Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prématurité et infection : état des connaissances - 25/01/12

Doi : 10.1016/j.jgyn.2011.10.004 
E. Petit a, , A. Abergel a, B. Dedet a, D. Subtil a, b
a Pôle d’obstétrique, clinique d’obstétrique, hôpital Jeanne-de-Flandre, université Lille II, 2, avenue Oscar-Lambret, 59037 Lille cedex, France 
b EA 2694, université Lille Nord de France, 59000 Lille, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

L’infection intra-utérine pourrait être responsable de 25 à 40 % des accouchements prématurés. Cette relation a été initialement mise en évidence grâce à des modèles animaux, en provoquant leur avortement par injection de bactéries ou d’endotoxines. En clinique humaine, l’examen de liquides d’amniocentèse a permis de montrer l’antériorité de l’infection par rapport à la mise en travail et l’existence d’une phase de latence subclinique entre ces deux phénomènes. La voie ascendante est prépondérante, dont on distingue quatre stades : infection cervico-vaginale, infection chorio-déciduale, infection intra-amniotique et infection fœtale. L’infection ovulaire est très fréquente en cas d’accouchement prématuré précoce (<30 SA). Elle est liée à une augmentation du risque de séquelles neurologiques et pulmonaires. Les germes principalement retrouvés sont les Mycoplasma species, mais également Escherichia coli, Gardnerella vaginalis et le streptocoque B. Plusieurs marqueurs de l’infection ont été étudiés : une hyperleucocytose maternelle supérieure à 15 000/mm3 ou une C-Reactive Protein (CRP) supérieure à 20mg/L, une augmentation de la fibronectine et/ou de l’IL-6 cervicales, un col court, notamment avant 32 SA, une hyperleucocytose du liquide amniotique et/ou des concentrations élevées d’interleukines. Chez le nouveau-né, la CRP est le principal marqueur utilisé mais d’autres marqueurs sont utilisables pour un diagnostic précoce d’infection, notamment l’interleukine 6.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Intrauterine infection could be responsible for 25% up to 40% of preterm births. This relationship was initially demonstrated using animal models, inducing their abortion by injecting bacteria or endotoxins. In human research, examination of amniocentesis fluid showed the anteriority of infection over labor induction, and the existence of a subclinical latency phase between these two phenomena. The ascending route is preponderant, and four stages can be distinguished: cervical and vaginal infection, chorio-decidual infection, intra-amniotic infection, fetal infection. The intrauterine infection is very frequent in case of early preterm birth (<30WG). It is associated with an increase of neurological and pulmonary morbidity. Most commonly found bacterial species are mycoplasma species, but also Escherichia coli, Gardnerella vaginalis and streptococcus B. Several markers of the infection have been studied: a maternal leukocytosis>15,000/mm3 or a C-Reactive Protein (CRP)>20mg/l, an increase of fibronectin and/or IL-6 cervical, a short cervical length especially before 32 WG, a leukocytosis of the amniotic fluid, and/or high interleukin concentrations. The main marker used for the newborn is the CRP, but other markers can also be used for an early diagnosis of an infection, especially interleukin 6.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Infection intra-utérine, Accouchement prématuré, Voie ascendante, Marqueurs infectieux, Physiopathologie

Keywords : Intrauterine infection, Premature birth, Ascending route, Infectious markers, Physiopathology


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 1

P. 14-25 - février 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les stimulations ovariennes modérées pour fécondation in vitro constituent-elles un réel progrès en assistance médicale à la procréation ?
  • M. Toledano, F. Lamazou, V. Gallot, R. Frydman, R. Fanchin, M. Grynberg
| Article suivant Article suivant
  • Hypoxémie, chémorécepteurs périphériques et rythme cardiaque fœtal
  • J.-F. Secourgeon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.