Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Corticosurrénalomes: actualités thérapeutiques - 16/10/11

Doi : 10.1016/S0003-4266(11)70004-X 
S. Grunenwald , Ph. Caron
Service d’Endocrinologie, Maladies métaboliques et Nutrition, Pôle Cardio-Vasculaire et Métabolique, CHU Larrey, 24 chemin de Pouvourville, TSA 30030, 31059 Toulouse cedex 9, France. 

*Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Les carcinomes cortico-surrénaliens (CCS) sont des tumeurs rares connues pour leur comportement agressif, leur potentiel métastatique et leur faible survie à 5 ans (45 %). Leur prise en charge requiert une équipe multidisciplinaire et experte. Le seul traitement curatif est une exérèse complète par un chirurgien expérimenté. Les traitements adjuvants sont peu nombreux et leur efficacité incertaine. Un traitement adjuvant par mitotane en post-opératoire augmente la survie sans récidive chez la majorité des patients mais des études complémentaires sont nécessaires pour déterminer les patients chez qui ce traitement sera le plus bénéfique. Pour optimiser les résultats de ce traitement, il est nécessaire de maintenir une mitotanémie entre 14 et 20mg/l souvent au prix d’effets secondaires difficiles à contrôler. Une radiothérapie complémentaire est proposée en présence de facteurs d’agressivité. En cas de maladie résiduelle, progressive ou inextirpable le traitement repose classiquement sur l’association chimiothérapie et mitotane. L’étude FIRM-ACT permet d’établir que la chimiothérapie la plus efficace est l’EDP (etoposide, doxorubicine et cisplatine). Les premiers résultats des inhibiteurs des tyrosines kinases, chez les patients progressifs malgré une ou deux lignes de chimiothérapie, sont décevants mais cela peut être en partie expliqué par l’interaction avec le mitotane qui en diminue les concentrations plasmatiques, en particulier du sunitinib. Des essais cliniques sont en cours pour juger de l’efficacité des autres thérapies ciblées, notamment les traitements agissant sur les récepteurs de l’IGF-1.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Adrenocortical cancer (ACC) is a rare aggressive malignancy with a poor prognosis (5-year survival: 45 %). Their management requires multidisciplinary expertise. Complete resection by an expert surgeon is the only curative treatment. Very few adjuvant treatments are available and their efficacy is not fully proved. Adjuvant mitotane therapy increases the disease-free survival in the majority of patients after surgery but further studies are needed to determine patients in whom this treatment is the more beneficial. Blood concentrations of mitotane between 14 and 20mg/l are necessary to have a full efficiency but this therapeutic window may cause side effects difficult to control. When aggressive parameters are present, radiotherapy is proposed. In case of residual or unresectable disease, combination of chemotherapy and mitotane is conventionally proposed. FIRM-ACT study establishes that EDP (etoposide, doxorubicine et cisplatine) is the most effective chemotherapy for progressive ACC. The first results of treatment with tyrosine kinase inhibitors, in patients with progressive disease despite one or two lines of chemotherapy are disappointing but this may be partly explained by the interaction with mitotane which reduces the plasma concentrations of sunitinib in particular. Clinical trials are underway to assess the effectiveness of other targeted therapies, including treatments acting on the IGF-1 receptor.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Corticosurrénalome, Radiothérapie, Chimiothérapie, Mitotane, Traitement, Chirurgie

Keywords : Adrenocortical carcinoma, Treatment, Surgery, Radiotherapy, Chimiotherapy, Mitotane


Plan

Plan indisponible

© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 72 - N° S1

P. S8-S14 - octobre 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pathologie hypophysaire: quels traitements pour le futur ?
  • C. Briet, P. Chanson
| Article suivant Article suivant
  • Innovations thérapeutiques dans l’ostéoporose (anticorps antisclérostine et denosumab)
  • M.-A. Quemerais-Durieu, V. Kerlan, O. Chabre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.