Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Évaluation de la sensibilité cornéenne chez les patients traités médicalement pour un glaucome ou une hypertonie oculaire - 30/11/11

Doi : 10.1016/j.jfo.2011.07.011 
C. Van Went a, b, H. Alalwani a, b, E. Brasnu a, b, J. Pham a, b, P. Hamard a, b, C. Baudouin a, b, c, d, e, A. Labbé a, , b, c, d, e
a Service d’ophtalmologie-3, centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 
b Centre d’investigations cliniques (CIC) 503, centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 
c Service d’ophtalmologie, hôpital Ambroise-Paré, AP–HP, 9, avenue Charles-de-Gaulle, 92100 Boulogne, France 
d Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 55, avenue de Paris, 78000 Versailles, France 
e CNRS, UMR 7210, UMR S968, Inserm, institut de la Vision, université Pierre-et-Marie-Curie Paris-6,75012 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

L’administration chronique de collyres antiglaucomateux est associée à de nombreuses modifications des tissus qui composent la surface oculaire. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’effet de ces traitements et de leur conservateur, le chlorure de benzalkonium (BAC), sur la sensibilité cornéenne.

Patients et méthodes

Trente-neuf patients traités pour un glaucome ou une hypertonie oculaire (HTO) et neuf patients non traités ont été inclus dans cette étude. Les patients traités ont été répartis en trois groupes en fonction du nombre d’instillations quotidiennes de collyres contenant un conservateur (0, 1 et ≥2). Tous les patients ont bénéficié d’une mesure de la sensibilité cornéenne à l’aide de l’esthésiomètre de Cochet-Bonnet et d’une évaluation complète de la surface oculaire comprenant un questionnaire évaluant les symptômes, un test de Schirmer, un test à la fluorescéine et une mesure du temps de rupture du film lacrymal (BUT).

Résultat

La sensibilité cornéenne était de 58,8±2,8mm, 56,2±5,2mm, 50,3±12,5mm, 44,3±13,6mm chez les patients non traités, chez les patients traités avec un collyre non conservé, avec une et deux instillations ou plus de collyres conservés, respectivement. La sensibilité cornéenne des patients traités avec des collyres conservés était significativement plus basse par rapport à celle des patients non traités (p<0,001) et des patients traités avec des collyres sans conservateur (p=0,012). Chez les patients traités par collyres antiglaucomateux, la sensibilité cornéenne était inversement corrélée au nombre d’instillations quotidiennes contenant un conservateur (r=–0,390 ; p<0,001) ainsi qu’à la durée du traitement (r=-0,357 ; p=0,001). Le BUT et le test à la fluorescéine étaient significativement altérés chez les patients traités par rapport au groupe témoin non traité. Cependant, il n’y avait pas de différence significative entre les différents groupes de patients traités. Les résultats de l’OSDI et du test de Schirmer n’ont pas montré de différence significative entre les différents groupes.

Conclusion

L’utilisation chronique de collyres antiglaucomateux contenant du BAC semble altérer la sensibilité cornéenne. Ces résultats pourraient expliquer la discordance parfois observée entre les signes cliniques et les symptômes chez certains patients traités pour un glaucome ou une HTO.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Purpose

To evaluate the corneal sensitivity in patients treated with intraocular pressure (IOP)-lowering medications.

Introduction

Chronic administration of anti-glaucoma drops is associated with numerous tissue changes on the ocular surface. The purpose of this study was to investigate the effect of these medications and their preservative, benzalkonium chloride (BAK), on corneal sensitivity.

Patients and methods

Thirty-nine patients treated for glaucoma or ocular hypertension (OHT) and nine untreated patients were included in this study. Treated patients were divided into three groups according to the daily number of preserved eyedrops (0, 1 and ≥2). Corneal sensitivity was assessed using the Cochet-Bonnet esthesiometer. All patients underwent a complete examination of the ocular surface including Schirmer testing, tear film breakup time (BUT) and corneal and conjunctival fluorescein staining. The Ocular Surface Disease Index (OSDI) questionnaire was used to evaluate symptoms.

Results

Corneal sensitivity was 58.8±2.8mm, 56.2±5.2mm, 50.3±12.5mm and 44.3±13.6mm in untreated patients, in patients treated with none, one and two or more instillations of preserved eyedrops, respectively. Corneal sensitivity in patients treated with preserved eyedrops was significantly lower as compared to untreated patients (P<0.001) and patients treated with preservative-free eyedrops (P=0.012). Corneal sensitivity of patients treated with intraocular pressure-lowering medications was negatively correlated to the number of instillations of preserved eyedrops (r=–0.390 ; P<0.001) as well as to the duration of treatment (R=–0.357 ; P=0.001). BUT and fluorescein staining were significantly altered in treated patients compared to the untreated control group ; however, no significant difference was observed between the treated groups. There was no significant difference for OSDI or Schirmer testing between the various groups.

Conclusion

Chronic administration of BAK-containing anti-glaucoma eyedrops appears to alter corneal sensitivity. These results could explain the absence of correlation between clinical signs and symptoms sometimes observed in patients treated for glaucoma or OHT.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Glaucome, Surface oculaire, Sensibilité cornéenne, Chlorure de benzalkonium

Keywords : Glaucoma, Ocular surface, Corneal sensitivity, Treatment, Benzalkonium chloride


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 10

P. 684-690 - décembre 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Editorial Board
| Article suivant Article suivant
  • Quel choix pour un collyre de corticoïdes : solution ou suspension ?
  • H. Nourry, C. Viard, C. Cambourieu, J.-M. Warnet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.