Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Cancer de la verge et laser dioxyde de carbone. À partir de six cas - 25/06/07

Doi : 10.1016/j.sexol.2006.10.004 
H. Karra  : MD, E. Asselborn : MD, F. Fayollet : MD
Service d'urologie, centre hospitalier de Fleyriat, 900, route de Paris, 01012 Bourg-en-Bresse, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Étudier l'intérêt de l'exérèse avec le laser CO2 dans le dépistage, le diagnostic et le traitement des cancers de la verge.

Matériels et méthodes

Il s'agit d'une étude rétrospective, à partir de six cas de tumeurs de la verge collectés au service d'urologie du centre hospitalier de Bourg-en-Bresse, colligés sur une période de cinq ans, de janvier 2000 jusqu'en décembre 2005, parmi 20 cas d'exérèse au laser CO2 pour lésions suspectes de la verge. L'âge moyen de nos patients était de 65,66 ans avec des extrêmes allant de 46 à 82 ans. Les antécédents de nos patients étaient un phimosis (trois cas), un lichen scléroatrophique (deux cas), un condylome vénérien (un cas) et notion de tabagisme (un cas). Le siège de cette tumeur était au niveau du gland dans quatre cas, au niveau du sillon balanoprépucial (un cas), au niveau du prépuce (un cas) et au niveau du corps de la verge (un cas). Au total, cinq patients étaient posthectomisés avant traitement. L'examen anatomopathologique du produit de la résection a montré qu'il s'agissait d'une tumeur spinocellulaire dans quatre cas, d'un carcinome épidermoïde de l'urèthre bulbomembraneux dans un cas, une érythroplasie de Quérat dans un cas et d'une dysplasie sur lichen scléroatrophique du prépuce dans un cas.

Résultats

L'exérèse au laser a été un traitement suffisant dans quatre cas où la tumeur était classée superficielle, de faible risque, avec une bonne cicatrisation avec reprise d'une activité sexuelle normale, voire améliorée (pTa, pT1, G1, G2). Un patient a développé une sténose du méat urétral dilatée au Béniqué. L'exérèse a été suivie d'une amputation de la verge avec un curage ganglionnaire bilatéral superficiel puis profond avec complément de radiochimiothérapie pour un cas de tumeur infiltrante de la verge avec métastases ganglionnaires (pT2N3G3M0) (ce patient est en rémission complète depuis 11 mois) et pour le cas de tumeur de l'urèthre bulbomembraneux envahissant les corps caverneux et spongieux. Le laser n'a servi qu'au diagnostic et le traitement a été une émasculation, orchidectomie gauche et une cystoprostatectomie avec dérivation type Bricker. Ce patient est décédé cinq mois après la chirurgie.

Conclusion

On recommande d'utiliser l'effet bistouri laser CO2 pour dépister précocement le cancer de la verge parmi les lésions persistantes de la verge. Il s'agit d'un traitement suffisant d'une tumeur superficielle avec marge de négativité (au moins 5 mm) avec de bon résultat esthétique, bonne hémostase et reprise d'une activité sexuelle normale et rapide.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective

The aim of this study is to show how useful the CO2 laser can be in the resection, diagnosis and treatment of penile cancer.

Materials and methods

This was a retrospective study of six cases of penile cancer admitted to the department of urology in the hospital of Bourg-en-Bresse between January 2000 and December 2005, amongst 20 suspicious penile lesions resected using CO2 laser. The mean age of our patients was 65.66 ranging from 46 to 82 years. The patients had an history of phimosis (3 cases), lichen sclerous et atrophicus (2 cases), condyloma latum (1 case) and smoking (1 case). The tumour was located in the glans in 4 cases, in the collum glandis (1 case), in the preputium (1 case) and in the penile body (1 case). In all, 5 patients underwent circumcision before treatment. The histological examination of the resected segment evidenced squamous cell carcinoma in 4 cases, epidermoid carcinoma of the bulboid-urethral membrane in 1 case, erythroplasia of Querat in one case, and dysplasia of lichen sclerous et atrophicus of the preputium in one case.

Results

Resection using CO2 laser was sufficient treatment in 4 cases when the tumours were classified as superficial, with minimum risk, good healing and resumption of normal, or even improved sexual activity (pTa, pT1, G1, G2). One patient developped stenosis in the urethral maetus, dilated by the urethra sound. The resection was followed by amputation of the penis and bilateral superficial, then deep lymph node dissection, with additional radio-chemotherapy for one case of infiltrating tumour of the penis with lymph node metastases (Pt2N3G3MO) — this patient has been in full remission for 11 months — and for the case of bulboid-urethral membrane tumour with extension to the corpus cavernosa and corpus spongiosum. The CO2 laser was used purely for diagnosis purposes, and the treatment was full amputation of the penis, left orchidectomy, cystoprostatectomy with Bricker derivation. This patient died 5 months after surgery.

Conclusion

We recommend the use of scalpel effect CO2 laser for early screening of penile cancer amongst persistent penile lesions. Used as treatment, it can be sufficient for superficial tumours with a free marginal resection (at least 5 mm) with good cosmetic results, good haemostasis and a rapid resumption of normal sexual activity.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer de la verge, Laser CO2, Vie sexuelle

Keywords : Penile cancer, CO2 laser Biopsy, Sexual life


Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 16 - N° 2

P. 85-90 - avril-juin 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Screening for erectile dysfunction (ED): wishful thinking or... dire necessity?
  • P. Bondil
| Article suivant Article suivant
  • Sexualité après 60 ans, déclin ou nouvel âge de vie ?
  • M.-H. Colson

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.