Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le méthylphenidate améliore le freezing de la marche chez les patients parkinsoniens sous stimulation subthalamicque : Une étude randomisée contre placébo - 19/06/12

Doi : 10.1016/S0035-3787(12)70040-1 

D. Devos au nom du groupe d’étude PARKGAIT-II GROUPE D’ETUDE PARKGAIT : Lille

C. Moreau, A. Delval, K. Dujardin, A. Duhamel, Alexandre Kreisler, G. Petyt, C. Hossein Foucher, F. Warembourg, M. Brudowski, O. Thavarak, C. Simonin, E. Mutez, A. Destée, R. Bordet, L. Defebvre, David Devos,

Paris La pitié-Salpétrière : ml

 Walter, D. Grabli, S. Arguilliere, H. Hesekamp, M.C. Cohelo Braga, N. Girault,  Chucha, J.C. Corvol, M. Vidailhet,  Toulouse, C. Brefel-Courbon, F. Ory-Magne, O. Rascol,  Bordeaux, D. Guehl, F. Tison,  Marseille, A. Eusebio, T. Witjas, F. Fluchere, J.P. Azulay,  Grenoble, V. Fraix, B. Debû, P. Pollak, P. Krack,  Strasbourg, C. Tranchant, O. Lagacha-Boukbiza,  Poitiers, J.L. Houeto,  Nantes, P. Derkinderen, M. Faighel, P. Renou, P. Damier,

Nice

C. Giordana, M. Borg,  Rennes, S. Drapier, M. Verin,  Clermont Ferrand, B. Debilly, F. Durif,  Rouen, R. Lefaucheur, D. Maltete,  Caen, G. Defer,  Amiens, P. Krystkowiak

Résumé

Rationnel

Le très grand bénéfice des deux traitements pivots dans la Maladie de Parkinson (MP) que sont la L-dopa et la stimulation subthalamique sont mis en péril à long terme par l’apparition de troubles axiaux avec des freezing de la marche (FOG). Ceux-ci pourraient être en partie liés à une déplétion dopaminergique et noradrénergique dans les boucles striato-frontales. Le méthylphenidate (MPD) pourrait augmenter le niveau dopaminergique et noradrénergique synaptique striatal par inhibition des transporteurs pré synaptique.

Objectif

Nous avons étudié si le MPD améliorait les FOG et les capacités attentionnelles chez les patients non déments au stade avancé de la MP.

Méthode

Dans cette étude randomisée en double aveugle versus placebo (ClinicalTrials.gov : NCT00914095), les patients, de 13 centres en France, qui avaient des troubles axiaux sévères avec des FOG, en dépit d’un contrôle optimal des fluctuations motrices par dopathérapie et stimulation subthalamique, étaient éligibles pour l’inclusion. Les patients étaient assignés au groupe MPD (1mg/kg/j) ou placebo pendant 3 mois. Le critère primaire était le nombre de pas au Stand Walk Sit Test (SWS) dans des conditions standardisées sans L-dopa entre la première et la dernière visite.

Résultats

Quatre vingt patients ont été screenés et 69 patients éligibles ont terminé l’étude. Par rapport au groupe placebo, on notait sous MPD une diminution significative du nombre de pas et du temps (au SWS), du nombre de freezing (au FOG trajectory) et du score de handicap moteur (UPDRS III) sans L-dopa associée à une diminution du nombre de freezing après test au L-dopa. L’attention et la somnolence étaient également améliorées sous MPD. Il n’y avait pas d’aggravation significative des dyskinésies, ni de l’humeur ou de comportement addictif. Une inhibition des transporteurs pré synaptiques de dopamine était observée sur le DaTSCAN™.

Conclusions

Le MPD améliore le freezing de la marche avec un impact positif sur la cognition et le comportement dans une population sélectionnée de patients parkinsoniens évolués sous stimulation subthalamique avec des doses modérées quotidiennes de L-dopa.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 168 - N° S1

P. S29 - janvier 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Amélioration du mouvement et de la parole pendant les troubles du comportement en sommeil paradoxal au cours de l’atrophie multi systématisée
  • V. Cochen De Cock, R. Debs, D. Oudiette, S. Leu, F. Radgi, M. Tiberge, H. Yu, S. Bayard, E. Roze, M. Vidailhet, Y. Dauvilliers, O. Rascol, I. Arnulf
| Article suivant Article suivant
  • Relations génotype-phénotype dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth associée aux mutations du gène GDAP1
  • J. Cassereau, A. Chevrollier, V. Procaccio, C. Verny, D. Bonneau, P. Reynier, M. Ferré

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.