Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intérêt de la photothérapie dynamique dans les choriorétinopathies séreuses centrales chroniques et les épithéliopathies rétiniennes diffuses exsudatives - 15/02/12

Doi : 10.1016/j.jfo.2011.07.005 
P.-L. Cornut a, , M. Quaranta-El Maftouhi b, M. Mauget-Faÿsse b
a Service d’ophtalmologie, hôpital Édouard-Herriot, hospices civils de Lyon, université Lyon-1, 5, place d’Arsonval, 69437 Lyon cedex 03, France 
b Centre ophtalmologique Rabelais, 14, rue Rabelais, 69003 Lyon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs

Rapporter les résultats du traitement par photothérapie dynamique à la Visudyne® (V-PDT) en fluence réduite appliqué à des patients atteints de choriorétinite séreuse centrale (CRSC) chronique (CRSC évoluant depuis plus de six mois).

Patients et méthodes

L’ensemble des données cliniques, angiographiques et OCT des patients atteints de CRSC chronique traités par V-PDT entre 2002 et 2008 au centre Rabelais de Lyon a été analysé rétrospectivement. Un bilan complet (recherche de syndrome maculaire, acuité visuelle ETDRS, biomicroscopie, AG à la fluorescéine et au vert d’indocyanine, OCT) était réalisé avant le traitement par V-PDT et trois mois après. Les patients étaient ensuite régulièrement suivis et retraités en cas de récidives. Le traitement par V-PDT était réalisé avec un spot de surface égale à la surface des zones hyperfluorescentes à bords flous repérées sur les temps tardifs de l’angiographie ICG, de puissance réduite de moitié (300mW/cm2 au lieu de 600).

Résultats

Quarante et un yeux de 34 patients (27 hommes) d’âge moyen 53ans ont été inclus. Dix-huit yeux avaient déjà été traités par photocoagulation au laser. Plusieurs points de diffusion caractéristiques des CRSC étaient visibles sur l’angiographie à la fluorescéine dans la plupart des cas (n=38), maculaires dans 35 cas. Avant traitement : des métamorphopsies étaient notées dans 51 % des cas, un œdème intrarétinien (OIR) était présent sur l’OCT dans 71 % des cas, un DSR dans 85 % et un DEP dans 10 %. Trente-neuf yeux n’ont bénéficié que d’une séance de traitement et un œil a été retraité une fois. À M+3 post-V-PDT, un OIR était présent dans 15 % des cas, un DSR dans 12 % et un DEP dans 2 %. À l’issue d’une période de suivi de 20 mois, un OIR était présent dans 14 % des cas, un DSR dans 15 % des cas et un DEP dans 0 %. Une atrophie maculaire était observée sur l’OCT dans la plupart des cas à l’issue du suivi (épaisseur centrale mesurée en moyenne à 144,5microns). Comparée à l’AV initiale, l’AV à M+3 post-V-PDT était abaissée dans 22 % des cas, stabilisée dans 39 % et améliorée dans 39 % alors que l’AV finale à l’issue du suivi était abaissée dans 12 % des cas, stabilisée dans 17 % et améliorée dans 71 %. Aucune complication n’a été observée.

Discussion

Le traitement par V-PDT des formes chroniques de CRSC est à l’origine d’une amélioration anatomique et fonctionnelle (disparition durable des phénomènes exsudatifs dans la plupart des cas et augmentation de l’acuité visuelle dans plus de deux cas sur trois dans cette étude). L’atrophie observée peut être induite par le traitement ou être liée à l’évolution naturelle de la maladie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Purpose

To report outcomes in patients with long-standing (more than 6months) chronic central serous chorioretinopathy (CSC) treated with low-fluence Visudyne® photodynamic therapy (LFV-PDT).

Patients and methods

The clinical, angiographic and optical coherence tomography (OCT) results of patients with long-standing chronic central serous chorioretinopathy (CCSC) treated with LFV-PDT in the Lyon Centre Rabelais between 2002 and 2008 were retrospectively analyzed. A comprehensive check-up (macular syndrome signs, ETDRS best-corrected visual acuity [BCVA], biomicroscopy, fluorescein [FA] and indocyanine green [ICGA] angiographies, OCT scans) was performed before LFV-PDT treatment and 3months later. Patients were then followed regularly and retreated in case of recurrence. The LFV-PDT treatment, with a fluence of 25 J/cm2 at an irradiance of 300 mW, was guided by ICGA.

Results

Forty-one eyes of 34 patients (27 males; mean age: 53 years) were included, of which 18 eyes had already been treated with laser photocoagulation. Several leaking points were visible on FA in most of the cases (n=38), mainly in the macula (35 cases). Before treatment, metamorphopsia was noted in 51% of the cases, intraretinal edema (IRE) was present on OCT scans in 71%, serous retinal detachment (SRD) in 85%, and pigment epithelial detachment (PED) in 10%. Thirty-nine eyes had only one treatment session and one eye was retreated once. At 3months after LFV-PDT, IRE was present in 15% of the cases, SRD in 12%, and PED in 2%. At the end of the 20-month follow-up, IRE was present in 14% of the cases, SRD in 15%, and PED in 0%. Macular atrophy was observed on OCT in most of the cases at the end of the follow-up (mean central thickness, 144.5 μm). Compared to the initial BCVA, at 3months after LFV-PDT, BCVA decreased in 22% of the cases, stabilized in 39%, and increased in 39%, while at the end of the follow-up, BCVA decreased in 12% of the cases, stabilized in 17%, and increased in 71%. No complication was observed.

Discussion

LFV-PDT treatment for patients with long-standing chronic central serous chorioretinopathy results in anatomical and functional improvement (sustained disappearance of the exudative phenomenon in most cases and increased BCVA in more than two-thirds of the cases). The macular atrophy observed may be due to the treatment or the natural course of the disease.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Choriorétinite séreuse centrale, Épithéliopathie rétinienne diffuse, Photothérapie dynamique, Vertéporphine

Keywords : Chronic central serous chorioretinopathy, Diffuse retinal epitheliopathy, Photodynamic therapy, Verteporfin


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° 2

P. 82-87 - février 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude américaine bévacizumab versus ranibizumab : match nul ?
  • E.H. Souied, S.Y. Cohen, L. Kodjikian
| Article suivant Article suivant
  • Étude de la cicatrice cutanée de la dacryocystorhinostomie par voie faciale
  • M.M. Mjarkesh, X. Morel, G. Renard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.