Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Conisations non in sano : quelle attitude adopter ? - 01/01/00

F.  Bretelle 1 ,  L.  Cravello 1 ,  L.  Yang 2 ,  D.  Benmoura 1 ,  V.  Roger 1 ,  B.  Blanc 1 Correspondance et tirés à part.

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif : Évaluer l'attitude thérapeutique à adopter en cas de limites d'exérèse non saines sur une pièce de conisation.

Patientes et méthodes : Cette étude rétrospective unicentrique a porté sur 220 conisations effectuées du 1er janvier 1996 au 30 juin 1998. Les résultats des 70 conisations (31,8 %) dont les limites d'exérèse étaient non in sano ont été analysés. Il y avait 32 conisations chirurgicales (âge moyen : 43 ans) et 38 conisations à l'anse diathermique (âge moyen : 33 ans).

Résultats : La hauteur moyenne de la conisation chirurgicale était de 15,94 mm et de la conisation à l'anse de 10,08 mm. Quinze patientes ont été exclues (cinq en raison d'un cancer invasif et dix perdues de vue). L'étude a porté sur 55 patientes ayant un recul moyen de 12 mois. Six ont eu une hystérectomie en raison d'une micro-invasion sur la pièce ou de leur âge avancé. Onze ont eu une seconde conisation (deux fois suivie d'une hystérectomie). Les 38 autres patientes ont eu une simple surveillance par frottis et colposcopie. Le taux réel de lésion résiduelle (cervical intra-epithelial neoplasia : CIN 3) après conisation non in sano a été de 14,5 % (n = 8).

Conclusion : En cas de conisation non in sano, l'existence de lésions résiduelles persistantes est loin d'être systématique. Le frottis et la colposcopie (avec ou sans biopsie) sont en général suffisants pour rechercher ces lésions et poser l'indication d'une seconde conisation. Lorsque la patiente n'est plus en âge de procréer, la sagesse impose toutefois la réalisation d'une reprise chirurgicale systématique.

Mots clés  : biopsie ; colposcopie ; conisation ; dysplasie ; frottis cervicovaginal ; limites non in sano.

Abstract

Objective: To define recommended treatment in cases of positive margins on cone biopsy specimens.

Patients and methods: This single-center retrospective study concerned 220 conizations performed between January 1996 and June 1998. The results of 70 conizations (31.8%) with positive margins were analysed. There were 32 cold knife conizations (mean age: 43 years) and 38 conizations by the loop electrosurgical excision procedure (mean age: 33 years).

Results: Mean depth of conization was 15.94 mm for cold knife conization and 10.08 mm for loop electrosurgical conization. Fifteen patients were excluded (5 with invasive cancer and 10 were lost to follow-up). This study included 55 patients with a mean 12-month follow-up. Six underwent hysterectomy for mini-invasion on the specimen or advanced age. Eleven underwent a second conization (followed by hysterectomy in 2 cases). The other 38 patients were submitted to simple surveillance with cervico-vaginal cytology and colposcopic examination. The rate of residual lesions (cervical intra-epithelial neoplasia: CIN 3) after conization with positive margin was 14.5% (n = 8).

Conclusion: Residual persistent dysplasia is not present in all patients after conization with positive margins. Cytology and colposcopy allow detection of dysplasia, indicating the need for a second conization. In women with no desire for further pregnancy, systematic repeat surgery must be recommended.

Mots clés  : biopsy ; cervico-vaginal cytology ; colposcopy ; conization ; dysplasia ; positive margins.

Plan



© 2000  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 125 - N° 5

P. 444-449 - juin 2000 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Anastomose manuelle intracorporelle sous vidéolaparoscopie au cours de la chirurgie colorectale
  • S. Msika, A. Iannelli, A. Marano, G. Zeitoun, G. Deroide, R. Kianmanesh, Y. Flamant, J.M. Hay
| Article suivant Article suivant
  • Les pontages périmalléolaires dans les sauvetages de membre.Résultats tardifs
  • I. Farah, S. Pénillon, C. Sessa, J.L. Bosson, M. Martin, B. Chichignoud, J.L. Magne, H. Guidicelli

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.