Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Enquête nationale sur la prise en charge et l’accouchement des utérus unicicatriciels en France en 2009 - 11/08/12

Doi : 10.1016/j.jgyn.2012.03.008 
A. Arzel a, , P. Boulot a, G. Mercier b, F. Letois b
a Service de gynécologie obstétrique C, médecine materno-fœtale, faculté de médecine Montpellier-Nîmes, CHU Arnaud-de-Villeneuve, 371, avenue Doyen-Gaston-Giraud, 34000 Montpellier, France 
b Département d’informatique médicale, CHU Lapeyronie, 371, avenue Doyen-Gaston-Giraud, 34000 Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But

Recenser les pratiques obstétricales dans les maternités françaises concernant la prise en charge de l’accouchement sur utérus unicicatriciel.

Matériel et méthodes

Enquête par questionnaire recueillant les pratiques obstétricales sur l’acceptation et les modalités de l’accouchement des patientes ayant un utérus unicicatriciel, en France en 2009. Le questionnaire a été adressé par courrier électronique à 472 maternités privées et publiques de niveau 1, 2 et 3.

Résultats

Cent soixante-quinze établissements (37 %) ont répondu ; 305 710 naissances ont été représentées. Les établissements privés ont peu répondu (12,6 % des réponses) alors qu’ils représentaient 30,2 % de l’activité obstétricale. Au total, 50,9 % des maternités ne disposaient pas de protocole écrit de prise en charge des utérus unicicatriciels ; 53,1 % des établissements disposaient d’un consentement écrit de la patiente à la tentative d’accouchement voie basse. Le compte rendu opératoire de la précédente césarienne était considéré comme important pour 73,1 % des équipes. La voie basse était acceptée dans 100 % des cas quand la cicatrice était segmentaire, dans 30,3 % des cas quand elle était segmento-corporéale et dans 25,1 % des cas quand elle était verticale. Au total, 55,4 % des maternités ont pratiqué le déclenchement sur utérus cicatriciel dont 29,9 % avec des prostaglandines de type E2 ; 64 % ont utilisé une tocométrie interne. La radiopelvimétrie était réalisée systématiquement dans 55,9 % de maternités de niveau 1 contre 13,5 % en niveau 3 (p=0,000035). Le déclenchement est pratiqué davantage en niveau 3 (78,3 %) qu’en niveau 1 (44 %) (p=0,009). Aucune équipe n’a déclaré pratiquer une césarienne itérative de principe.

Conclusion

Cette enquête nationale, statistiquement représentative en nombre d’accouchements a objectivé des pratiques hétérogènes selon le type et le niveau de la maternité en France, en 2009. Ces données plaident pour la rédaction de recommandations françaises spécifiques afin d’harmoniser les prises en charge, compte tenu de la fréquence des utérus cicatriciels.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

To audit French maternity units’ obstetric procedures in delivering women who have undergone previous caesarean section.

Materiel and methods

Survey by questionnaire collecting the obstetrical practices about agreement and methods of delivery of women with previous caesarean section in France in 2009. The questionnaire was sent by email to 472 private and public maternity units of grades 1, 2 and 3.

Results

One hundred and seventy-five units (37%) replied, about 305,710 new borns representated, few private maternity units answered (12.6% of the answers), despite their accounting for 30.2% of obstetric work; 50.9% had no written policy for the management of patients with previous caesarean; 53.1% of units relied on written consent from women attempting vaginal delivery after previous caesarean. The documentation concerning previous caesarean section was considered important by 73.1% of units. Rates for acceptance of attempted vaginal delivery were as follows: after a transverse lower uterine segment incision – 100% of maternity units; after a transverse corporeal incision – 30.3% of units and after a vertical incision – 25.1% of units; 55.4% of maternities induced labour after a previous caesarean section, 29.9% of them with prostaglandin E2; 64% used internal tocometry. Radiopelvimetry was a routine examination for 55.9% of grade 1 units, compared with 13.5% of grade 3 (P=0.000035). Induction was practised by more grade 3 units (78.3%) than grade 1 units (44%) (P=0.009). No team acknowledged carrying out subsequent caesarean delivery as a matter of principle.

Conclusions

This national survey, statistically representative in terms of the numbers of deliveries, gives an objective view of different practices, according to type and grade of maternity unit in France, in 2009. The data indicate that it is desirable to devise specific recommendations in order to harmonise management, bearing in mind the frequency of caesarean sections.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Utérus cicatriciel, Déclenchement, Accouchement voie basse, Niveau de maternité, Enquête nationale française

Keywords : Previous caesarean section, Labor induction, Vaginal birth, Grade of maternity unit, French national survey


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 5

P. 445-453 - septembre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La myomectomie par cœlioscopie avec assistance robotique : comparaison avec la laparotomie
  • N. Ranisavljevic, G. Mercier, F. Masia, P. Mares, R. De Tayrac, G. Triopon
| Article suivant Article suivant
  • Impact de la précarité sur la qualité du dépistage anténatal : expérience de l’hôpital Lariboisière à Paris
  • C. Brugier, O. Morel, A. Ricbourg, P.-H. Bréchat, E. Gayat, E. Barranger

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.