Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Abstinence à la cocaïne après un parcours de dépendance - 30/11/11

Doi : 10.1016/j.encep.2011.04.001 
B. Badin de Montjoye a, , P. Podevin b, P. Pharo c
a Centre Cassini méthadone, groupe hospitalier Cochin–Broca–Hôtel-Dieu, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris, France 
b Centre hospitalier Léon-Binet, route de Chalautre, 77160 Provins, France 
c Université Paris Descartes, CNRS, CERSES, 45, rue des Saints-Pères, 75006 Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Ce travail, issu d’un partage d’expériences par des professionnels de l’addiction venus d’horizons différents, s’est intéressé à l’impact de l’abstinence à la cocaïne chez des patients précédemment dépendants. Il repose sur l’hypothèse que les remaniements observés suite à une abstinence prolongée pourraient être standardisés dans une échelle des réajustements psychiques associés aux nouvelles pratiques. Le but de ce travail pluridisciplinaire centré sur des sujets anciennement dépendants à la cocaïne et ayant réussi à maintenir une abstinence d’au moins 12 mois a été de rechercher des similitudes dans leurs parcours individuels concernant les modes d’entrée et de consommation et les modes d’arrêt et d’abstinence. En second lieu, nous avons analysé les ajustements du fonctionnement psychique associés à l’arrêt de la cocaïne. Le concept repose sur l’établissement d’une d’analogie de fonctionnement psychique plus ou moins forte entre la prise de cocaïne et les nouvelles pratiques mises en place. Dans chaque cas, les propos ont été illustrés par des vignettes cliniques. Ce travail permet de dégager schématiquement quatre types de réajustements psychiques associés à l’arrêt de la prise de cocaïne chez des patients dépendants. Des études prospectives sont désormais nécessaires afin de standardiser et valider les critères cliniques. Celles-ci pourraient contribuer à mieux soutenir ces personnes vers la sortie du produit et dans le maintien de l’abstinence au produit.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Experimental data strongly suggest that in animal and probably in man, noradrenergic and serotoninergic become uncoupled during repeated consumption of drugs of abuse, strongly suggesting that different drugs share common mechanisms for drug-dependence. Using cocaine-dependence as model of strong addiction we speculate that careful analysis of psychic adjustments in patients who experience prolonged abstinence could be a useful tool for patient’s care.

Aim

The aim of this retrospective study was first to establish similarities in patients’ histories concerning modes of entrance, circumstances favouring the stopping, and modality of withdrawal. Secondly, we analysed the different ways used by subjects to substitute their cocaine-dependence.

Patients and methods

Cocaine-dependent subjects who had succeeded in supporting abstinence for at least 12 months without consumption were evaluated retrospectively by a face-to face interview.

Results

We obtained a list of circumstances associated with entries and exit from cocaine-dependence. Second, when seeking for similarities in addictive behaviour, before and after, between cocaine users, we proposed to classify patients according to the strength in their addictive dominant trait between strong, moderate, mild, or absence of addictive behaviour. For didactic aims, purposes are illustrated by clinical vignettes.

Conclusions

This retrospective study allows us to clear arbitrarily four types of psychical modifications associated with prolonged abstinence in cocaine-dependent patients. Prospective clinical studies are clearly needed to standardize and to validate these clinical criteria.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Addiction, Cocaïne, Dépendance, Abstinence prolongée

Keywords : Addiction, Cocaine, Drug dependence, Long term abstinence


Plan


© 2011  L’Encéphale, Paris. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 6

P. 404-409 - décembre 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Droit et pratiques : comment recueillir les signalements de troubles psychiatriques dans les dossiers patients informatisés ?
  • V. Dauriac-Le-Masson, M. Rogé, J. Gauillard, E. Chomette
| Article suivant Article suivant
  • Vers une prise en charge intégrative des joueurs pathologiques
  • C. Bonnaire

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.