD, étaient trouvés le travail jugé trop rapide (122/167), puis des motifs organisationnels anesthésiques (59/167). Les contre-indications médicales étaient peu fréquentes (14/167).

Conclusion. - Pour répondre correctement à la demande, il serait souhaitable qu'un ou plusieurs MAR soient dédiés à la maternité et que la garde d'anesthésie soit prise sur place, ce qui rend problématique l'existence de très petites maternités pauvres en personnel anesthésique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective. - Epidural analgesia (EA) is widely used in France to treat the labour pain. The aim of this study was to evaluate and analyse the rate of EA and the ratio between EA required by parturients and total EA realised (performance ratio).

Study design. - An epidemiological survey was sent in all maternity units of 4 French areas.

Patients and methods. - 48 of the 84 maternity units were participating to the study. In each centre, 25 patients fulfilled the questionnaire and the medical team fulfilled a questionnaire about the organisation of the ward. Rate of EA and performance ratio were calculated. Student t test, χ2 test and logistic regression model were used as requested; p<0.05 was considered as significant.

Results. - The mean rate of epidural analgesia (EA) rate, in the French areas studied, was 61.6%. It was significantly higher in university (79±13.7%) and private hospital (73.1±20.4%) than in general hospitals (54.6±19.6%, p<0.01), and also in those where anaesthesiologists are dedicated to the maternity unit (71.3±17.8 vs 54.6±22.1%, p<0.01) and in hospitals where anaesthesiologists were on duty in the hospital versus on call at home (69.8±21.4 vs 56.1±19%, p<0.02). Median duration of EA was 180 minutes, and 21.3% of them lasted more than five hours. Most of EA was performed between 8 AM and 6 PM. Patients' request was the major reason of EA insertion (OR=11.81), then the midwife request (OR=9.01). Other significant factors were the type of the hospital, the anaesthesiologist on duty and parity of women. The ratio between the number of EA requested by parturients and the total number of EA performed was significantly better in university hospitals (100.3±13%) and private hospitals (92.2±15.7%) than in general hospitals (79.4±17.3%, p<0.02). For the patients who had requested EA and did not have EA, the main reason was that labour was too fast (122/167) and then that there was a fail in anaesthesiologic organization (59/167). The contraindications were rare (14/167).

Conclusion. - To correctly answer to the request of EA, it seems necessary that one or more anaesthesiologists were dedicated to the maternity units, and that they were on duty into the hospital. So it seems important to have large maternities with adequate number of anaesthesiologists.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Analgésie péridurale, Obstétrique

Keywords : Labour epidural analgesia, Obstetrics


Plan


© 2006  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 25 - N° 6

P. 569-576 - juin 2006 Retour au numéro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.