Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les stimulations ovariennes modérées pour fécondation in vitro constituent-elles un réel progrès en assistance médicale à la procréation ? - 25/01/12

Doi : 10.1016/j.jgyn.2011.08.008 
M. Toledano a, F. Lamazou a, b, V. Gallot a, R. Frydman a, b, c, R. Fanchin a, b, c, M. Grynberg a, , b, c
a Service de gynécologie-obstétrique et médecine de la reproduction, hôpital Antoine-Béclère, AP–HP, 157, rue de La-Porte-de-Trivaux, 92141 Clamart, France 
b Université Paris-Sud, 92140 Clamart, France 
c Inserm U782, 92140 Clamart, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

De plus en plus de données de la littérature font part du possible intérêt des approches de fécondation in vitro utilisant des protocoles de stimulation modérée, dans le but de réduire l’incidence et la sévérité des complications, le nombre de jours de traitement, leur coût, les effets indésirables ainsi que le nombre d’abandons de prise en charge par les patientes. Cependant, l’hétérogénéité de la cohorte de follicules sensibles à la FSH, nécessite probablement une croissance folliculaire multiple afin d’améliorer la qualité de la sélection ovocytaire et embryonnaire. De plus, si l’acceptabilité des stimulations ovariennes standards et des stimulations modérées semble identique, les taux de grossesse par cycle sont supérieurs en stimulation conventionnelle dans des populations non sélectionnées. Toutefois, certaines indications spécifiques semblent se dégager à ce jour, notamment les femmes de moins de 38ans présentant des altérations de la réserve ovarienne, les mauvaises qualités embryonnaires et les échecs d’implantation en stimulation conventionnelle, et les patientes ayant des antécédents d’hyperstimulation ou des contre-indications à l’hyperoestrogénie (cancers hormono-dépendants et troubles thromboemboliques). Cependant, jamais aucun essai randomisé n’a comparé stimulations modérées et conventionnelles chez des patientes jeunes et bonnes répondeuses. Ainsi, il n’y a pas à ce jour, suffisamment de données probantes pour proposer à toutes les patientes, des protocoles de FIV utilisant des stimulations modérées. Dans tous les cas, les habitudes culturelles doivent être respectées pour le choix de la stimulation à adopter.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Growing evidence indicates that mild ovarian stimulation for in vitro-fertilization-embryo transfer may be an interesting approach to reduce the incidence and severity of complications, the number of treatment days, cost, patient discomfort and number of patient drop-outs. However, the heterogeneity of FSH-sensitive follicles, presumably requires multiple follicular growth to improve oocyte-embryo selection. In addition, whether the acceptability probably is similar between standard ovarian stimulation and mild stimulation, per-treatment pregnancy rates with conventional stimulation is superior to mild stimulation in unselected populations. Hence, some specific indications tend to emerge such as alterations of the ovarian follicular reserve in women of less than 38 years, bad embryo qualities and implantation failure after conventional stimulation, patients with previous history of hyperstimulation syndrome or contraindications to hyperoestrogenia (estrogeno-related cancers and thromboembolic diseases). However, no randomized trials have ever been performed to compare the results of mild versus conventional stimulation in young patients and good responders. Therefore, there is insufficient scientific evidence to shift from standard stimulation to mild stimulation for all patients. Cultural standards have to be considered in the choice of the type of stimulation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Stimulations douces, FIV en cycle naturel, Complications FIV

Keywords : Mild stimulation, IVF-ET natural cycle, IVF-ET complications


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 1

P. 6-13 - février 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Contrôle qualité de la prise en charge chirurgicale des cancers de l’ovaire de stades avancés
  • C. Pomel, F. Lecuru, R. Rouzier, J. Dauplat, G. Ferron
| Article suivant Article suivant
  • Prématurité et infection : état des connaissances
  • E. Petit, A. Abergel, B. Dedet, D. Subtil

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.