Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Vitiligo régressif au début d’un traitement antirétroviral : syndrome de reconstitution immunitaire ? - 28/11/12

Doi : 10.1016/j.annder.2012.06.049 
D. Defo a, , b , E.A. Kouotou b, A.C. Bissek b, J.B. Mboua a, b
a Service de dermatologie, hôpital central de Yaoundé, BP 12963, Yaoundé, Cameroun 
b Faculté de médecine et des sciences biomédicales, Yaoundé, Cameroun 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 3
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le syndrome de reconstitution immunitaire (SRI) regroupe l’ensemble des manifestations survenant lors de la reconstitution d’une réponse immune excessive et insuffisamment régulée vis-à-vis d’antigènes infectieux ou non infectieux, y compris éventuellement des auto-antigènes. Nous rapportons un cas de vitiligo apparu au début d’un traitement antirétroviral (ARV) et qui a repigmenté dans la suite de ce traitement.

Observation

Un homme de 30ans, séropositif pour le virus VIH1-M, consultait pour une éruption diffuse de macules hypopigmentées ou achromiques. Les lésions étaient apparues sept semaines après le début d’un traitement ARV par zidovudine, lamivudine et efavirenz ; elles avaient débuté sur les avant-bras avant de s’étendre sur le reste du tégument. Durant les deux mois qui suivaient, on notait lors des visites de contrôle une repigmentation progressive des macules achromiantes. La charge virale plasmatique, mesurée seulement en cours de traitement, était inférieure à 40 copies/mL (1,60 log).

Discussion

Cette observation décrit un cas original de vitiligo survenant au début d’un traitement ARV et repigmentant spontanément durant ce traitement chez un patient infecté par le VIH. L’hypothèse d’un SRI de type auto-immun est suggérée par cette chronologie, même si nous ne disposons pas d’un dosage de la charge virale préalablement au traitement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Immune reconstitution inflammatory syndrome (IRIS) includes all signs occurring during the reconstitution of an extensive and insufficiently regulated immune response to an infective or a non-infective antigen and observed during the immune suppression phase in an individual. We report a case of vitiligo appearing after the initiation of antiretroviral treatment and with repigmentation during the course of the treatment.

Patients and methods

A 30-year-old man, seropositive for HIV1-M, consulted for a diffuse eruption of hypopigmented and achromic macules. The lesions appeared 7 weeks after the start of antiretroviral therapy with zidovudine, lamivudine and efavirenz, starting on the forearm and spreading to the remainder of the skin. At control visits during the ensuing two months, gradual repigmentation of the achromic macules was noted. Plasma viral load, determined only during the treatment period, was less than 40 copies/ml (1.60log).

Discussion

This report concerns an original case of vitiligo occurring at the start of antiretroviral treatment in an HIV-positive patient, with spontaneous repigmentation during treatment. The chronology points to a hypothesis of immune reconstitution inflammatory syndrome (IRIS), despite the absence of any indication of the patient’s viral load prior to therapy.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Vitiligo, VIH, Pigmentation, Antirétroviraux, Syndrome de reconstitution immunitaire, IRIS

Keywords : Vitiligo, HIV, Pigmentation, Antiretroviral, IRIS syndrome


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 139 - N° 11

P. 736-738 - novembre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Une nouvelle localisation de l’angiokératome circonscrit næviforme
  • M. Bouaddi, C. Colonna, R. Cavalli, C.-M. Gelmetti
| Article suivant Article suivant
  • Efficacité du calcipotriol dans le traitement de l’hyperkératose nævoïde du mamelon
  • S. Zarkik, L. Benzekri, H. Elfazazi, M. Dehayni, B. Hassam

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.