Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Résection segmentaire de la veine cave inférieure pour envahissement tumoral, sans rétablissement de la continuité - 01/01/01

J.C.  Lifante,  O.  Glehen,  P.  Peyrat,  P.  Paparel,  Y.  Francois,  F.N.  Gilly,  J.  VignalCorrespondance et tirés à part

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de l'étude : L'exérèse carcinologique des tumeurs rétropéritonéales nécessite parfois l'exérèse d'un segment de veine cave inférieure envahi. Le but de cette étude rétrospective était de rechercher si la reconstruction de l'axe cave inférieur était nécessaire, et apportait un avantage.

Patients et méthodes : Cette étude unicentrique étalée sur 20 ans a porté sur quatre patients ayant eu une résection segmentaire de la veine cave inférieure envahie par une tumeur rétropéritonéale, sans reconstruction cave. Il s'agissait d'un cancer du rein, d'un phréochromocytome malin, d'un histofibrome malin et d'un carcinome indifférencié rétropéritonéaux. La résection cave a siégé dans trois cas au niveau du confluent rénal, accompagnée d'une néphrectomie droite et dans un cas au-dessus du confluent rénal, au niveau de sa portion rétro-hépatique.

Résultats : Dans les suites opératoires, il y a eu seulement une insuffisance rénale très passagère dans un cas. Un patient a développé une thrombose veineuse profonde du membre inférieur droit trois mois après l'opération et une autre 30 mois après l'opération. Un patient est décédé de récidive cancéreuse au 19e mois. Trois patients étaient en vie sous traitement anticoagulant avec 2, 6, et 15 ans de recul, sans séquelle.

Conclusion : La reconstruction prothétique actuellement réalisable pour remplacer un segment de veine cave expose au risque de thrombose et de sepsis et ne semble justifiée que dans les cas où la circulation veineuse de suppléance est insuffisante. Dans les cas d'envahissement cave par une tumeur de voisinage, la réduction progressive du flux cave entraîne habituellement le développement d'une circulation veineuse de suppléance, ce qui rend inutile la reconstruction de la veine cave inférieure après résection partielle.

Mots clés  : circulation de suppléance ; reconstruction vasculaire ; tumeurs rétropéritonéales ; veine cave inférieure.

Abstract

Study aim: Oncological complete surgery of retroperitoneal tumours may require segmental resection of part of the invaded inferior vena cava. The aim of this retrospective study was to assess whether reconstruction of the inferior vena cava is necessary and presents any advantage.

Patients and methods: This study included four patients who underwent partial resection of the inferior vena cava invaded by a retroperitoneal tumour, without reconstruction. Tumours were one renal cancer, one malignant phaeochromocytoma, one malignant retroperitoneal histiofibroma and one undifferentiated retroperitoneal carcinoma. The resection was located at the level of the renal confluence, associated with right nephrectomy, in 3 patients, and above this confluence, at the level of the retrohepatic inferior vena cava in 1 patient.

Results: Only one case of transient acute renal failure was observed during the postoperative course. One patient developed right deep vein thrombosis after three months and another one after 30 months. One patient died from cancer recurrence after 19 months. The other 3 patients were alive with anticoagulant therapy and without sequelae after 3, 6 and 15 years.

Mots clés  : inferior vena cava ; replacement venous circulation ; retroperitoneal tumour ; vascular reconstruction.

Plan



© 2001  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 126 - N° 1

P. 46-50 - février 2001 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Diverticule de Zenker : diverticulopexie contre diverticulectomie
  • J. Leporrier, E. Salamé, M. Gignoux, P. Ségol
| Article suivant Article suivant
  • Gastroplastie laparoscopique pour obésité morbide :étude prospective de 300 cas
  • J.M. Chevallier, F. Zinzindohoué, A. Cherrak, J.P. Blanche, J.L. Berta, J.J. Altman, P.H. Cugnenc

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.