Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ageing and reproduction: is polycystic ovary syndrome an exception? - 16/02/08

Doi : 10.1016/j.ando.2006.12.005 

C. Vulpoi [1 et 2],

C. Lecomte [3],

D. Guilloteau [4],

P. Lecomte [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Résumé

Mise au point

Le syndrome des ovaires micropolykystiques (SOPK) est une cause fréquente d'infertilité. Malgré de très nombreuses publications qui lui sont consacrées, peu se sont intéressées au rôle exercé par l'âge sur la fertilité de ces femmes. Nous présentons le parcours de trois femmes avec SOPK et hypofertilité qui ont obtenu une grossesse au-delà de 35 ans spontanément.

Cas cliniques

Trois femmes avec SOPK ont été suivies pendant plus de 20 ans. Le SOPK a été confirmé par des données cliniques (spanio/aménorrhée, infertilité, hirsutisme), des dosages hormonaux et une échographie des ovaires. Toutes trois ont été traitées plusieurs années avec de nombreux traitements d'induction et des réponses variables. En vieillissant, elles ont observé des cycles plus réguliers et ont débuté spontanément une grossesse plus de 5 ans après arrêt de tout traitement d'induction et malgré une augmentation de leur poids dans chaque cas à 39, 40 1/2 et 36 ans.

Conclusions

Ces observations cliniques suggèrent une augmentation de la fertilité avec l'âge chez des femmes ayant un SOPK. L'impact positif de l'âge sur la régularité des cycles a été récemment publié mais pas l'amélioration de la fertilité. Le vieillissement ovarien entraîne une diminution de la cohorte folliculaire chez les femmes normales et celles ayant un SOPK, en rapport avec une baisse de l'inhibine B et de l'hormone anti-müllerienne (AMH). Les taux plus faibles d'inhibine B entraînent une riposte de FSH avec élévation du taux de FSH par follicule entraînant une meilleure maturation folliculaire à un âge plus avancé. Les cycles plus réguliers et potentiellement ovulatoires ont été confirmés chez ces femmes de plus de 35 ans par la survenue d'une grossesse spontanée, ce qui n'était pas survenu auparavant.

Abstract

Abstract

Background

Polycystic ovary syndrome (PCOS) is a frequent cause of infertility. Despite an impressive number of reports, few have evaluated the influence of age upon fertility. We present the outcomes of three infertile women with PCOS who achieved spontaneous pregnancies when ageing.

Case reports

Three patients with PCOS were monitored for more than 20 years. PCOS was confirmed by clinical data (oligo/amenorrhoea, infertility, hirsutism), hormonal measures and ovarian ultrasonography. All three infertile patients were treated for several years using numerous ovulation induction protocols with varying responses. When ageing, they gained more regular cycles and spontaneously became pregnant at 39, 40 1/2 and 36 years of age, more than 5 years after induction treatment was stopped, and in spite of increasing weight in each of them.

Conclusions

These clinical observations suggest improved fertility in some PCOS ageing women. The positive impact of ageing on cycle regularisation in PCOS has recently been claimed but the fertility outcome was not evaluated. Ovary ageing results in diminution of the follicular cohort in both normal and PCOS women, associated with decreased inhibin B and anti-müllerian hormone (AMH) levels. Lower inhibin B levels induce FSH enhancement, with a rise in FSH rate per follicle which may determine better follicle maturation, regular and ovulatory cycles in PCOS ageing women. The best proof of this improved fertility was the occurrence of spontaneous pregnancies which never occurred previously.


Mots clés : Vieillissement , Fertilité , Induction de l'ovulation , SOPK , Grossesse spontanée

Keywords: Ageing , Fertility , Induction of ovulation , PCOS , Spontaneous pregnancy


Plan



© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 68 - N° 1

P. 45-50 - février 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Un cas d'hyperthyroïdie par métastases sécrétantes de cancer thyroïdien différencié. Revue de la littérature
  • M. Tardy, E. Tavernier, G. Sautot, R. Nove-Josserand, C. Bournaud, C. Houzard, F. Borson-Chazot
| Article suivant Article suivant
  • Goitre ovarien malin : faux positif du TEP-scan lié à une sarcoïdose
  • L. Kunstmann, B. Bständig, F. Brucker-Davis, J. Mouroux, P. Rigot, P. Fenichel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.