Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Douleur postopératoire et cure chirurgicale de rhizarthrose du pouce opérée sur le mode ambulatoire - 01/01/00

F.  Vial 1 ,  H.  Bouaziz 1 ,  G.  Mekler 1 ,  C.  Cornet 1 ,  M.  Merle 2 ,  M.C.  Laxenaire 1 Correspondance et tirés à part

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif : Évaluer l'intensité et la durée de la douleur dans les suites d'une cure chirurgicale de rhizarthrose du pouce en ambulatoire.

Type d'étude : Étude prospective.

Méthode : Vingt-six patientes opérées en ambulatoire d'une cure chirurgicale de rhizarthrose du pouce sous anesthésie locorégionale au cours des 15 premiers jours postopératoires. Analgésie postopératoire instituée à la sortie de l'établissement par association d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et d'antalgiques de palier II. Autoévaluation de la douleur sur une échelle numérique de 0 à 10. Données recueillies par un interrogatoire téléphonique au quatrième, huitième et 15 jours postopératoires.

Résultats : Le traitement antalgique a été correctement suivi par l'ensemble des patientes. Au quatrième jour postopératoire, 80 % d'entre elles prenaient encore un traitement antalgique, 20 % à j8. Les AINS ont été maintenus en moyenne quatre jours et les antalgiques de palier II en moyenne six jours. Cinquante pour cent des patientes ont présenté des douleurs intenses au cours des deux premiers jours postopératoires. À j3 et j4 prédominaient des douleurs modérées respectivement dans 54 % et 42 % des cas. Au-delà, la majorité des patientes rapportait des douleurs de faible intensité (71 % à j8). Des épigastralgies ont été signalées par 27 % des patients.

Conclusion : La rhizarthrose du pouce est une chirurgie volontiers réalisée selon un mode ambulatoire. Dans ce travail, 50 % des patientes ont ressenti à domicile des douleurs postopératoires sévères, traduisant l'insuffisance d'efficacité du traitement antalgique proposé comportant une association d'antalgiques de palier II et d'AINS dans ce type de chirurgie.

Mots clés  : analgésie postopératoire ; chirurgie ambulatoire ; évaluation ; rhizarthrose.

Abstract

Objective: The course of pain and the incidence of the side effects from analgesics were evaluated for 15 days in 26 consecutive outpatients who underwent a surgical cure of trapeziometacarpal osteoarthritis of the thumb under regional block.

Study design: Prospective study.

Methods: The analgesic regimen prescribed at discharge consisted on a regular administration of a combination of ketoprofen (50 mg·6·h-1) plus the association of acetaminophen and propoxyphene (two tablets·6·h-1). Patients were asked to evaluate their pain using a numerical rating scale graduated from 0 to 10. Data were collected during a telephone interview at day 4, 8 and 15.

Results: Overall, patients scrupulously followed the medical prescription. At day four, 80% of patients still needed analgesics. The mean period during which NSAID, acetaminophen and propoxyphene were maintained was 4 and 6 days respectively. Fifty percent of patients reported severe pain during postoperative day 1 and 2. Moderate pain was reported at day 3 and 4 in respectively 54% and 42% of cases. Beyond this period, most patients indicated pain of weak intensity (71% at day 8). Epigastric pain has been noticed for 27% of patients.

Conclusion: The surgical correction of trapeziometacarpal osteoarthritis of the thumb is frequently performed according to an ambulatory setting. The fact that 50% of patients reported severe pain during the early postoperative period emphasize the inadequacy of our postoperative pain management for this surgical procedure.

Mots clés  : ambulatory surgery ; analgesia ; evaluation ; postoperative pain.

Plan



© 2000  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 19 - N° 9

P. 643-648 - novembre 2000 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Toxicomanie et addictions en milieu anesthésique : sortir du non-dit
  • M. Chandon
| Article suivant Article suivant
  • L'efficacité du mivacurium baisse si son injection est retardée par une prise de pression non-invasive sur le bras homolatéral
  • C. Motamed, K. Kirov, Y. Abadie, P. Duvaldestin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.