Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

To prescribe or not to prescribe… (in chronic pain… and elsewhere…)? - 25/11/11

Doi : 10.1016/j.rehab.2011.09.008 
A. Berquin , J. Grisart
Consultation de la douleur chronique, cliniques universitaires Saint-Luc, avenue Hippocrate, 10/1650, 1200 Bruxelles, Belgium 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Most medical doctors close a consultation by a drug prescription, even if some doubts exist about the treatment efficacy. The aim of this paper is to open a discussion on the questions underlying this urge to prescribe and to make some proposals for the clinical practice. Firstly, the psychosocial factors which may question the relevance of the prescription will be discussed. These elements (unrealistic treatment expectancies, distrust or anger against caregivers, multiple earlier treatment failures, or a relatively balanced situation) might threaten potential treatment benefits but may be difficult to identify and take into account. Secondly, some caution has to be made if the clinician decides to prescribe despite these psychosocial contraindications. It is then important to discuss with the patient the meaning of the treatment, its concrete aims and its practical modalities. Finally, observing that concluding a consultation without any prescription might be very uncomfortable for the caregiver, asks questions about the symbolic meaning of the prescription: need for the patient to be mothered, need “to keep up” for the doctor, biomedical reference frame observance. We conclude that, in spite of the anxiety raised when no prescription is made, the absence of prescription might paradoxically reopen the therapeutic process. Observing that pain may resist to the treatments allows a move towards broader objectives than symptom control. Such a change is possible only if it is recognised that the biological and psychosocial conditions of efficacy of the treatment are not, or will never be, optimal.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Pour de nombreux médecins, clôturer une consultation par une prescription médicale va de soi, parfois malgré des doutes sur l’efficacité du traitement. L’objectif de cet article est de discuter quelques questions soulevées par le caractère presque automatique du geste prescripteur, en dégageant quelques pistes pour la pratique clinique. Les facteurs psychosociaux susceptibles de remettre en question la pertinence d’une prescription sont discutés. Ceux-ci (attentes inadéquates des patients, méfiance ou colère vis-à-vis des soignants, accumulation d’échecs thérapeutiques, situation d’équilibre) menacent le bénéfice potentiel d’un traitement mais peuvent être difficiles à identifier et prendre en compte. Les précautions à respecter si le médecin décide de « prescrire malgré tout » sont abordées : discuter avec le patient le sens du traitement, ses objectifs concrets et ses modalités pratiques. Enfin, le constat que ne « rien » prescrire à l’issue d’une consultation peut générer beaucoup de malaise chez le médecin soulève la question de ce que peut symboliquement représenter l’acte de prescrire : besoin de « maternage » du patient, besoin « d’être à la hauteur » du soignant, alignement sur la norme implicite du cadre biomédical. Nous concluons que, malgré les craintes que peut susciter une non prescription, celle-ci est paradoxalement susceptible de relancer le processus thérapeutique. Le constat de la résistance de la douleur permet d’évoluer vers des objectifs plus larges que le contrôle du symptôme. Cela n’est cependant possible que moyennant la pleine reconnaissance que les conditions biologiques et psychosociales d’efficacité du traitement ne sont pas suffisamment présentes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Prescription, Chronic pain, Acceptance, Biopsychosocial model, Doctor–patient relationship

Mots clés : Prescription, Douleur chronique, Acceptance, Modèle biopsychosocial, Relation médecin–malade


Plan


© 2011  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 54 - N° 8

P. 465-477 - novembre 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Care pathways in physical and rehabilitation medicine
  • A.-P. Yelnik, F. Le Moine, J. Sengler, P.-A. Joseph, Editorial Annals of PRM
| Article suivant Article suivant
  • Evaluating physical activity: The AQAP questionnaire and its interpretation software
  • S. Vol, M. Bedouet, G. Gusto, C. Leglu, E. Beslin, P. Decou, E. Nègre, B. Planage, E. Chazelle, F. Mercier, O. Lantieri, J. Tichet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.