Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Bevacizumab versus ranibizumab in the treatment of exudative age-related macular degeneration: A retrospective study of 58 patients - 25/10/12

Doi : 10.1016/j.jfo.2012.01.015 
F. De Bats a, , J.-D. Grange a, P.-L. Cornut b, A. Feldman b, C. Burillon b, P. Denis a, L. Kodjikian a
a Service d’ophtalmologie, hôpital de la Croix-Rousse, 103, Grande-Rue-de-la-Croix-Rousse, 69004 Lyon, France 
b Service d’ophtalmologie, hôpital Édouard-Herriot, 5, place d’Arsonval, 69003 Lyon, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

Aim

To compare the efficacy and safety of bevacizumab versus ranibizumab in the treatment of patients with neovascular age-related macular degeneration (AMD).

Patients and methods

Retrospective case-controlled series of 30 patients treated with intravitreal bevacizumab and 28 patients treated with intravitreal ranibizumab for exudative AMD. Main outcomes measured included best-corrected visual acuity (BCVA), central macular thickness (CMT) and foveal thickness, quantity of subretinal fluid, neovessel size and total number of injections over the first year treatment period. A secondary outcome was the report of any adverse events in both groups.

Results

BCVA stabilized and increased from LogMAR 0.70 to 0.47 in the bevacizumab group and from 0.55 to 0.54 in the ranibizumab group (P>0.05). CMT decreased in the bevacizumab group from 369 to 284μm and in the ranibizumab group from 340 to 271μm (P>0.05). The number of injection was significantly lower (4.8) in the bevacizumab group than in the ranibizumab group (5.8) (P<0.05). No serious ocular adverse events were noted in both groups.

Conclusion

This retrospective study failed to show a difference in visual and anatomic outcomes between bevacizumab and ranibizumab. The number of re-treatment was lower in the bevacizumab group (P=0.03).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

Évaluer l’efficacité et la tolérance du bevacizumab versus ranibizumab dans la prise en charge des patients atteints de la forme néovasculaire de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Patients et méthodes

Il s’agit d’une série rétrospective témoignée chez 30 patients traités par injection intravitréenne du bevacizumab et 28 patients traités par injection intravitréenne du ranibizumab pour la DMLA exsudative. Les résultats principaux enregistrés comprennent l’acuité visuelle (AV), l’épaisseur maculaire central (EMC) et l’épaisseur fovéolaire, la quantité du fluide sous-rétinien, les dimensions des nouveaux vaisseaux et le nombre d’injections pendant la première année du traitement. Un résultat secondaire était l’enregistrement d’événement défavorable dans chaque groupe.

Résultats

L’AV s’est stabilisée et améliorée de 0,70 à 0,47 LogMAR dans le groupe bevacizumab, et de 0,55 à 0,54 dans le groupe ranibizumab (p<0,05). L’EMC a diminué dans le groupe bevacizumab de 369μm à 284μm, et dans le groupe ranibizumab de 340μm à 271μm (p<0,05). Le nombre d’injections a été significativement inférieur (4,8) chez le groupe bevacizumab par rapport au groupe ranibizumab (5,8) (p<0,05). Aucun événement défavorable oculaire sérieux n’a été enregistré dans les deux groupes.

Conclusion

Cette étude rétrospective n’a pas montré de différence de résultats fonctionnels ou anatomiques entre les deux groupes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Bevacizumab (avastin), Ranibizumab (lucentis), Neovascular age-related macular degeneration, Choroidal neovascularization

Mots clés : Bevacizumab (Avastin), Ranibizumab (Lucentis), Forme néovasculaire de la dégénérescence maculaire liée à l’âge, Néovascularisation choroïdienne


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° 9

P. 661-666 - novembre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation ophtalmo-pédiatrique et orthoptique de l’enfant dyspraxique
  • A. Arents, A. Berger Martinet, S. Blanc, F. Niessen
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation des techniques de reconstruction après exentération orbitaire. À propos de 56 cas
  • B. Langlois, P.-V. Jacomet, M. Putterman, S. Morax, O. Galatoire

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.