Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Faisabilité du dépistage ciblé VIH, VHB, VHC dans une structure de soins ambulatoires avec un système de permanence d’accès aux soins de santé intégré - 18/09/12

Proposal of HIV, HBV and HCV targeted screening: Short period feasibility study in a free-access outpatient medical structure

Doi : 10.1016/j.lpm.2012.01.039 
Caroline Aparicio 1, Thomas Mourez 2, Guy Simoneau 3, Jean-Dominique Magnier 3, Bertrand Galichon 1, Patrick Plaisance 1, Jean-François Bergmann 3, Pierre Sellier 3,
1 Hôpital Lariboisière, urgences accueil et traitement des urgences, 75010 Paris, France 
2 Hôpital Charles-Nicolle, laboratoire virologie, 76031 Rouen cedex, France 
3 Hôpital Lariboisière, médecine interne A, 75010 Paris, France 

Pierre Sellier, hôpital Lariboisière, 2, rue Ambroise-Paré, 75010 Paris, France.

Summary

Objectives

In France, patients coming from sub-Saharan Africa, French Indies and French Guiana are frequently missed HIV, HBV and HCV diagnosis, despite high prevalence of these infections.

Methods

Targeted proposal of HIV, HBV and HCV screening, using sensitive enzyme immunoassays, to any adult patient originating of the above mentioned areas, with/without medical insurance, consulting for a medical issue in outpatients’ department. Monocentric prospective study in a hospital in Paris during 28 consecutive days in 2010.

Results

Among the 272 eligible patients, 166 were tested (patients’ acceptance: 61%). 180/272 (66%) alleged being tested previously for HIV, women (66/87, 76%) more frequently than men (114/185, 62%), P=0.02. Patients’ acceptance seemed higher in patients mentioning no previous test than in patients reporting previous test. Among the patients who refused being tested, reporting a previous negative HIV test, more than a quarter has been tested more than 1 year ago. Among the 166 tested patients, 120 (72%) came back to get their results, men (89/113, 79%) more frequently than women (31/53, 58.5%), P=0.009; recently metropolitan patients more frequently than longer metropolitan patients, P=0.01; patients without any job more frequently than patients with a job, P=0.01. Three (1.8%) HIV tests returned positive; HBsAg was positive in 13 (7.8%) patients; 54 patients (32.7%) had a negative hepatitis B screening (anti-HBcAb+HBsAg+anti-HBsAb), attesting to sensitivity to this infection, only 18 patients (10.9%) showed isolated anti-HBsAb at protective levels. Eighty-one patients (49.1%) exhibited anti-HBcAb, confirming the high prevalence of HBV infection in the areas the patients came from. Six patients (3.6%) had anti-HCVAb. There was no co-infection.

Conclusion

Targeted HIV, HBV and HCV screening to patients coming from high prevalence areas in outpatients’ department appears a very cost-effective strategy.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectifs

En France, les ressortissants d’Afrique sub-Saharienne, des Antilles françaises et de la Guyane française sont fréquemment dépistés tardivement pour le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), le virus de l’hépatite B (VHB), le virus de l’hépatite C (VHC), malgré des prévalences élevées des infections virales dans ces populations.

Méthodes

Un dépistage du VIH, VHB, VHC, utilisant les tests de diagnostic classiques, a été proposé à tout patient adulte originaire des régions précédemment mentionnées, avec ou sans couverture sociale, consultant pour un motif médical, un pansement ou un prélèvement sanguin à la policlinique de l’hôpital Lariboisière. Il s’agissait d’une étude prospective uni-centrique réalisée à Paris durant 28jours ouvrables consécutifs en 2010.

Résultats

Parmi les 272 patients éligibles, 166 ont été testés (acceptabilité du dépistage : 61 %) ; 180/272 (66 %) disaient avoir déjà été testés vis-à-vis du VIH, les femmes (66/87, 76 %) plus fréquemment que les hommes (114/185, 62 %), p=0,02. L’acceptabilité du dépistage était plus importante chez les patients affirmant qu’il s’agissait de leur premier test que chez ceux rapportant un (des) test (s) antérieur (s). Parmi les patients refusant d’être dépistés, alléguant un test VIH antérieur négatif, celui-ci datait de plus d’un an dans plus de 25 % des cas. Parmi les 166 patients testés, 120 (72 %) sont revenus à la policlinique chercher leurs résultats, les hommes (89/113, 79 %) plus souvent que les femmes (31/53, 58,5 %), p=0,009 ; les patients séjournant depuis peu en métropole plus fréquemment que ceux arrivés depuis plus longtemps, p=0,01 ; enfin, ceux qui n’ont pas d’activité professionnelle - déclarée ou non - plus souvent que ceux qui travaillent, p=0,01. Trois (1,8 %) patients étaient positifs pour le VIH ; 13 (7,8 %) avaient un Ag HBs positif. Cinquante-quatre patients (32,7 %) avaient une sérologie de l’hépatite B entièrement négative (Ag HBs+anticorps anti-HBc+anticorps anti-HBs), témoignant de leur susceptibilité à cette infection et seulement 18 patients (10,9 %) avaient des anticorps anti-HBs isolés à des taux protecteurs. Quatre-vingt-et-un patients (49,1 %) avaient des anticorps anti-HBc, confirmant la prévalence élevée de l’endémie VHB dans les zones géographiques dont les patients étaient originaires. Six patients (3,6 %) avaient une sérologie VHC positive, il n’y avait pas de co-infection.

Conclusion

Le dépistage « ciblé » du VIH, VHB et VHC chez les patients originaires de zones de forte endémie consultant dans une structure de soins ambulatoires avec un système PASS intégré apparaît une stratégie très efficace.

Ce qui était connu

L’acceptabilité d’un dépistage ciblé VIH, VHB, VHC reposant sur des tests classiques, dans une structure de soins ambulatoires avec un système de permanence d’accès aux soins de santé (PASS) intégré, est satisfaisante (61 %).
Les femmes disent avoir déjà été testées vis-à-vis du VIH plus fréquemment que les hommes, sans doute du fait de la proposition systématique lors des grossesses.
L’acceptabilité du dépistage est plus importante chez les patients affirmant qu’il s’agit de leur premier test que chez ceux rapportant un (des) test (s) antérieur (s).

Ce qu’apporte l’article

Les trois-quarts des personnes testées reviennent chercher leurs résultats, les hommes plus souvent que les femmes ; les patients séjournant depuis peu en métropole plus fréquemment que ceux arrivés depuis plus longtemps, ceux qui n’ont pas d’activité professionnelle plus souvent que ceux qui travaillent.
Huit pour cent des personnes testées avaient un Ag HBs positif, un tiers une sérologie de l’hépatite B entièrement négative, témoignant de leur susceptibilité à cette infection et seulement 10 % ont des anticorps anti-HBs isolés à des taux protecteurs. Un patient sur deux avait des anticorps anti-HBc, confirmant la prévalence élevée de l’endémie VHB dans les zones géographiques dont les patients étaient originaires.
Les taux concernant le VIH : 1,8 % et le VHC : 3,6 %, confortent l’efficacité de la stratégie de dépistage ciblé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2012  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 10

P. e517-e523 - octobre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Oral cobalamin therapy: It may be perhaps time to propose international recommendations?
  • Emmanuel Andrès
| Article suivant Article suivant
  • Sarcoïdose : l’atteinte des hormones à dépendance antéhypophysaire est insuffisamment diagnostiquée
  • Hélène Bihan, Hélène Guillot, Marinos Fysekidis, Régis Cohen, Thomas Gille, Hilario Nunes, Bernard Uzzan, Dominique Valeyre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.