Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ranélate de strontium (Protelos®) : effets indésirables rapportés en France - 31/08/11

Adverse drug reactions of ranélate de strontium (Protelos®) in France

Doi : 10.1016/j.lpm.2011.07.010 
Annie-Pierre Jonville-Bera 1, Elisabeth Autret-Leca 1, 2,
1 CHRU de Tours, service de pharmacologie clinique, centre régional de pharmacovigilance et d’information sur le médicament, 37044 Tours, France 
2 Université François-Rabelais de Tours, service de pharmacologie clinique, centre régional de pharmacovigilance et d’information sur le médicament, 37032 Tours, France 

Elisabeth Autret-Leca, CHRU de Tours, centre régional de pharmacovigilance et d’information sur le médicament, service de pharmacologie clinique, 2, boulevard Tonnellé, 37044 Tours cedex 9, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mercredi 31 août 2011
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Summary

Objective

Study of side effects (SE) associated with strontium ranelate required by the French Drug agency (Afssaps).

Method

SE associated with strontium ranelate and spontaneously reported until March 2009 to the manufacturer or to the French Regional Pharmacovigilance Centers and the periodic safety reports have been analyzed. Utilisation and sales data have been obtained from the manufacturer.

Results

During the 3years of the study, 844 SE have been reported in France in patients treated with strontium ranelate. The 199 severe SE are cardiovascular (52%), cutaneous (26%), hepatodigestive (6%), neurological (5%), haematological (3%), osteomuscular (3%) and various (3%). Venous thromboembolic events (VTEE) are the most frequent cardiovascular SE (93/104) with an incidence of 1/31,052months of treatment. At least one VTEE risk factor is present in 26 (28%) patients. DRESS syndrom which median delay of advent is 35days is the most frequent cutaneous SE (19/51 SE) with an incidence of 1/13,725months of treatment. The 14 severe hepatodigestive SE are hepatitis (n=5), pancreatitis (n=2) and various others SE (n=7). The 10 severe neurological SE are confusion/amnesia (n=5), convulsions (n=4) and parenthesis (n=1). The seven severe haematological SE are pancytopenia (n=5), erythroblastopenia (n=1) and thrombocytopenic purpura (n=1). Among the seven deaths, only three (two pulmonary embolisms, one DRESS syndrom) are attributable to strontium ranelate. Apart from the severe SE, 685 SE have also been reported because strontium ranelate was the only drug with an imputability “suspect”.

Discussion

Anti-fractural effect of strontium ranelate is at least as equal as those of bisphosphonates. Its usual SE are benign but two severe risks of strontium ranelate i.e. VTEE and DRESS syndrom are confirmed. The profile of tolerability, different from the one of bisphosphonates makes strontium ranelate as an alternative when bisphosphonates are not recommended or contraindicated (renal insufficiency for example).

Conclusion

If DRESS syndrom is unpredictable, the one of VTEE could be reduced by a strontium ranelate contraindication for patients with a history of VTEE and by stopping the drug if a new VTEE risk situation happens.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

Bilan des effets indésirables (EI) du ranélate de strontium demandé par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

Méthode

Les EI associés au ranélate de strontium et spontanément déclarés jusqu’au 31 mars 2009 soit au fabricant, soit aux centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) ainsi que les rapports périodiques de sécurité ont été analysés. Les données d’utilisation et les chiffres de ventes ont été fournis par la firme.

Résultats

En trois ans, 884 EI ont été notifiés en France chez des patients traités par ranélate de strontium. Les 199 EI graves sont cardiovasculaires (52 %), cutanés (26 %), hépatodigestifs (6 %), neurologiques (5 %), hématologiques (3 %), ostéomusculaires (3 %) et divers (3 %). Les accidents thromboemboliques veineux (ATEV) sont l’essentiel des EI cardiovasculaires (93/104) avec une incidence à 1/31052 mois de traitement. Au moins un facteur de risque de thrombose veineuse est noté chez 26 (28 %) patients. Les DRESS dont le délai médian de survenue est de 35jours font l’essentiel des EI cutanés (19/51 EI) avec une incidence à 1/13725 patients. Les 14 EI hépatodigestifs graves sont une atteinte hépatique (n=5), une pancréatite (n=2) et des EI divers (n=7). Les dix EI neurologiques graves sont confusion/amnésie (cinq fois), convulsions (quatre fois) et paresthésies (une fois). Les sept EI hématologiques graves sont une pancytopénie (n=5), une érythroblastopénie (n=1) et un purpura thrombopénique (n=1). Sur sept décès, seuls trois (deux embolies pulmonaires, un DRESS) sont attribuables au ranélate de strontium. En dehors de ces EI graves, 685 EI non graves mais pour lesquels le ranélate de strontium est le seul médicament suspect ont également été notifiés.

Discussion

L’efficacité antifracturaire du ranélate de strontium est au moins égale à celle de bisphosphonates. Ses EI fréquents sont généralement peu graves. Cependant, les risques graves d’ATEV et de DRESS sont confirmés. Le profil de tolérance différent de celui des bisphosphonates fait du ranélate de strontium une alternative lorsque les bisphosphonates ne sont pas recommandés ou contre-indiqués (insuffisance rénale).

Conclusion

Si le DRESS est imprévisible, celui d’ATEV pourrait être limité par une contre-indication en cas d’antécédent d’ATEV et d’arrêt du médicament en cas de situation à risque.

Ce qui est connu

Risque d’ATEV identifié dès les essais cliniques.
Risque de DRESS identifié précocement après mise sur le marché.

Ce qu’apporte l’article

Effets indésirables les plus fréquents (digestifs et cutanés) sont peu graves.
Risque d’ATEV et de DRESS.
Incidence des ATEV : 1/31052 mois de traitement.
Facteur de risque chez un tiers des patients ayant un ATEV : proposition de contre-indication en cas d’antécédent d’ATEV.
Incidence du DRESS 1/13 725 patients.
Suivi particulier des pancytopénies, atteintes hépatiques et des toxidermies.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2011  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.