Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dépistage aberrométrique du kératocône - 14/10/11

Doi : 10.1016/j.jfo.2011.01.024 
N. Mesplié , S. Léoni-Mesplié, A. Gallois, J. Colin, D. Touboul
Service d’ophtalmologie, centre hospitalier universitaire Pellegrin, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Connaître l’intérêt de l’aberrométrie dans le dépistage du kératocône.

Patients et méthodes

Une étude prospective a été réalisée entre mai 2008 et mai 2010. Quatre groupes ont été individualisés : les patients avec une cornée saine (groupe 0, n=48), les patients ayant un kératocône « suspect » (groupe 1, n=43), « fruste » (groupe 2, n=31), et « débutant » (groupe 3, n=47). Les mesures aberrométriques totales et cornéennes ont été recueillies et moyennées. Des modèles de régression linéaire univariée (test de Fisher) puis multivariée (test de Student) ont été utilisés pour comparer les différents groupes de sévérité. Une courbe Receiver Operating Characteristics (ROC) a été réalisée lorsqu’une aberration élémentaire permettait de distinguer les groupes 0 et 1.

Résultats

Les aberrations comatiques totales et cornéennes, le tréfoil cornéen et l’astigmatisme secondaire cornéen ont permis de différencier significativement les groupe 0 et 1. Les sensibilités et les spécificités de la coma totale et cornéenne, du tréfoil cornéen et de l’astigmatisme secondaire cornéen ont été respectivement de 67,4 %, 56,3 % (indice de Youden=0,237), 60,5 %, 72,9 % (indice de Youden=0,334), 83,7 %, 39,6 % (indice de Youden=0,233) et 65,1 %, 58,3 % (indice de Youden=0,234). Tous les groupes de sévérité ont pu être différenciés statistiquement par la coma totale et cornéenne, et par le tréfoil cornéen. Les aberrations de troisième ordre ont permis de différencier les groupes 1 et 2.

Discussion

Les aberrations de hauts ordres peuvent différencier les stades de gravité du kératocône. Les aberrations totales sont moins discriminantes que les aberrations cornéennes. La coma cornéenne est l’aberration la plus discriminante pour différencier les patients sains des patients ayant une cornée « suspecte ». Néanmoins, celle-ci ne permet pas de dépister de manière optimale les kératocônes « suspects » (indice de Youden=0,334 et sensibilité=60,5 %). Les analyses statistiques suggèrent que le kératocône « suspect » et le kératocône « fruste » sont deux entités bien distinctes.

Conclusion

L’aberrométrie peut faire partie de l’arsenal diagnostique pour dépister les kératocônes « suspects », « frustes », et « débutants », mais doit probablement se placer en complément de la vidéotopographie lors d’une consultation préopératoire de chirurgie réfractive.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Purpose

To determine the value of wavefront analysis in the detection of keratoconus.

Patients and methods

A prospective study was conducted from May 2008 to May 2010. Four groups were formed: patients with a “healthy” cornea (group 0; n=48), patients with keratoconus “suspect” (group 1; n=43), patients with keratoconus “forme fruste” (group 2; n=31), and patients with “beginning” keratoconus (group 3; n=47). Total and corneal aberrations were analysed. The Fisher test and Student t-test were used to compare the different groups. Receiver operating characteristic (ROC) curves were plotted when aberration differentiated groups 0 and 1.

Results

Total and corneal coma (Z 3), the corneal trefoil, (Z 3) and the corneal secondary astigmatism (Z 4) differentiated groups 0 and 1. Sensitivities and specificities of total and corneal coma, corneal trefoil, and corneal secondary astigmatism were, respectively, 67.4%, 56.3% (Youden=0.237), 60.5%, 72.9% (Youden=0.334), 83.7%, 39.6% (Youden=0.233), and 65.1%, 58.3% (Youden=0.234). Total, corneal coma, and corneal trefoil differentiated all severity groups. The third high-order aberrations differentiated groups 1 and 2.

Discussion

High-order aberrations are good indicators for grading keratoconus. Total high-order aberrations are less discriminating than corneal high-order aberrations. Corneal coma (Z 3) is the most discriminating aberration to differentiate the healthy cornea from the suspect cornea. Nevertheless, it does not optimally detect keratoconus suspect (Youden=0.334 and sensitivity=60.5%). The statistical analysis suggests that keratoconus suspect and forme fruste are different entities.

Conclusion

Wavefront analysis can be used for the detection of keratoconus suspect, forme fruste, and beginning keratoconus but must be associated with videotopography and pachymetry during consultation of refractive surgery.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Kératocône « suspect », Kératocône « fruste », Aberrométrie, Dépistage

Keywords : Keratoconus suspect, Keratoconus forme fruste, Detection, Wavefront analysis


Plan


 Communication orale présentée lors du 117e congrès de la Société française d’ophtalmologie en mai 2011.


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 8

P. 547-556 - octobre 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le syndrome de Wolfram : mise au point clinique et génétique à propos du cas de deux sœurs
  • J.-B. Conart, T. Maalouf, P. Jonveaux, B. Guerci, K. Angioi
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge chirurgicale des hémorragies sous-rétiniennes secondaires à une vasculopathie polypoïdale
  • C. Schweitzer, S. Bonnel, Y. Le Mer, B. Wolff, J. Colin, J.-A. Sahel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.