Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Suspension du fond du vagin par bandelette transobturatrice postérieure - 18/07/07

Doi : 10.1016/j.gyobfe.2007.05.004 
G. Mellier , W. Gertych, G. Lamblin, P. Chabert, P. Mathevet
Service de gynécologie, hôpital Édouard-Herriot, place d'Arsonval, 69437 Lyon cedex 03, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 6
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Étude de faisabilité et de sécurité d'une nouvelle procédure chirurgicale de suspension du fond vaginal par une bandelette de polypropylène placée dans la cloison rectovaginale par voie transobturatrice postérieure.

Patientes et méthodes

Étude longitudinale, de mars 2002 à janvier 2006, des patientes opérées selon cette technique. Le suivi postopératoire comportait un interrogatoire et un examen clinique à deux, six et 12 mois puis tous les ans. Le suivi minimal requis était de 12 mois en janvier 2007.

Résultats

Soixante-dix-huit patientes ont été incluses. En peropératoire, nous avons déploré trois cas de complication hémorragique ne nécessitant pas de transfusion sanguine et avec des suites postopératoires simples. La durée d'hospitalisation a été en moyenne de cinq jours (trois-neuf jours). Le suivi moyen est de 20,36 mois (12-48 mois). Nous avons observé six cas d'échec dans le compartiment médian (8%) et deux cas de récidive antérieure (2%). Il n'y a eu aucune récidive dans le compartiment postérieur. Une dyspareunie modérée est notée dans 13% des cas, handicapante chez deux patientes. Nous n'avons observé aucune érosion.

Discussion et conclusion

L'analyse de notre expérience montre que la suspension de la voûte vaginale par voie transobturatrice postérieure est une procédure simple et sûre. Cette étude nous permet de constater une bonne efficacité à moyen terme, dont la poursuite devrait confirmer les résultats à long terme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective

A study on the feasibility and safety of a new surgical procedure of vaginal vault suspension using a polypropylene mesh placed in the uterovaginal septum by a posterior transobturator approach.

Patients and methods

Longitudinal study from March 2002 to January 2006 of patients treated by this new surgical procedure. Postoperative visits, including an interview and a physical examination were made at two, six and 12 months and annually thereafter. The minimal required follow-up time was 12 months up to January 2007.

Results

Seventy-eight patients were included. Three cases of intraoperative bleeding occurred. In these cases no transfusion was required and no complications were observed later on. The mean hospital stay was five days (range 3-9). The mean follow-up time was 20.36 months (range 12-48). Six recurrences were observed in the medial compartment (8%) and two anterior recurrences (2%). There was no recurrence in the posterior compartment. New-onset moderate dyspareunia was noted in 13% of the cases and a severe in two cases. No erosion occurred.

Discussion and conclusion

The analysis of our experience shows that vaginal vault suspension by posterior transobturator approach is a safe and simple procedure, and demonstrates its median efficacy. Further, this study should confirm these results over the long-term follow-up.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Prolapsus génital, Bandelette transobturatrice postérieure, Richter, Promontofixation, IVS postérieure

Keywords : Genital prolapse, Posterior transobturator sling, Richter, Sacral colpopexy, Posterior IVS


Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° 7-8

P. 625-631 - juillet-août 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La recherche du ganglion sentinelle dans le cancer de l'endomètre a-t-elle un intérêt ?
  • Y. Delpech, C. Coutant, O. Morel, S. Uzan, E. Daraï, E. Barranger
| Article suivant Article suivant
  • Douleur postopératoire après hystérectomie par voie vaginale selon la méthode d'hémostase utilisée : thermofusion ou suture aux fils
  • N. Douay, F. Belot, G. Bader, B. Guyot, D. Heitz, A. Fauconnier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.