Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hyperthyroïdie néonatale sévère, révélatrice d’une maladie de Basedow maternelle - 16/02/08

Doi : AE-04-2004-65-2-0003-4266-101019-ART04 

B. Guérin [1],

V. Vautier [1],

V. Boin-Gay [2],

G. Estrade [3],

J.-J. Choulot [1],

V. Doireau [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Hyperthyroïdie néonatale sévère, révélatrice d'une maladie de Basedow maternelle

Deux grossesses sur mille sont compliquées d’une maladie de Basedow. Les circonstances de découverte sont le plus souvent une symptomatologie maternelle (tachycardie, exophtalmie, amaigrissement), mais également fœtale (tachycardie, hypotrophie, mort in utero, prématurité). Seulement 1 % de ces nouveau-nés présenteront une hyperthyroïdie néonatale, par passage pendant la vie intra-utérine d’anticorps stimulants du compartiment maternel vers le compartiment fœtal, responsable d’une stimulation de la thyroïde fœtale par liaison au récepteur de la thyréostimuline. La thyrotoxicose néonatale disparaît avec la clairance des anticorps maternels habituellement dans les quatre premiers mois de vie. Les signes cliniques les plus fréquents sont la tachycardie, l’hyperexcitabilité, la perte de poids, l’hépato-splénomégalie, l’éclat du regard et la rétraction palpébrale. Le diagnostic repose sur le dosage de la triidothyronine, de la thyroxine et de la thyréostimuline. Pour confirmer la nature immune de cette hyperthyroïdie, il faut déterminer la présence d’anticorps maternels thyréostimulants TSI (Thyroid Stimulating Immunoglobulins), dont la cinétique chez le nouveau-né permettent l’adaptation thérapeutique et dont la disparition signe la guérison. Par ailleurs, il est démontré que de rares cas d’hyperthyroïdie néonatale non autoimmune sont l’expression de mutations des cellules souches du récepteur TSH. Nous rapportons le cas d’une hyperthyroïdie néonatale sévère révélatrice d’une maladie de Basedow maternelle car elle permet d’élargir la discussion.

Abstract

Severe neonatal hyperthyroidism which reveals a maternal Graves' disease

Two of every thousand pregnancies are complicated by Graves’ disease. Diagnosis is suggested by maternal disorders (tachycardia, exophthalmia, weight loss…) or fetal disorders (tachycardia, intra-uterine growth retardation, preterm birth…). Due to transfer into the fetal compartment of maternal antibodies which stimulate the fetal thyroid by binding to the thyroid thyrotropin (TSH) receptor, only 1% of children born to these mothers are described as having hyperthyroidism. Neonatal thyrotoxicosis disappears with clearance of the maternal antibodies; clinical signs usually disappear during the first four months of life. The most frequent neonatal clinical signs of thyrotoxicosis are tachycardia, goiter, hyperexcitability, poor weight gain, hepatosplenomegaly, stare and eyelid retraction. Diagnosis is based on determination of the blood level of triiodothyronine (T3), thyroxine (T4) and TSH. To confirm the nature of hyperthyroidism, thyroid-stimulating immunoglobulins (TSI) should be assayed. The kinetics of TSI provides a guide for therapeutic adaptation and disappearance of TSI is a sign of recovery. Rare cases of familial non-autoimmune hyperthyroidism have been shown to be caused by germline mutation of the thyrotropin receptor. We report a case of severe neonatal hyperthyroidism which led to the diagnosis of maternal Graves" disease.


Mots clés : Hyperthyroïdie néonatale , maladie de Basedow

Keywords: Neonatal hyperthyroidism , Graves’ disease


Plan



© 2004 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 65 - N° 2

P. 125-130 - avril 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Maladie de Graves-Basedow et hyperprolactinémie chez une femme atteinte du syndrome de Noonan/neurofibromatose de type 1
  • P. Bolko, R. Wasko, J. Waligórska, J. Narozna, J. Sowióski
| Article suivant Article suivant
  • Prévalence des marqueurs biologiques de la maladie cœliaque dans une cohorte d’enfants et d’adolescents diabétiques de type I
  • S. Beltran, H. Bony-Trifunovic, V. Gouilleux-Gruart, D. Djeddi, I. Dadamessi, J.L Dupas, B. Boudailliez

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.