Médecine

Paramédical

Autres domaines


Perception et pratique de la vaccination HPV par les gynécologues : une étude quantitative et qualitative en Rhône-Alpes - 30/11/11

Doi : 10.1016/j.gyobfe.2011.07.015 
D. Lutringer-Magnin a, , b , J. Kalecinski c, d, G. Barone a, H. Borne e, V. Regnier c, d, P. Vanhems b, f, F. Chauvin c, d, C. Lasset a, b
a Département de santé publique, centre Léon-Bérard, 28, rue Laënnec, 69008 Lyon, France 
b CNRS, UMR 5558, université de Lyon, université Lyon 1, 69100 Villeurbanne, France 
c Institut de cancérologie de la Loire, 42000 Saint-Étienne, France 
d IFR 143, université de Saint-Étienne, université Jean-Monnet, 42270 Saint-Priest-en-Jarez, France 
e Centre hospitalier des Quatre-Villes, 92310 Sèvres, France 
f Hospices civils de Lyon, hôpital Édouard-Herriot, 69003 Lyon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

La pratique de la vaccination HPV va dépendre de son acceptabilité par les médecins vaccinateurs dont les gynécologues. Les perceptions et pratiques de cette vaccination ont été étudiées parmi les gynécologues de la région Rhône-Alpes, un an après les recommandations.

Population et méthodes

Une étude transversale a été réalisée entre novembre 2007 et avril 2008 auprès d’un échantillon représentatif incluant 10 % des gynécologues de la région Rhône-Alpes. Une approche complémentaire quantitative (autoquestionnaires) et qualitative (entretiens) a été utilisée.

Résultats

Parmi les 52 gynécologues, 90,4 % se déclaraient favorables à la vaccination HPV, 5,8 % attentistes et 1,9 % opposés (une non-réponse). La justification principale d’une opinion favorable était l’intérêt du vaccin en termes de santé publique ou de prévention primaire (31,9 %). Celle d’une attitude attentiste ou opposée était le manque de recul (100 %). Au total, 40,4 % des gynécologues avait réalisé au moins une vaccination durant le mois précédant l’enquête, principalement chez les 15–23ans (38,5 %). Les principales difficultés liées à la vaccination HPV étaient les questions posées par les patientes (rapportées par 44,2 % des médecins) et l’âge cible de 14ans (13,5 %). Lors de la vaccination des adolescentes de 14ans, les informations concernant le frottis cervico-utérin (FCU) et la prévention des IST ont été transmises par respectivement 87,5 et 12,5 % des médecins.

Discussion et conclusion

Un an après les recommandations de la vaccination HPV, les gynécologues sont majoritairement favorables malgré certaines difficultés rencontrées dans leur pratique. L’information transmise au moment de la vaccination concerne surtout le dépistage par FCU et peu la prévention des IST.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

Acceptance of the human papilloma virus (HPV) vaccine by targeted population will mainly depend on its acceptability among gynaecologists. We examined the perceptions, attitudes and practices of gynaecologists in relation to HPV vaccination 1 year after licensing.

Population and methods

From November 2007 to April 2008, a cross-sectional survey was carried among a representative 10% sample of gynaecologists in the French Rhône-Alpes region. Both quantitative (self-administered questionnaire) and qualitative (interview) approaches were used.

Results

Among the 52 respondents, 90.4% of gynaecologists reported a favourable opinion about HPV vaccination, 5.8% were uncertain and 1.9% was opposed (one did not answer). The main justification for a favourable opinion related to the public health effects of the HPV vaccination (cited by 31.9% of those favouring vaccination). The main justification for an uncertain or opposed opinion was the too recent introduction of the vaccine (cited by 100%). During the month preceding the survey, 40.4% had provided HPV vaccination, mainly in 15–23 years old girls (38.5%). The major difficulties in providing HPV vaccination were questions asked by patients (cited by 44.2% of the respondents) and the targeted age of 14 years (13.5%). A total of 87.5% of respondents reported to have discussed with 14-year-old vaccinated girls of Pap-smear and 12.5% of STI prevention.

Conclusion

One year after HPV vaccine licensing, gynaecologists of Rhône-Alpes region had a favourable opinion about it, despite some difficulties. Little information about STI prevention to vaccinated girls was reported opposite to information about Pap-smear.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Vaccin HPV, Gynécologues, Acceptabilité, Attitudes, Pratiques

Keywords : HPV vaccination, Gynaecologists, Acceptability, Attitudes, Practice


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 12

P. 687-693 - décembre 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • État des lieux des transferts pour hémorragie de la délivrance dans un centre de référence (hôpital Lariboisière) en 2008 et 2009
  • C. Brugier, P. Desfeux, Y. Delpech, A. Ricbourg, M. Rossignol, D. Payen, Y. Fargeaudou, P. Soyer, E. Barranger
| Article suivant Article suivant
  • Premières données épidémiologiques sur le phloroglucinol et exposition au cours du premier trimestre de grossesse
  • I. Lacroix, C. Hurault-Delarue, S. Kessler, C. Guitard, S. Vidal, C. Albouy-Cossard, J.-L. Montastruc, C. Damase-Michel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.