Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Cancer de la vulve : enquête de pratique de la prise en charge chirurgicale en France. Faut-il se diriger vers des centres de références ? - 01/06/12

Doi : 10.1016/j.jgyn.2012.03.003 
S. Sanguin a, E. Daraï b, M. Brzakowski a, J. Gondry a, R. Fauvet a,
a Centre de gynécologie-obstétrique, université de Picardie-Jules-Verne, CHU Amiens, 124, rue Camille-Desmoulins, 80054 Amiens cedex 1, France 
b Service de gynécologie-obstétrique, université Pierre-et-Marie-Curie-Paris-VI, Cancer Est, hôpital Tenon, AP–HP, 4, rue de la Chine, 75020 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But

Le cancer de la vulve est rare. En France, sa prise en charge est codifiée par des référentiels. Le but de ce travail a été d’évaluer sa prise en charge en regard des recommandations.

Matériels et méthodes

Six cents questionnaires ont été distribués au cours de deux congrès français en 2009. Ils portaient sur les caractéristiques des praticiens (âge, sexe, activité, lieu d’exercice, pratique de la chirurgie vulvaire, nombre de cancers diagnostiqués et traités par an personnellement et par structure) et sur la pathologie étudiée (bilan préopératoire, techniques chirurgicales, traitements adjuvants). Trois cas cliniques étaient proposés en fin de questionnaire.

Résultats

Le taux de réponse aux questionnaires a été de 17 % (n=102). Seule la moitié (52,9 %) des praticiens prenait en charge des cancers vulvaires et parmi eux, 83,2 % moins de cinq cancers par an. Dans 87,4 % des cas, moins de dix cancers par an étaient pris en charge dans leur établissement. Seuls 8,7 % des praticiens ont répondu conformément aux référentiels pour les trois cas cliniques. Le taux de conformité était de 80,5 % pour le cas clinique A, les autres cas cliniques B et C obtenant respectivement 63,7 % et 22,5 % de réponses conformes. Il n’a pas été mis en évidence de différence significative entre la conformité des réponses et l’âge des praticiens, leur expérience, leur lieu de travail et le nombre de cancers pris en charge par an personnellement ou dans la structure d’exercice.

Conclusion

Malgré les limites des études basées sur les réponses volontaires à un questionnaire, il apparaît que la prise en charge du cancer de la vulve n’est pas en conformité avec les référentiels posant le problème de leur diffusion ainsi que le recours à de centres experts.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

Vulvar cancer is rare. In France, surgical management of this cancer is codified by national guidelines. The aim of this survey was to evaluate its surgical management regards to the French guidelines.

Materials and methods

Six hundred questionnaires were given to surgeons during two French congress in 2009. They focused on the surgeon (age, sex, occupation, center of work, practice of vulvar surgery, number of cancers treated individually and in the center), and the disease (initial work-up, surgical management and adjuvant therapy). Three case reports were also proposed, related to vulvar cancer management.

Results

Seventeen percent of surgeons (n=102) answered the questionnaire. Only half of them (52.9%) managed vulvar cancer. Of them, 83.2% reported treated less than five cancers per year; 87.4% of centers treated less than 10 vulvar cancers per year. Only 8.7% of surgeons respected the guidelines for the three case reports. The compliance rate was 80.5% for case A; 63.7% for case B and 22.5% for case C. No difference in answers’ conformity to the guidelines was found according to age of surgeons, experience, workplace, number of cancers treated per year and centers.

Conclusion

Despite some limits of our study, it appears that vulvar cancer management is often not conform to the French guidelines raising concerns on their insufficient diffusion and creation of expert centers.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer de la vulve, Traitement chirurgical, Référentiels

Keywords : Vulvar cancer, Surgical treatment, Guidelines


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 4

P. 363-369 - juin 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Chirurgie robotique en cancérologie gynécologique : étude rétrospective comparative avec la laparotomie et la cœlioscopie traditionnelle
  • C. Farache, S. Alonso, C. Ferrer Marsollier, F. Masia, R. de Tayrac, G. Triopon
| Article suivant Article suivant
  • Rupture spontanée de varices utérines pendant le troisième trimestre de grossesse : approche diagnostique par IRM
  • O. Detriche, S. Vaesen, C. Carlier, J.-C. Dutranoy, O. Givron, P. Bosschaert

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.