Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Diagnosis and extension of giant cell arteritis. Contribution of imaging techniques - 18/09/12

Doi : 10.1016/j.lpm.2012.05.014 
Daniel Blockmans
University Hospitals Gasthuisberg, General Internal Medicine, Herestraat, 49, 3000 Leuven, Belgium 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Key points

Performing a temporal artery biopsy is still the easiest way to diagnose giant cell arteritis.

However, this biopsy is not always positive, even not in patients with prominent cranial symptoms. In these cases, positron emission tomography with 18-fluorodeoxyglucose as a tracer is a valid alternative.

This nuclear technique has demonstrated that involvement of large arteries such as the aorta or the subclavian arteries occurs in 50 to 80% of patients.

Ultrasonographic examination of an inflamed temporal artery can demonstrate a “halo”, corresponding to edema of the intimal layer of the artery. Only in very experienced hands, this non-invasive technique can replace a surgical biopsy.

Magnetic resonance imaging and computerized tomographic scanning are not used in the diagnosis of giant cell arteritis, but these techniques can visualize the extent of the disease, e.g. to the aorta with possible aortitis or to a partical artery.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Points essentiels

La biopsie chirurgicale de l’artère temporale reste la façon la plus directe de diagnostiquer une maladie de Horton. Pourtant, la biopsie n’est pas positive dans 100 % des cas, même pas chez les patients atteints de symptômes purement crâniaux.

Ici, la tomographie par émission de positons peut venir en aide. Cette technique nucléaire a démontré que la maladie de Horton touche les grands vaisseaux comme l’aorte ou les artères subclavières dans 50 à 80 % des cas.

L’ultrasonographie de l’artère temporale touchée par l’inflammation peut révéler un halo, correspondant à un œdème intimal. Confiée à des praticiens très expérimentés, l’ultrasonographie peut remplacer la biopsie chirurgicale.

Imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie ne sont pas employés pour diagnostiquer la maladie de Horton, mais ces techniques peuvent visualiser une atteinte de l’aorte avec une aortite ou une inflammation d’une artère particulière.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 10

P. 948-954 - octobre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pathogénie de l’artérite à cellules géantes
  • Maxime Samson, Bernard Bonnotte
| Article suivant Article suivant
  • Artérite à cellules géantes et maladie de Takayasu : aspects épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques
  • Séverin Chaigne-Delalande, Mathilde de Menthon, Estibaliz Lazaro, Alfred Mahr

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.