Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Atteinte rénale du lupus érythémateux disséminé - 14/03/12

Doi : 10.1016/j.lpm.2011.11.006 
Alexandre Karras
AP–HP, hôpital européen Georges-Pompidou, service de néphrologie, 75015 Paris, France 

Alexandre Karras, AP–HP, hôpital européen Georges-Pompidou, service de néphrologie, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Key points

Renal involvement is frequent (20 to 50% of cases) during the course of systemic lupus erythematosus (SLE). It significantly influences the functional prognosis and the patient survival.

Glomerulopathy is the usual renal lesion in SLE and the clinical presentation can be very polymorphic, ranging from isolated proteinuria to nephrotic syndrome or rapidly progressive renal failure.

The severity of the renal disease and the overall prognosis can vary according to the patient’s ethnicity but the main prognostic factor is the response of the disease to the initial immunosuppressive therapy.

Renal biopsy is essential for classifying the glomerular lesions, establish the prognosis and guide the clinician in the choice of the right therapeutic scheme.

The induction therapy of lupus proliferative glomerulonephritis asssociates high-dose corticosteroids and an immunosuppressive treatment. Cyclophosphamide and mycophenolate mofetil (MMF) are the most used immunosuppressive drugs in this setting. After remission, the treatment is classically switched to a combination of low-dose corticosteroids and oral immunosuppression with azathioprine or MMF, combined with long-term hydroxychloroquine prophylaxis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Points essentiels

L’atteinte rénale est fréquente (20–50 % des cas selon les séries) au cours du lupus érythémateux systémique et conditionne le pronostic fonctionnel mais aussi vital de la maladie.

La néphropathie glomérulaire est la principale manifestation rénale du lupus, et les modes de présentation sont multiples, allant de la simple protéinurie au syndrome néphrotique ou à l’insuffisance rénale rapidement progressive.

La gravité et le pronostic de la néphropathie lupique sont variables selon l’origine ethnique du patient, mais dépendent en grande partie de la réponse initiale au traitement.

La biopsie rénale est essentielle pour classifier l’atteinte rénale, déterminer le pronostic et établir la conduite thérapeutique.

Le traitement d’attaque de la glomérulonéphrite lupique proliférative nécessite des corticoïdes à fortes doses et un traitement immunosuppresseur. Le cyclophosphamide et le mycophénolate mofétil (MMF) sont aujourd’hui les deux traitements les plus utilisés dans cette indication.

Le traitement d’entretien de la néphropathie lupique doit également comprendre une corticothérapie et un immunosuppresseur de type azathioprine ou MMF, probablement associés à l’hydroxychloroquine au long cours.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 3P1

P. 260-266 - mars 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Rein et cryoglobulinémies mixtes : quel traitement ?
  • Patrice Cacoub
| Article suivant Article suivant
  • Rein et infection par le virus de l’immunodéficience humaine
  • Emmanuelle Plaisier, François-Xavier Lescure, Pierre Ronco

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.