Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hémophagocytose au cours des défaillances polyviscérales : implication du M-CSF ou réactivation virale ? - 01/01/01

B.  François 1 * ,  F.  Trimoreau 2 ,  A.  Desachy 1 ,  A.  Besse 2 ,  S.  Rangez 3 ,  V.  Praloran 2 ,  P.  Vignon 1 *Correspondance et tirés à part

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif : Cette étude avait pour but d'évaluer le rôle potentiel respectif du M-CSF et des réactivations virales dans la genèse des hémophagocytoses survenant lors des défaillances multiviscérales.

Méthodes : Vingt-cinq patients (âge moyen : 60 ± 16 ans ; Apache II : 23 ± 5) souffrant d'une défaillance polyviscérale associée à une thrombopénie inexpliquée ont été étudiés. Pour chaque patient, un myélogramme, un dosage sérique du M-CSF et une enquête virologique (virus Herpès) ont été réalisés à l'admission. Vingt autres patients (âge moyen : 57 ± 15 ans ; Apache II : 24 ± 7) avec au moins deux défaillances d'organe mais sans thrombopénie ont constitué le groupe contrôle. Le M-CSF circulant et la fréquence de la réactivation virale ont été comparés entre les groupes.

Résultats : Une hémophagocytose a été diagnostiquée chez 11/25 patients (44 %). Aucune réactivation de virus Herpès n'a été mise en évidence. Les concentrations sériques de M-CSF étaient plus élevées en cas d'hémophagocytose (699 ± 242 vs 438 ± 157 UI·mL-1 ; p < 0,05). La ferritinémie était aussi augmentée en cas d'activation macrophagique (3 258 ± 2 807 vs 520 ± 280 mg·L-1 ; p < 0,0001). Au contraire, les concentrations sériques de M-CSF et la ferritinémie étaient comparables chez les patients thrombopéniques sans hémophagocytose et dans le groupe contrôle.

Conclusions : Cette étude montre une incidence élevée d'hémophagocytose chez les patients de réanimation en défaillance polyviscérale. Chez ces patients, les concentrations sériques de M-CSF étaient élevées tandis qu'aucune réactivation de virus Herpès n'a été mise en évidence.

Mots clés  : défaillance polyviscérale ; hémophagocytose ; macrophage colony-stimulating factor ; thrombopénie ; virus.

Abstract

Objective: This study was aimed to assess the potential role of M-CSF and viral reactivation in the genesis of haemophagocytosis during the multiple organ failure (MOF) syndrome.

Methods: Twenty-five patients (mean age : 60 ± 16 years ; Apache II : 23 ± 5) sustaining MOF with an unexplained thrombocytopenia were studied. In each patient, a bone marrow aspirate, serum M-CSF concentration, and a virological examination (Herpes viruses) were obtained on admission. In addition, 20 patients (mean age: 57 ± 15 years ; Apache II: 24 ± 7) with at least two organ failures but no thrombocytopenia constituted the control group. Circulating M-CSF levels and the frequency of virus reactivation were compared between groups.

Results: Haemophagocytosis was diagnosed in 11/25 patients (44%). No viral reactivation was found. Serum M-CSF concentrations were higher in the presence of haemophagocytosis (699 ± 242 vs 438 ± 157 IU·mL-1 ; p < 0.05). Ferritin levels were also increased in the presence of a macrophage activation (3 258 ± 2 807 vs. 520 ± 280 mg·L-1 ; p < 0.0001). In contrast, both circulating M-CSF and ferritin levels were similar between thrombocytopenic patients with no hemophagocytosis and controls.

Conclusions: This study confirmed the high incidence of haemophagocytosis in critically ill patients sustaining MOF. In this setting, circulating M-CSF levels were markedly elevated, whereas no Herpes viruses reactivation was found.

Mots clés  : haemophagocytic syndrome ; macrophage colony-stimulating factor ; multiple organ failure ; thrombocytopenia ; virus.

Plan



© 2001  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 20 - N° 6

P. 514-519 - juin 2001 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation des sites implantables en cancérologie médicale en Tunisie. Étude prospective à propos de 205 cas
  • H. Boussen, M. Mtaallah, T. Dhiab, S. Khalfallah, G. Jerbi, M. Hechiche, A. Mezlini, K. Rahal, F. Ben Ayed
| Article suivant Article suivant
  • Infections liées aux cathéters veineux en réanimation. Physiopathologie, diagnostic, traitement et prévention
  • O. Mimoz, F. Rayeh, B. Debaene

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.