Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Embolies gazeuses - 01/01/99

[24-106-A-10]
Daniel Mathieu : Praticien hospitalier
Francis Wattel : Professeur de réanimation médicale, faculté de médecine, université de Lille II, chef de service
Service d'urgence respiratoire, de réanimation médicale et de médecine hyperbare, centre hospitalier régional universitaire, hôpital Calmette, boulevard du Professeur-Leclercq, 59037 Lille cedex France
fr
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Urgences

Résumé

On entend sous le terme d'embolie gazeuse l'ensemble des manifestations pathologiques liées à la migration de bulles d'air ou d'un autre gaz dans la circulation sanguine.

Il s'agit d'une pathologie accidentelle, certes peu fréquente, mais qui est actuellement essentiellement d'origine iatrogène. Elle peut survenir aussi bien en milieu chirurgical : neurochirurgie, chirurgie cardiaque, coelioscopie etc, qu'en milieu médical : cathétérisme des voies veineuses centrales, endoscopies, biopsies pulmonaires ou pleurales, hémodialyse...

Une fois entrées dans le système vasculaire, les bulles de gaz suivent le flux sanguin jusqu'à ce qu'elles se bloquent dans un vaisseau de petit calibre. Selon la localisation du point d'entrée du gaz, les embolies gazeuses peuvent être distinguées en embolie gazeuse artérielle et embolie gazeuse veineuse. Les manifestations induites dépendent alors de la circulation, siège de l'obstruction mécanique bullaire et des réactions inflammatoires liées au corps étranger que représente le gaz.

Le diagnostic clinique est basé sur l'association d'une situation à risque et de l'apparition brutale de manifestations neurologiques et cardiovasculaires. Une fois l'embolie suspectée, le traitement ne doit être retardé par aucun bilan complémentaire, bien que la tomodensitométrie cérébrale ou l'échocardiographie puissent être de quelque secours si elles ne retardent pas le traitement : l'origine de l'embolie gazeuse doit être identifiée et éliminée, les fonctions vitales doivent être maintenues et une ventilation par oxygène pur instituée. Un traitement par oxygénothérapie hyperbare doit être débuté de façon urgente. La mortalité et la morbidité dans l'embolie gazeuse restent élevées, même s' il a été montré qu'un traitement précoce par oxygénothérapie hyperbare améliorait le pronostic.

Une attention toute particulière doit être portée, dans les situations à risques, à la prévention et à la détection d'un tel accident.

Plan

fr

© 1999  Elsevier, Paris. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article suivant Article suivant
  • Gestes de secourisme en urgence
  • J.-M. Agostinucci, P. Bertrand

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.