Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Enjeux éthiques des limitations et arrêts de traitements à la phase aiguë des accidents vasculaires cérébraux graves - 02/05/12

Doi : 10.1016/j.lpm.2011.12.014 
Sophie Crozier 1, 2,
1 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, service des urgences cérébrovasculaires, 75651 Paris cedex 13, France 
2 Université Paris-Sud 11, études sur les sciences et les techniques, EA 1610, département de recherche en éthique, science, santé et société (ES3), 94276 Le-Kremlin-Bicêtre cedex, France 

Sophie Crozier, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, service d’urgences cerebrovasculaires, 47–83, boulevard de l’Hôpital, 75651 Paris cedex 13, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Key points

Stroke prognosis remains difficult to determine. It depends on stroke severity, patient’s age and his rehabilitation ability. In essence, individual prediction is uncertain.

Neurological severity is related to many factors such as low blood pressure or hyperthermia, which are important to consider before prognosticate.

Do-not-resuscitate orders are given in up to 30% of acute stroke. More than 50% of them are given upon admission (in the first 24h of stroke).

Withdrawing and withholding treatments are usually decided when neurological prognosis is supposed to be “catastrophic”. Other factors, such as physician’s disability representation or hospital use of aggressive procedures, certain daily routines or organizational constraints, are also probably implied.

In France, end-of-life decisions are guided by the law: “loi relative aux droits des malades et à la fin de vie du 22 avril 2005”.

Palliative approach in severe stroke remains unknown and rarely developed, but is necessary to implement in such situations with high mortality rate.

End-of-life decisions in severe stroke have several ethical issues such as the definition of what could be an “unacceptable” disability for the individual and/or the society.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Points essentiels

Le pronostic des accidents vasculaires cérébraux (AVC) graves est difficile à déterminer. Il dépend de la gravité neurologique initiale, de l’âge du patient et de la capacité de récupération du patient. La prédiction individuelle est par essence incertaine.

La gravité neurologique est elle-même liée à de nombreux facteurs aggravants, tels que l’hypotension et l’hyperthermie, qu’il est important de corriger en phase aiguë, mais aussi de prendre en compte dans l’évaluation pronostique.

Une décision de non réanimation est prise à la phase aiguë dans environ 30 % des patients atteints d’AVC graves. Dans plus de la moitié des cas, elle serait prise dans les 24 premières heures de l’AVC.

Les décisions de limitation ou l’arrêt de certains traitements (LAT) dans les situations d’AVC graves sont peu étudiées, mais seraient principalement liées au pronostic neurologique jugé « catastrophique ». D’autres facteurs interviennent probablement, comme les représentations du handicap et certaines habitudes et contraintes hospitalières.

En France, les décisions de LAT sont guidées par la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie du 22 avril 2005.

La démarche palliative reste peu connue et peu développée dans le champ des AVC graves, mais est indispensable à mettre en œuvre dans ces situations où la mortalité est importante.

Les enjeux éthiques des LAT à la phase aiguë des AVC graves sont nombreux. Une des principales questions est celle de la définition, tant au niveau individuel que collectif, de ce que pourrait être un handicap « inacceptable ».

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2012  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 5

P. 525-531 - mai 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Accidents vasculaires cérébraux de l’enfant : une urgence médicale qui doit bénéficier des filières neurovasculaires régionales mises en place par le Plan National AVC
  • Marie Hervieu-Bégue, Agnès Jacquin, Apolline Kazemi, Nassima Nezzal, Véronique Darmency-Stamboul, Mondher Souchane, Frédéric Huet, Maurice Giroud, Guy-Victor Osseby, Yannick Béjot
| Article suivant Article suivant
  • Traitement des anévrismes intracrâniens
  • Laurent Pierot, Krzysztof Kadziolka, Christophe Portefaix, Fabien Litré, Pascal Rousseaux

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.