Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pour ou contre les halogénés en neuroanesthésie pour chirurgie intracrânienne - 11/10/12

Inhaled agents in neuroanaesthesia for intracranial surgery: Pro or con

Doi : 10.1016/j.annfar.2012.08.003 
C. Dahyot-Fizelier , D. Frasca, B. Debaene
Inserm U1070, service d’anesthésie–réanimation chirurgicale, CHU de Poitiers, BP 577, 86021 Poitiers cedex, France 

Auteur correspondant.

Résumé

L’isoflurane, le desflurane et le sévoflurane préservent tous la vasoréactivité cérébrale au dioxyde de carbone (CO2). Ils ont tous les trois un effet vasodilatateur cérébral direct concentration-dépendant, tout en diminuant progressivement le métabolisme cérébral. Le sévoflurane est le moins vasodilatateur cérébral et permet de préserver l’autorégulation cérébrale jusqu’à 1,5concentration alvéolaire minimal (CAM) contrairement aux deux autres qui l’altèrent dès 1CAM. Le propofol a été comparé aux halogénés. Il préserve la vasoréactivité au CO2, le couplage débit–métabolisme, l’autorégulation cérébrale et il n’est pas vasodilatateur. Aucun des trois agents halogénés n’entraîne d’augmentation de pression intracrânienne (PIC) cliniquement pertinente, mais les études ont été réalisées en dehors de toute hypertension intracrânienne (HTIC). Cependant, si on les compare au propofol, la PIC est plus élevée avec les halogénés et la détente cérébrale est moindre, de façon plus marquée avec l’isoflurane qu’avec le sévoflurane. Enfin, tous les halogénés sont neuroprotecteurs expérimentalement, mais, à ce jour, les études cliniques sont manquantes. Ainsi, en l’absence de signe d’HTIC les halogénés restent indiqués pour l’entretien de l’anesthésie avec une préférence pour le sévoflurane. En cas d’HTIC ou de risque d’HTIC peropératoire, l’usage du propofol est préférable pour son respect de l’hémodynamique cérébrale et systémique et ses conséquences moindres sur la PIC.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Isoflurane, desflurane and sevoflurane all preserve cerebrovascular carbone dioxide (CO2) reactivity. They are all concentration-dependant cerebral vasodilatators and decrease cerebral metabolism. Sevoflurane induces the smallest cerebral vasodilatation and preserve cerebral autoregulation up to 1.5CAM, compared to isoflurane and desflurane which impair it upon 1CAM. Propofol has been compared to inhaled agents. Propofol preserve cerebrovascular CO2 reactivity, blood flow-metabolism coupling, cerebral autoregulation and has no vasodilatation effect. None of the three inhaled agents induce any clinical relevant increase of intracranial pressure (ICP), but studies were conducted in patients without any intracranial hypertension (ICHT). However, compared to propofol, ICP and brain swelling were higher with inhaled agents, more with isoflurane compared to sevoflurane. Finally, neuroprotective properties have been described in experimental model for all the inhaled agents but clinical proofs are still lacking. In conclusion, for intracranial surgery without any ICHT inhaled agents can be used as a maintenance anesthetic with a preference for sevoflurane. In case of ICHT or a risk of ICHT during the surgery, propofol is preferred for it slightest effect on ICP and cerebral hemodynamic.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Agents inhalés, Propofol, Neurochirurgie, Vasoréactivité cérébrale

Keywords : Inhaled agents, Propofol, Neurosurgery, Cerebral vasoreactivity


Plan


 Club de l’Association de neuroanesthésie–réanimation de langue française, Congrès 2010.
 Ce texte est publié sous la seule responsabilité de l’Association de neuroanesthésie–réanimation de langue française et du coordinateur. Le bureau éditorial des Annales françaises d’anesthésie et de réanimation n’est pas intervenu dans l’évaluation et la validation de son contenu.


© 2012  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 10

P. e229-e234 - octobre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation des pratiques professionnelles de la prise en charge de la douleur postopératoire à court, moyen et long terme
  • M. Binhas, F. Roudot-Thoraval, A. Alves, G. D’Honneur, B. Plaud
| Article suivant Article suivant
  • Prophylaxie antiépileptique en neurochirurgie réglée
  • N. Engrand, D. Osinski

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.