Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Description de la flore bactérienne responsable des bactériuries symptomatiques en unité de soins de longue durée : étude prospective au CHRU de Strasbourg - 01/01/06

Doi : 10.1016/j.medmal.2005.12.010 
P.-O. Lang a, , F. Jehl b, M. Berthel a, G. Kaltenbach a
a Service de médecine interne gériatrique, pole de gériatrie, CHRU de Strasbourg, hôpital de la Robertsau, 83, rue Himmerich, 67091 Strasbourg cedex, France 
b Institut de bactériologie, CHRU de Strasbourg, 3 rue, Koeberlé, 67000 Strasbourg France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectifs

Estimer l'incidence des bactériuries symptomatiques et du niveau de résistance des bactéries identifiées en unité de soins de longue durée (USLD).

Méthodes

Recueil prospectif, sur une période de neuf mois, des bactériuries symptomatiques dans les deux USLD du CHRU de Strasbourg (196 lits).

Résultats

Cent onze bactériuries ont été recensées. Elles concernaient 67 des 274 patients hébergés durant la période d'étude (incidence cumulée : 2,07/1000 patients-jour). Dans 85 % des cas, un bacille à Gram négatif a été identifié. Escherichia coli a été incriminée dans 40 % des bactériuries. Le taux de résistance aux aminopénicillines (Amx-R) était de 60 % et 53 % pour l'association amoxicilline-acide clavulanique (AmC-R). Les céphalosporines de troisième génération (C3G) restaient efficaces dans 90 % des cas et les fluoroquinolones (Fq) dans 65 %. Quatre germes producteurs d'une β-lactamase à spectre élargi ont été isolés (0,04 %) ; trois étaient des Enterobacter aerogenes. Aucune infection à levure n'a été diagnostiquée. Les souches d'E. coli étaient à 65 % Amx-R et 42 % AmC-R. Pour les souches Fq-R (15 %), 50 % étaient résistantes au cotrimoxazole (Stx-R) et 70 % Amx-R ; les C3G gardant une efficacité équivalente aux souches Fq-S (82 %).

Conclusion

En USLD, les bactéries multirésistantes restent rares et les C3G apparaissent comme les molécules de choix en première intention. Néanmoins, l'augmentation des taux de souches Fq-R (15 vs 8 %) implique de rester attentif au respect des bonnes pratiques de l'antibiothérapie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective

The authors had for aim to assess, the incidence of symptomatic bacteriuria and the level of antibiotic resistance in bacteria identified in long-term care facilities (LTC).

Design

Symptomatic bacteriuria cases were prospectively collected, during 9 months in the two LTC of the Strasbourg French Teaching Hospital (196 beds).

Results

One hundred and eleven bacteriuria cases were included. They concerned 67 of the 274 residents (cumulative incidence: 2.07/1,000 patients-day). A gram-negative bacillus was identified in 85% of the symptomatic bacteriuria cases, and Escherichia coli in 40%. Sixty percent of the identified bacterial strain was resistant to amoxicillin (Amx-R) and 42% to the clavulanic acid combination (AmC-R). Third generation cephalosporins (3GC) were effective in 90% of Urinary tract infections (UTIs) and fluoroquinolones in 65% (Fq). Four bacterias with broad β-lactamase spectrum were identified (0.04%) including 3 Enterobacter aerogenes. No yeast infection was diagnosed. E. coli strains were 65% Amx-R and 50% AmC-R. Concerning the Fq-R strains (15%), 50% were cotrimoxazole resistant (Stx-R) and 70% Amx-R; 3GC remained effective (82%).

Conclusion

In LTC, multi-drug resistance bacteria are rare and 3GCs seem to be the best first line treatment. Nevertheless, Fq-R is increasing (15 vs 8%), and attention must be paid to the antibiotic therapy used.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Bactériurie, USLD, Antibiothérapie

Keywords : Bacteriuria, Long-term facilities, Antibiotic therapy


Plan


© 2006  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 5

P. 280-284 - mai 2006 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Caractéristiques des patients nouvellement pris en charge pour une infection VIH dans un CHU parisien en 2002-2003
  • L. Fonquernie, R. Dray-Spira, E. Bamogo, F. Lert, P.-M. Girard
| Article suivant Article suivant
  • La blastomycose cutanée : trois cas
  • L. Ferchichi, A. Mekni, K. Bellil, S. Haouet, A. Zeddini, S. Bellil, N. Kchir, F. Cherif, A. Ben Osman, M. Zitouna

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.