Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Angiœdème bradykinique secondaire aux inhibiteurs de l’enzyme de conversion : instaurer le traitement en préhospitalier - 05/11/11

Doi : 10.1016/j.annfar.2011.07.005 
N. Javaud a, , b, d , O. Fain c, d, B. Bernot a, F. Adnet a, F. Lapostolle a
a Samu-Smur 93, hôpital Avicenne, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, université Paris-13, 125, rue de Stalingrad, 93000 Bobigny, France 
b Service des urgences, hôpital Jean-Verdier, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, université Paris-13, avenue du 14-Juillet, 93143 Bondy cedex, France 
c Service de médecine interne, hôpital Jean-Verdier, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, université Paris-13, avenue du 14-Juillet, 93143 Bondy cedex, France 
d Centre de référence associé sur les angiœdèmes à kinines, hôpital Jean-Verdier, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, université Paris-13, 93140 Bondy, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 3
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Nous rapportons le cas d’un patient ayant présenté un angiœdème bradykinique secondaire à la prise d’inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC), dont le traitement tardif aurait pu influer défavorablement sur le pronostic. Initialement, le patient présentait un œdème isolé de la lèvre supérieure. Le traitement préhospitalier a compris de la méthylprednisolone, de l’hydroxyzine et de l’adrénaline. Le patient a été conduit au service des urgences. L’évolution a été défavorable. Un œdème des joues et une macroglossie sont apparus. Le transfert du patient vers un service d’urgence, centre de référence des angiœdèmes à kinines a été organisé afin que le patient reçoive le traitement spécifique. Après injection sous-cutanée d’icatibant, l’évolution a été rapidement favorable avec régression de l’œdème. Cette observation rappelle la nécessité du recours précoce aux thérapeutiques spécifiques des angiœdèmes bradykiniques. Un traitement tardif, comme ce fut le cas, aurait pu altérer le pronostic. La disponibilité de ces traitements dès la phase préhospitalière doit être organisée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

We are reporting the case of a bradykinin-mediated angioedema, secondary to the angiotensin converting enzyme inhibitors, which delayed treatment could have unfavorably influence the vital prognostic of the patient. Initially, the patient had an isolated edema of the superior lip. Prehospital treatment included methylprednisolone, hydroxyzine and epinephrine. The patient was subsequently taken to the emergency department. His situation deteriorated. An edema of the cheeks and the tongue appeared. The transfer of the patient to an emergency department, specializing in kinin angioedema was organized, in order for the patient to receive specific treatments. After a subcutaneous injection of icatibant, the situation improved very rapidly, with a regression of the edema. This observation is consistent with the early use of the specific therapeutic in bradykinin-mediated angioedema. Any delay in administering the treatment can negatively impact the prognostic. The availability of such treatments should therefore be organized during the prehospital phase.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Angiœdème, Bradykinine, Concentré de C1 inhibiteur, Icatibant, Inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine

Keywords : Angioedema, Bradykinin, C1 inhibitor concentrate, Icatibant, Angiotensin converting enzyme inhibitors


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 11

P. 848-850 - novembre 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le syndrome d’activation macrophagique : une cause possible de défaillance multiviscérale chez le traumatisé du crâne ?
  • A. Chaari, I. Jedidi, H. Chelly, M. Bahloul, M. Bouaziz
| Article suivant Article suivant
  • À propos de l’anesthésie sans anesthésiste…
  • L. Delaunay, M. Gentilli, M. Sfez, M.L. Cittanova, M. Lévy, A. Delbos, H. Le Hétêt, C.M. Arnaud, J.-M. Dumeix, M.P. Chariot, P.G. Yavordios, F. Plantet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.