Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Résultats à long terme du traitement des fossettes colobomateuses de la papille compliquées de décollement séreux rétinien maculaire : à propos de 20 cas - 14/10/11

Doi : 10.1016/j.jfo.2011.03.010 
O. Sandali a, , P.-O. Barale b, E. Bui Quoc a, A. Belghiti a, V. Borderie a, L. Laroche a, J.-A. Sahel b, C. Monin a
a Service d’ophtalmologie 5, centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, 28, rue de Charenton, 75571 Paris, France 
b Service d’ophtalmologie 4, centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, 28, rue de Charenton, 75571 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La pathogénie des fossettes colobomateuses compliquées de décollement séreux rétinien (DSR) de la macula reste controversée. Son traitement l’est aussi. À travers cette étude, qui a la particularité de comprendre la plupart des techniques proposées, nous rapportons notre expérience dans le traitement de cette pathologie.

Patients et méthodes

C’est une étude monocentrique rétrospective à propos de vingt patients présentant un DSR maculaire secondaire à une fossette colobomateuse entre 1983 et 2009. Différents traitements ont été réalisés : les patients au tout début de l’étude ont eu un traitement simple par laser péripapillaire. Puis, un traitement associant le laser péripapillaire et une injection intravitréenne de gaz (C3F8) avec positionnement tête vers le bas pendant deux semaines a été réalisé après échec du laser, puis d’emblée. Au cours des dernières années, les patients ont été traités en première intention par une vitrectomie avec ou sans pelage de la membrane limitante interne (MLI), laser péripapillaire peropératoire et tamponnement par gaz (C2F6).

Résultats

Notre série est composée de vingt patients : Neuf hommes et 11 femmes. L’âge moyen des patients au moment du diagnostic était de 29ans (neuf à 60ans). La durée moyenne entre le début des symptômes et la prise en charge thérapeutique était de 6,1 mois. Aucun patient n’avait eu de décollement postérieur du vitré lors du diagnostic. Six patients ont été traités par du laser péripapillaire avec succès dans deux cas. Onze patients (dont trois avaient eu un échec au laser seul) ont eu un traitement par laser associé à l’injection intravitréenne de gaz avec 72 % de succès. Huit patients (dont deux avaient eu un échec au laser gaz) ont eu une vitrectomie avec dissection de la hyaloïde postérieure associée au laser gaz avec succès dans 87 % des cas sans récidive. Parmi eux, cinq ont eu un pelage de la MLI au cours de la vitrectomie. La durée de suivi moyenne globale de tous les patients était de 60 mois allant de deux mois à dix-sept ans.

Conclusion

Notre étude montre qu’en cas de DSR maculaire compliquant une fossettte colobomateuse, un traitement précoce par vitrectomie, pelage de la MLI, laser péripapillaire et tamponnement par gaz s’accompagne d’un bon résultat anatomique et fonctionnel. Ce traitement est supérieur aux autres traitements moins invasifs. La tomographie en cohérence optique (OCT) constitue un outil important permettant le diagnostic et le suivi postopératoire des patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

The pathogenesis of the macular serous retinal detachment (SRD) associated with congenital optic disc pit remains controversial. The treatment is also discussed. Through this study, which includes the majority of the techniques available, we report our experiment in the treatment of this pathology.

Patients and methods

This was a retrospective single-centre study of 20 patients who presented with macular SRD associated with optic disc pit between 1983 and 2009. Various treatments were provided. At the beginning of the study, patients were treated only by juxtapapillary laser photocoagulation. After laser failure then as first-line treatment, laser photocoagulation was associated with intravitreal gas (C3F8) injection with postoperative facedown positioning for 2 weeks. During the past few years, all patients have been systematically treated with vitrectomy with or without internal limiting membrane (ILM) peeling, laser, and gas (C2F6) tamponade.

Results

This series consisted of 20 patients: nine men and 11 women. The patients’ mean age at presentation was 29 years (range, 9–60 years). The mean time between the onset of the decrease in visual acuity (VA) and treatment was 6.1 months. None of these patients had a posterior vitreous detachment at the time of diagnosis. Six patients were treated by laser photocoagulation alone, which was successful only in two cases. Eleven patients (with laser treatment failure in three) were treated by laser and intravitreal gas injection, with a 72% success rate. We performed vitrectomy with posterior hyaloid dissection, laser, and gas tamponade in eight cases (with laser-gas treatment failure in two) with 87% success rate and no recurrence. Five of these patients had ILM peeling during the vitrectomy. The mean follow-up period was 60 months (range, 2 months to 17 years).

Conclusion

This study shows that early treatment of macular SRD associated with optic disc pit by vitrectomy, ILM peeling, juxtapapillary photocoagulation, and gas tamponade is followed by good anatomical and functional results. This treatment is superior to the other less invasive procedures. Optical coherence tomography is an important exam for diagnosis and postoperative follow-up of patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Fossette colobomateuse de la papille, Décollement séreux, Macula, Laser péripapillaire, Tamponnement, Gaz, Vitrectomie

Keywords : Optic disc pit, Serous retinal detachment, Macula, Laser photocoagulation, Gas, Tamponade, Vitrectomy


Plan


 L’article a eu le prix de la meilleure communication affichée lors du congrès annuel de la SFO 2010.


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 8

P. 532-538 - octobre 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Qualité de vie des déficients visuels adultes après prise en charge en consultation basse vision : une étude pilote
  • A.-C. Fintz, S. Gottenkiene, C. Speeg-Schatz
| Article suivant Article suivant
  • Maladie de Eales : à propos d’un cas au Burkina Faso
  • J.W. Diallo, Z. Nikiema, A. Daboue, H. Tieno, N. Meda, G.R. Kan

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.