Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La force musculaire et son évaluation chez l’enfant infirme moteur cérébral - 14/12/12

Doi : 10.1016/j.motcer.2012.10.003 
A. Renders
Centre de référence en IMOC, université catholique de Louvain, cliniques universitaires Saint-Luc, 1200 Bruxelles, Belgique 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La faiblesse musculaire est un facteur déterminant de la symptomatologie de l’enfant infirme moteur cérébral. Il est important de la détecter de façon précise afin de la prendre en considération dans les programmes de rééducation. Pour mesurer la force musculaire nous disposons actuellement d’un large choix d’outils. Le testing musculaire donne une mesure rapide, mais son principal inconvénient est sa subjectivité. Il est surtout valable pour les valeurs comprises entre 0 et 3 points sur 5. Les dynamomètres fournissent des valeurs objectives et quantifiables. Ils sont faciles à utiliser, cependant les procédures d’utilisation, le positionnement sans ou avec l’influence de la gravité, la stabilisation ou non de l’articulation, l’expérience de l’examinateur sont responsables d’une source non négligeable d’erreurs dont il faut tenir compte dans le suivi des programmes d’entraînement musculaire. Les appareils d’isocinétisme sont considérés comme des appareils de référence donnant des mesures fiables, cependant leur utilisation clinique est limitée. Toutes ces méthodes requièrent un niveau optimal de participation de l’enfant et un bon contrôle moteur. La présence de spasticité ou de rétractions peut perturber la qualité de la mesure. Par ailleurs, un gain de force après une rééducation ciblée a certainement des répercussions sur les activités de l’enfant mais n’est pas le seul élément à prendre en compte pour réduire les incapacités.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The muscular weakness is a determining factor in the cerebral palsy symptoms. Muscle strength should be evaluated as objectively as possible to improve the quality of diagnosis and treatment. To measure the muscle strength, we have at the present time a wide choice of tools. The most common and easy method is manual muscle testing, but its main inconvenience is its subjectivity. The manual muscle testing seems to be more appropriate for assigning grades 0 to 3 over 5. Hand held dynamometers give objective and quantifiable values. They are easy to use however the procedures, the positioning of the limb segment without or with the influence of the gravity, the stabilization or not of the joint, the experience of the clinician are responsible for a important errors of measurement which it is necessary to take into account in the follow-up of the programs of muscular training. The isokinetic testing machines are considered as golden standard, they offer a good stabilization of the patient, accurate end repeatable measurement and no examiner bias. Their clinical uses are limited due the lack of portability and the time required doing the measurements. All of these methods need an optimal level of the child participation and a good motor control. The spasticity and the contractures may interfere in the quality of the measurement. In the rehabilitation filed even if the strength improvement is important to reduce the disability, activity-based intervention are also necessary for reducing activity limitation in children with cerebral palsy.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dynamomètre, Enfant, Évaluation, Force musculaire, Infirme moteur cérébral, Isocinétisme

Keywords : Cerebral palsy, Child, Evaluation, Muscle strength, Dynamometry, Isokinetic


Plan


© 2012  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 4

P. 155-160 - décembre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quand le vieillissement se mêle au handicap : un exemple de prise en charge en médecine générale
  • S. Garrel-Luya
| Article suivant Article suivant
  • Dossier médical informatisé spécialisé pour l’appareil locomoteur dans le handicap moteur
  • J. Leroux, P.-H. Vivier, M. Ould Slimane, E. Foulongne, S. Abu-Amara, J. Lechevallier, J.-P. Flambart, J. Bredin, J. Griffet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.