Médecine

Paramédical

Autres domaines


Diversité étiologique des vaginites - 03/10/12

Doi : 10.1016/j.gyobfe.2011.08.001 
J.-M. Bohbot a, , P. Sednaoui a, F. Verriere b, I. Achhammer b
a Institut Fournier, 25, boulevard Saint-Jacques, 75014 Paris, France 
b Laboratoire Innotech International, groupe Innothera, 22, avenue Aristide-Briand, 94110 Arcueil, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 4
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Identifier les étiologies des vaginites et, en particulier, évaluer la répartition des agents pathogènes responsables dans une étude prospective.

Patientes et méthodes

Cent soixante-neuf femmes âgées de 18 à 65ans (moyenne d’âge : 33,7ans) consultant pour vaginite ont été examinées dans 21 centres de gynécologie ou d’infectiologie. L’évaluation clinique était complétée par un prélèvement gynécologique à la recherche d’infections (dont les infections sexuellement transmissibles).

Résultats

Cent dix-huit patientes (69,8 %) présentaient une ou plusieurs étiologies infectieuses parmi lesquelles : 79 (46,7 %) candidoses (dont 3 dues à des Candida non albicans) ; 37 (21,9 %) vaginites bactériennes ; 16 (9,5 %) vaginoses bactériennes. À noter 38 étiologies mixtes sur 118 étiologies infectieuses soit 32,2 % dont 3 IST (2,5 %). Cinquante et un patientes (30,2 %) ne présentaient aucune étiologie infectieuse.

Discussion et conclusion

Bien que les candidoses soient l’étiologie la plus fréquente dans notre étude, elles représentent seulement moins d’une patiente sur deux. Au sein des vaginites infectieuses, au moins une patiente sur trois est porteuse d’une vaginite bactérienne ou mixte. Ainsi, la diversité étiologique des vaginites incite à envisager, en première intention, des traitements à large spectre et à prescrire un examen bactériologique en cas d’échec.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective

To establish the different etiologies of vaginitis and, especially, assess the distribution of responsible pathogens through a prospective study.

Patients and methods

One hundred and sixty-nine women aged between 18 and 65 years (average age: 33.7 years old), consulting a physician for symptoms of vaginitis, were examined in 21 centers of gynaecology or infectious diseases. The clinical evaluation was completed by bacteriological sample that was tested for infections (including sexually transmitted infections (STIs)).

Results

One hundred and eighteen patients (69.8%) had one or several infectious etiologies distributed as follows: 79 (46.7%) candidiasis (3 of which were caused by non albicans Candida), 37 (21.9%) bacterial vaginitis and 16 (9.5%) bacterial vaginosis. To be noticed that there were 38 cases of mixed etiologies out of the 118 infectious etiologies (32.2%), 3 of them were STIs.

Discussion and conclusions

Although candidiasis was the most common etiology in this study, it only represented less than 1 out of every two patients. Among the infectious etiologies, 1 out of 3 women presented a bacterial or mixed vaginitis.

The etiological diversity of vaginitis leads to consider broad-spectrum treatment as first-line therapy and to prescribe a microbiological analysis in case of failure.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Vaginite, Candidose, Vaginite bactérienne, Vaginite mixte, Vaginose bactérienne, Épidémiologie

Keywords : Vaginitis, Candidiasis, Bacterial vaginitis, Mixed vaginitis, Bacterial vaginosis, Epidemiology


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 40 - N° 10

P. 578-581 - octobre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Colpohystérectomie élargie par voie cœlioscopique dans les cancers du col utérin : étude de qualité de vie. À propos de 22 cas
  • E. Barranger, F. Isnard, A. Bricou, E. Darai, Y. Delpech
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge invasive conservatrice pour hémorragie du post-partum : fertilité et devenir obstétrical
  • C. Malartic, J. Cagnat, O. Morel, A. Ricbourg, É. Gayat, A. Mebazaa, O. Ledref, E. Barranger

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.