Médecine

Paramédical

Autres domaines


Les tumeurs à cellules géantes des gaines synoviales de la main : à propos de 32 cas - 23/07/07

Doi : 10.1016/j.main.2007.03.008 
A. Messoudi , S. Fnini, N. Labsaili, S. Ghrib, M. Rafai, A. Largab
Service de traumatologie orthopédie (Pavillon 32), centre hospitalier universitaire Ibn-Rochd, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant. Hay Moulay R'chid 1er, immeuble Amal-B, numéro : 6, 20450 Casablanca, Maroc.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les tumeurs à cellules géantes des gaines synoviales (TCGGS) des tendons représentent la forme localisée de la synovite villonodulaire hémopigmentée. Elles s'observent le plus souvent au niveau des mains (80% des cas) où elle représente la deuxième tumeur des parties molles après le kyste arthrosynovial. Son traitement, exclusivement chirurgical, est parfois difficile du fait de l'extension locale et de l'envahissement des structures nobles digitales. Nous rapportons une étude rétrospective sur dix ans de 32 cas de TCGGS, avec un âge moyen de 35 ans et un sex-ratio égale à 1. Le motif de consultation constant était la présence d'une masse digitale, suivi par une gêne à la flexion dans 43,7%. La localisation palmaire était retrouvée dans 56,2%, surtout au niveau du cinquième rayon (62,5%) et en regard de la troisième phalange (68,7%). Des modifications radiologiques ont été observées dans quatre cas. Tous les malades ont été opérés, l'aspect macroscopique montrait une tumeur encapsulée, polylobée et jaune brunâtre qui envahissait la peau (un cas) et se prolongeait dans la gaine des tendons fléchisseurs (trois cas) et sous le tendon extenseur (quatre cas). Dans les suites postopératoires, nous avons noté un cas d'hypoesthésie de la pulpe, trois cas de raideur de l'interphalangienne proximale. Aucune nécrose cutanée n'a été retrouvée. Avec un recul moyen de quatre ans (dix mois-neuf ans), nous avons eu trois récidives, soit 9,3% qui ont toutes été reprises chirurgicalement. Après analyse de la littérature, les auteurs vont décrire les aspects cliniques, évolutifs et les difficultés thérapeutiques de cette lésion.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Giant cell tumors of tendon sheath (GCTTS) represent a localised form of pigmented villonodular synovitis. They are usually found in the hand (80% of cases) where it represents the second most common tumor of the soft parts after the ganglion cyst. Its surgical treatment is sometimes difficult because of local extension and the invasion of vital digital structures. We report a retrospective study over 10 years of 32 cases of GCTTS with an average age of 35 years and a sex-ratio of 1. The reason for consultation was the presence of a digital mass, associated with an impairment of finger flexion in 43,7% of patients. A palmar localisation was found in 56,2%, especially in the fifth ray (62,5%) and at the level of the distal phalanx (68,7%). Radiological changes were observed in 4 cases. All patients were treated surgically. Macroscopically the lesion presented as an encapsulated tumor, polylobulated and yellow-brownish which invaded the skin (1 case), extended into the sheath of the flexor tendons (3 cases) and under the extensor tendon (4 cases). In the post operative follow up we noted one case of hypoaesthesia of the pulp and three cases of stiffness of the proximal interphalangeal joint. No skin necrosis was found. With a 4 year average follow up (10 months - 9 years), we noted three reccurrences (9,3%) which were all surgically managed. After analysis of the literature, the authors will describe the clinical aspects and the therapeutic difficulties of this condition.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Tumeurs à cellules géantes, Gaines synoviales, Main, Chirurgie

Keywords : Giant cell tumors, Tendon sheath, The hand, Surgery


Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 26 - N° 3

P. 165-169 - juin 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le fibrome chondromyxoïde. À propos d'une localisation phalangienne du pouce
  • M. Daghfous, H. Charfi, M. Turki, R. Maalla, S. Baccari, L. Tarhouni
| Article suivant Article suivant
  • Compression du nerf cubital dans le canal de Guyon secondaire à une synostose pisiforme-os crochu. À propos d'un cas
  • J. Louaste, L. Amhajji, K. Rachid

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.