Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intravitreal injection of anti-VEGF and diagnosis of primary intraocular central nervous system lymphoma - 21/05/13

Doi : 10.1016/j.jfo.2012.11.005 
J. Gambrelle a, , G. Missotten b, S. Delhoum a, L. Desjardins c
a Service d’ophtalmologie, CHU de Brest, 2, avenue Foch, 29609 Brest, France 
b Service d’ophtalmologie, université Catholique de Louvain, place de l’Université, 1, bte L0.01.08, 1348, Louvain-la-Neuve, Belgium 
c Service d’ophtalmologie, institut Curie, 26, rue d’Ulm, 75005 Paris, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

We report a case of primary intraocular central nervous system (CNS) lymphoma in a patient previously treated with intravitreal anti-vascular endothelial growth factor (VEGF) injections for age-related macular degeneration (AMD). An 88-year-old woman, with past medical history significant for bilateral age-related macular degeneration (AMD) treated with intravitreal ranibizumab injections for 1year, was referred to our department for bilateral vitritis diagnosed 10days after the last anti-VEGF injection. A complete uveitis work-up including aqueous humour analysis, brain MRI and vitreous biopsy enabled us to confirm the diagnosis of primary intraocular CNS lymphoma. To the best of our knowledge, this is the first report of the diagnosis of primary intraocular CNS lymphoma in a patient treated with anti-VEGF for AMD. The differential diagnosis of vitritis in elderly patients is relatively broad. Endophthalmitis and uveitis have been described after anti-VEGF injections. In such a situation, there is actually a risk of missing the diagnosis of intraocular lymphoma in the mistaken belief that the observed vitritis may be a reaction to administered anti-VEGFs. If no direct time-relationship with the anti-VEGF injections can be found, a classic vitritis work-up should be performed. Our observation suggests that ranibizumab, at the dosage used for AMD, does not impede the spread of CNS lymphoma in the eye nor interfere with cytological diagnosis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Nous rapportons un cas de lymphome oculocérébral (LOC) survenu chez un patient traité par injection intravitréenne (IVT) d’anti-Vascular Endothelial Growth Factor (VEGF) pour une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Une femme âgée de 88ans, aux antécédents marqués par une DMLA bilatérale traitée par IVTs de ranibizumab depuis un an nous a été adressée pour une hyalite bilatérale diagnostiquée dix jours après la dernière IVT d’anti-VEGF. Un bilan d’uvéite complet, incluant une analyse de l’humeur aqueuse, une IRM cérébrale et un examen cytologique sur biopsie du vitrée, nous a permis de confirmer le diagnostic de LOC. À notre connaissance, il s’agit de la première observation rapportant le diagnostic de LOC chez un patient traité par anti-VEGF pour la DMLA. Les diagnostics à évoquer devant une hyalite chez la personne âgée sont relativement nombreux. Endophtalmies et uvéites ont été rapportées après injections d’anti-VEGF. Dans cette situation, il existe un risque réel de méconnaître le diagnostic de LOC en pensant à tort que l’hyalite est réactionnelle à l’IVT d’anti-VEGF. Si aucune relation de cause à effet évidente entre l’injection d’anti-VEGF et la hyalite ne peut être démontrée, un bilan d’uvéite classique doit être effectué. Notre observation montre que le ranibizumab, aux doses utilisées dans la DMLA, n’empêche ni la dissémination intraoculaire du LOC ni son diagnostic cytologique sur la biopsie du vitré.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Primary intraocular central nervous system lymphoma, Ranibizumab, Vitreous biopsy

Mots clés : Lymphome oculocérébral, Ranibizumab, Biopsie du vitré


Plan


 This study has been presented at the 116th meeting of the French Ophthalmology Society in May 2010 and at the EVER 2010 Congress (Creta, Greece) in October 2010.


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 5

P. 431-434 - mai 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Particularités de l’eiconomètre électronique pour l’exploration fonctionnelle binoculaire
  • C. Bourdy
| Article suivant Article suivant
  • Mycétome orbitaire : à propos d’un cas
  • N.N. Gueye, S.M. Seck, Y. Diop, M.N. Ndiaye Sow, G. Agboton, M. Diakhaté, M. Dieng, M.T. Dieng

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.