Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude contextuelle des accidents ophtalmologiques par pistolets Airsoft - 18/03/13

Doi : 10.1016/j.jfo.2012.01.012 
C. Rambaud , A. Tabary, G. Contraires, F. El Hassan, P. Labalette
Service d’ophtalmologie, hôpital Huriez, centre hospitalier régional et universitaire de Lille, 1, place de Verdun, 59037 Lille cedex, France 

Auteur correspondant. 46, rue du Docteur-Legay, 59110 La Madeleine, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les pistolets Airsoft sont devenus d’utilisation courante en France depuis que le décret du 24 mars 1999 autorise les personnes majeures à utiliser une arme d’une énergie inférieure à 2J. L’objectif de ce travail était de rechercher le lien entre le contexte de survenue des accidents ophtalmologiques par billes de pistolets Airsoft et les conséquences cliniques observées, pour en déduire les éléments efficaces de prévention.

Méthodes

Analyse rétrospective de cas de patients victimes d’accidents ophtalmologiques liés à un traumatisme par bille de pistolet Airsoft entre septembre 2009 et août 2010 dans deux centres hospitaliers du Nord de la France.

Résultats

Six patients dont l’âge moyen est de 12,6±3,2ans ont été inclus. Les lésions les plus fréquemment rencontrées sont l’ulcère de cornée, l’hyphéma et le traumatisme irien. Des séquelles fonctionnelles existent dans la moitié des cas et un acte chirurgical a été nécessaire dans un tiers des cas. Le tir est direct dans tous les cas. Dans 83 % des cas, l’accident a eu lieu en jouant dans ou autour de la maison. Une fois sur deux, l’arme a été gagnée dans un stand de foire ou achetée en boutique généraliste, et dans aucun de ces cas, les patients ne possédaient de lunettes de protection.

Conclusion

Le fort attrait que représente l’Airsoft pour les mineurs nous « incite » à proposer plusieurs mesures pratiques pour améliorer leur protection, la principale étant l’interdiction de mise en vente de ces pistolets en dehors des magasins spécialisés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Airsoft guns have become more common in France since the Decree of March 24, 1999, allowing people over 18 years of age to use weapons with an energy level below 2J. The present study aimed to assess the relationship between the context of Airsoft gun pellet related ocular injuries and their clinical consequences, in order to determine an effective prevention strategy.

Methods

A retrospective analysis of ocular injuries due to Airsoft gun pellets was conducted in two hospitals in northern France between September 2009 and August 2010.

Results

Six patients with a mean age of 12.6±3.2 years were included. The most frequent injuries were corneal abrasion, hyphema and iris trauma. Functional sequelae were observed in 50% of cases and surgical intervention was necessary in one third of cases. A direct shot had occurred in all cases. In 83% of cases, the accident took place while playing in or around the house. In one out of every two cases, the gun had been won at a booth in a fair or had been purchased in a big-box store and in no cases did the patients own safety glasses.

Conclusion

The strong appeal of Airsoft guns to minors leads us to propose several practical measures to help protect them, with the main one being to forbid selling these guns outside of specialized stores.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Airsoft, Pistolet, Arme, Oculaire, Œil, Traumatisme, Accident, Contexte, Lunettes de protection, Mineurs

Keywords : Airsoft, Gun, Ocular, Eye, Ocular injuries, Trauma, Accident, Context, Safety glasses, Children, Minors


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 3

P. 236-241 - mars 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’autogreffe conjonctivo-limbique versus l’exérèse simple avec mitomycine C dans la chirurgie du ptérygion : étude comparative
  • I. Malek, I. Zghal, A. Chebbi, Z. Lajili, C. Boujemaa, L. Nacef, H. Bouguila, S. Saida Ayed
| Article suivant Article suivant
  • Efficacité et tolérance de la toxine botulique dans l’hémispasme facial
  • H. Mazlout, H. Kamoun Gargouri, W. Triki, S. Kéfi, J. Brour, M.A. El Afrit, M. Chéour, A. Kraiem

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.