Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Loi no 2005-370 du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie : amélioration du processus de décision de limitation et d’arrêt des traitements au moyen d’un programme pédagogique. Étude monocentrique prospective et rétrospective pilote - 18/09/12

The law number 2005-370 of April 22, 2005 concerning the patients’ rights at the end-of-life: Improvement of the withholding and withdrawing treatment decision-making process by an educational program. A monocenter prospective and retrospective pilot study

Doi : 10.1016/j.lpm.2012.03.021 
Mélanie Chastrusse 1, Jean-Pierre Fulgencio 2, Florence Julien 2, Brice Naudin 2, Vincent Argo 2, Francis Bonnet 2, Edouard Ferrand 1,
1 Hôpital Foch, service d’anesthésie, 92150 Suresnes, France 
2 Assistance Publique–hôpitaux de Paris, hôpital Tenon, service d’anesthésie-réanimation, 75020 Paris, France 

Edouard Ferrand, hôpital Foch, service d’anesthésie, 40, rue Worth, 92150 Suresnes, France.

Summary

Objective

To assess the impact of an educational program on the quality of the end-of-life decision (EOLD).

Methods

Prospective study for 3 months in a surgical Intensive Care Unit (ICU) involving: staff training conferences and guidelines for documenting level-of-care staff conference; audit before and at 3 months; analysis of records for deceased patients. The main outcome measures the proportion of treatment-limitation in dying ICU patients; and the secondary outcomes the decision-making process and nurses’ satisfaction.

Results

Eighty-three patients were included; among them, 14 with EOLD. Pre-death palliative strategy increased from 51 % to 85 % with a persisting improvement of practices after 2 years. All steps of EOLD decision-making processes were traced in all such cases, 85 % being based on the proposed guidelines. Nursing team’s satisfaction rate almost doubled to 70 %.

Discussion

The study demonstrate staff members’ capacity to quickly improve their procedures for palliative care when provided with appropriate tools to think about the process and come to a decision. Our data suggest the potential benefice to extend this program to the other specialties involved in the end-of-life process.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

Évaluer l’impact d’un programme de formation sur la qualité du processus de décision de limitation ou d’arrêt des traitements (LAT) en fin de vie.

Méthodes

Étude prospective menée sur 3 mois dans un service de réanimation chirurgicale associant : une formation des personnels, une mise en place d’un guide d’aide à la réflexion LAT, un audit avant l’opération et à 3 mois et une analyse des dossiers des patients décédés. Le critère de jugement principal était le taux de décès survenus au décours d’une stratégie palliative ; le critère de jugement secondaire était le processus de décision et degré de satisfaction des soignants.

Résultats

Quatre-vingt-trois patients ont été hospitalisés dans le service dont 14 avec une décision LAT. Le taux de décès survenus dans le cadre d’une stratégie palliative a progressé de 51 à 85 %, avec une amélioration des pratiques maintenue sur deux ans ; 100 % des décisions LAT ont été tracées de manière exhaustive dont 85 % au moyen du guide proposé ; le taux de satisfaction des soignants a pratiquement doublé, atteignant 70 %.

Conclusion

L’étude a montré la capacité d’une équipe à modifier rapidement sa culture et à être en adéquation avec les textes concernant la démarche palliative dès lors qu’il lui a été permis de s’approprier des outils de réflexion et de décision. Ce programme devrait être proposé aux spécialités concernées par la fin de vie.

Ce qui était connu

Il existe un cadre légal très précis concernant le processus de décision de limitation et d’arrêt des traitements depuis la loi spécifique du 22 avril 2005 (loi Leonetti).
Tous les travaux, menés depuis la loi Leonetti, montrent un déficit de qualité de démarche palliative et une application insatisfaisante de la loi.

Ce qu’apporte l’article

L’introduction d’un support pédagogique associé à une formation des personnels et à une évaluation des dossiers des patients décédés permet d’améliorer rapidement la qualité du processus de réflexion et de décision ainsi que sa perception par l’équipe.
La méthodologie étudiée semble pouvoir être proposée à toute spécialité qui intègre la démarche palliative.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 10

P. e539-e546 - octobre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Réanimation non thérapeutique en fin de vie pour préservation des organes en vue d’un don : problèmes éthiques et légaux
  • Antoine Baumann, Xavier Ducrocq, Gérard Audibert, Henry Coudane, Paul-Michel Mertes, Frédérique Claudot
| Article suivant Article suivant
  • Manifestations neurologiques de la dengue
  • Erwan Oehler, Olivier Le Hénaff, Frédéric Ghawche

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.