Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quand peut-on évoquer et comment traiter une parasitose intestinale en France ? - 08/01/13

Doi : 10.1016/j.lpm.2012.10.009 
Olivier Bouchaud
AP–HP, université Paris 13, hôpital Avicenne, service des maladies infectieuses et tropicales, 93009 Bobigny, France 

Olivier Bouchaud, Hôpital Avicenne, service des maladies infectieuses et tropicales, 125, rue de Stalingrad, 93009 Bobigny, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Key points

In a compatible context, hypereosinophilia is suggestive of helminthosis. When the count is higher than 1000/mm3, a primo-invasion syndroma may be considered, especially if allergic signs are present. Below that level, the helminthosis is probably at the adult stage (chronic phase).

In a chronic diarrhoea occurring after a journey abroad, “emerging” protozoa (crypto-microsporidia, Isospora, Cyclospora…) are possibly in cause. A presumptive treatment may be considered.

A systematic screening for schistosomiasis (serology and stool examination) is recommended in travellers exposed to the risk (contacts with fresh water) and in immigrant from endemic areas (mainly sub-Saharan Africa) since the disease may be asymptomatic.

In young children living communally, two courses at 15 days interval against giardiosis or enterobiasis are recommended for both infected and contact persons.

In order to avoid disseminated strongyloidiasis, severe and possibly lethal, a systematic course of ivermectine is strongly recommended before any immunosuppressive treatment in patients having stayed in tropical areas even for a short period and even decades ago.

Albendazole became the reference drug for intestinal helminthiasis with in addition a good efficacy on giardiasis. Since some intestinal parasites are not pathogenic, a treatment is not necessarily required when a parasite is found in a stool examination.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Points essentiels

Dans un contexte compatible, l’hyperéosinophilie est très évocatrice d’une infection par helminthes. Si elle est franchement supérieure à 1000/mm3, cela évoque une primo-invasion (primo-infection) surtout si des signes « allergiques » sont présents. À l’inverse, au-dessous de ce seuil, il s’agit plutôt d’une helminthose au stade d’état.

Dans une diarrhée chronique au retour de voyage, il faut penser aux protozoaires « émergents » et il faut considérer l’intérêt d’un traitement présomptif.

La schistosomose (bilharziose) digestive (S. mansoni et japonicum) pouvant passer inaperçue avec constitution de lésions hépatiques à bas bruit, le dépistage systématique chez le voyageur exposé (bains en eau douce) et le migrant africain est souhaitable (EPS et surtout sérologie).

Chez le jeune enfant en collectivité, un traitement efficace de la giardiose et de l’oxyurose impose 2 cures à 15jours d’intervalle et surtout un traitement de tous les sujets contacts.

Pour éviter l’anguillulose disséminée (maligne), possiblement mortelle, penser à une cure d’ivermectine systématique avant un traitement immunosuppresseur chez tout patient ayant séjourné en zone d’endémie, même plusieurs décennies auparavant.

L’albendazole est devenu l’antiparasitaire de référence pour toutes les helminthes intestinales avec par ailleurs une efficacité sur les giardia.

Tout parasite trouvé dans les selles ne nécessite pas forcément un traitement (parasites non pathogènes).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 42 - N° 1

P. 84-92 - janvier 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pourquoi faut-il éviter l’antibiothérapie dans la diarrhée aiguë présumée infectieuse ?
  • Agnès Lefort
| Article suivant Article suivant
  • Infections intestinales aiguës : vaccins actuels et futurs
  • Paul Erlich, Philippe J. Sansonetti

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.