Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Anesthésie générale chez l’enfant : quid des pratiques en 2010 ? - 05/09/12

Doi : 10.1016/j.annfar.2012.06.004 
I. Constant , N. Louvet, M.-L. Guye, N. Sabourdin
Hôpital Armand-Trousseau, groupe hospitalier HUEP, UPMC, AP–HP, 26, avenue Arnold-Netter, 75012 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La pratique de l’anesthésie pédiatrique nécessite une mise à jour régulière des connaissances scientifiques et des compétences techniques. Afin d’adapter au mieux l’enseignement dispensé, il est intéressant d’évaluer l’état des connaissances et la pratique des anesthésiologistes pédiatriques. Ainsi, l’objectif de cette enquête était de dresser un tableau des pratiques cliniques actuelles de l’anesthésie générale chez les enfants, en France.

Matériel et méthodes

Mille cent cinquante questionnaires ont été distribués à des médecins anesthésistes-réanimateurs (MAR) concernés par l’anesthésie pédiatrique. Le questionnaire visait à préciser, d’une part, les pratiques à l’induction, lors de l’entretien, et au réveil de l’anesthésie générale et, d’autre part, les avis concernant la gestion des enfants enrhumés, l’agitation au réveil, les signes épileptoïdes, et enfin la gestion anesthésique d’une adénoïdectomie. Les différences de pratiques entre les différentes structures d’exercice (LIBERAL, PSPH, CHG et CHU étaient étudiées.

Résultats

Mille vingt-cinq questionnaires ont été analysés. Cinquante-cinq pour cent des MAR exerçaient dans un hôpital public (CHG et CHU). Soixante-dix-sept pour cent des MAR avaient une pratique pédiatrique inférieure ou égale à 25 % de leur pratique totale. Chez les enfants de trois à dix ans : 72 % des MAR utilisaient toujours une prémédication et les deux tiers effectuaient l’induction par inhalation dans plus de 50 % des cas. Pour l’induction, 53 % utilisaient le sévoflurane (SEVO) à 7 ou 8 %. Les MAR exerçant en LIBERAL utilisaient des concentrations de SEVO plus élevées ; l’intubation trachéale était réalisée avec du SEVO seul (37 %), du SEVO associé au propofol (55 %) et du SEVO associé à un myorelaxant (8 %) ; 93 % des MAR utilisaient un morphinique ; pour l’entretien, la majorité des MAR utilisait du SEVO associé à du sufentanil, le desflurane et du rémifentanil étaient plus fréquemment utilisé en CHU. Deux tiers des MAR utilisaient du N2O ; la profondeur de l’anesthésie était couramment évaluée par les variations hémodynamiques (52 %), la concentration téléexpiratoire des halogénés (38 %) ou les monitorages issus de l”EEG (7 %). Chez les enfants enrhumés, 98 % des MAR utilisaient du SEVO pour l’anesthésie, le contrôle des voies aériennes était assuré par une sonde trachéale (42 %), un masque laryngé (30 %) ou le masque facial (20 %) ; l’agitation était une préoccupation importante pour les deux tiers des répondants, tandis que les signes épileptoïdes étaient considérés comme importants par 20 % des MAR ; 89 % des MAR pratiquaient l’anesthésie pour adénoïdectomie. Cette anesthésie était induite par l’inhalation de SEVO 7–8 % (41 %), 6 % (39 %) ou 4 % (12 %), 66 % des MAR mettaient en place une voie veineuse (moins fréquemment dans LIBERAL), 67 % réalisaient cette anesthésie sans contrôle des voies aériennes (plus fréquemment en LIBERAL), 32 % administraient un morphinique (moins fréquemment en LIBERAL).

Discussion

Cette enquête met en évidence des pratiques anesthésiques chez l’enfant relativement homogènes. La plupart des différences apparaissent entre le secteur LIBERAL et les autres structures d’exercice. L’anesthésie pour adénoïdectomie, illustre clairement ces différences révélées par notre enquête.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Introduction

The practice of pediatric anesthesia requires a regular update of scientific knowledge and technical skills. To provide the most adequate Continuing Medical Education programs, it is necessary to assess the practices of pediatric anesthesiologists. Thus, the objective of this survey was to draw a picture of the current clinical practices of general anesthesia in children, in France.

Material and methods

One thousand one hundred and fifty questionnaires were given to anesthesiologists involved in pediatric cases. These questionnaires collected information on various aspects of clinical practice relative to induction, maintenance, recovery from general anaesthesia and also classical debated points such as children with Upper Respiratory Infection (URI), emergence agitation, epileptoid signs or anaesthetic management of adenoidectomy. Differences in practices between CHG (general hospital), CHU (teaching hospital), LIBERAL (private) and PSPH (semi-private) hospitals were investigated.

Results

There were 1025 questionnaires completed. Fifty-five percent of responders worked in public hospitals (CHG and CHU); 77% had a practice that was 25% or less of pediatric cases. In children from 3 to 10 years: 72% of respondents used always premedication and two thirds performed inhalation induction in more than 50% of cases. For induction, 53% used sevoflurane (SEVO) at 7 or 8%. Respondents from LIBERAL used higher SEVO concentrations. Tracheal intubation was performed with SEVO alone (37%), SEVO and propofol (55%) and SEVO with myorelaxant (8%), 93% of respondents used a bolus of opioid. For maintenance, the majority of respondents used SEVO associated with sufentanil; desflurane and remifentanil were more frequently used in CHU. Two thirds of respondents used N2O. Depth of anesthesia was commonly assessed by hemodynamic changes (52%), end tidal concentration of halogenated (38%) or automated devices based on EEG (7%). In children with URI, 98% of respondents used SEVO for anesthesia. To control the airway 42% used a tracheal tube, 30% a laryngeal mask and 20% a facial mask. Emergence agitation was an important concern for two thirds of respondents, while epileptoid signs were considered as important by only 20%. Eighty-nine percent of respondents practiced anesthesia for adenoidectomy. Anesthesia was induced by inhalation of SEVO 7–8% (41%), 6% (39%) or 4% (12%), 66% put an intravenous line (less frequently in LIBERAL). 67% of the responders managed adenoidectomy without any device to control the airway (more frequently in LIBERAL), 32% administrated a bolus of opioid (less frequently in LIBERAL).

Discussion

This survey demonstrated that the practices regarding general anesthesia in children are relatively homogenous. Most of the differences appeared between LIBERAL and the others structures; the anaesthetic management for adenoidectomy illustrates these findings.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Enquête, Démographie, Anesthésie pédiatrique, Sévoflurane, Induction inhalatoire, Intubation, Adénoïdectomie

Keywords : Survey, Demography, Pediatric anesthesia, Sevoflurane, Inhalation induction, Intubation, Adenoidectomy


Plan


© 2012  Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 9

P. 709-723 - septembre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Alliance contre les bactéries multirésistantes : sauvons les antibiotiques !
  • J. Carlet, C. Rambaud, C. Pulcini, au nom de l’Alliance contre le développement des bactéries multirésistantes (ACdeBMR)
| Article suivant Article suivant
  • Embolie gazeuse iatrogène au cours d’une gastroscopie chez un patient porteur d’un drain biliaire multiperforé posé par voie radiologique
  • L. Ramirez, V. Hummel, J.P. Marsaud, V. Valgueblasse, N. Nathan, N. Pichon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.