Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intérêt du DAT-scan pour le diagnostic étiologique des hallucinations chez la personne âgée : une étude comparative - 22/05/13

Doi : 10.1016/j.npg.2012.10.006 
P. Thomas a, , d , A. Prado-Jean a, b, J.-P. Clément a, d, P. Couratier a, b, J. Monteil c
a CMRR – centre de mémoire et de recherche du Limousin, université de Limoges, 15, rue du Dr-Marcland, 87000 Limoges, France 
b Institut d’épidémiologie et de neurologie tropicale, université de Limoges, 87000 Limoges, France 
c Médecine nucléaire, université de Limoges, 87000 Limoges, France 
d Centre Jean-Marie-Léger, centre hospitalier Esquirol, 87000 Limoges, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les hallucinations ont une origine complexe chez les personnes âgées et parfois les causes n’en sont pas claires. La dépression sévère, les effets secondaires des médicaments, les symptômes comportementaux et psychologiques de démence, la maladie à corps de Lewy et la psychose peuvent être responsables et se chevaucher. Le DAT-scan a été utilisé dans cette étude pour obtenir un diagnostic médical précis dans 78 cas de personnes de plus de 65ans présentant des hallucinations visuelles. Le protocole a été approuvé par le Comité d’éthique régional. Soixante-dix-huit personnes, avec des hallucinations visuelles, ont été recrutées après leur acception formelle pour joindre l’étude. Une évaluation médicale, incluant la recherche de dépression, les effets secondaires des médicaments, un syndrome parkinsonien et des antécédents de chute, a été effectuée. Le DAT-scan était réalisé dans le département de médecine nucléaire avec mesure semi-quantitative de la synthèse de dopamine. Dix-neuf patients, avec maladie de Parkinson mais sans troubles cognitifs ou hallucinations, ont bénéficié d’un DAT-scan pour évaluer un tremblement et leurs résultats ont été comparés avec ceux de patients ayant une maladie à corps de Lewy. Trente-trois patients, avec une maladie à corps de Lewy, avaient une synthèse de dopamine réduite dans le striatum. Le DAT-scan ne permettait pas de faire la différence entre la maladie à corps de Lewy et la maladie de Parkinson. Le DAT-scan, dans ces deux cas, montrait une activité dopaminergique des noyaux gris moindre que chez les patients déprimés, qu’ils aient ou non des troubles cognitifs, ou dans la psychose, même en présence d’un syndrome parkinsonien secondaire à un traitement antipsychotique. En conclusion, dans certains cas difficiles de personnes ayant des hallucinations, le DAT-scan peut être utile pour faire le diagnostic entre maladie à corps de Lewy et d’autres pathologies psychiatriques. Le seuil de trois pour le ratio striatum/cervelet est celui qui permet la meilleure discrimination entre présence et absence de dénervation dopaminergique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Hallucinations are a complex tableau in the elderly, and sometime causes are not clear. Severe depression, drug side effects, behavioural and psychological symptoms of dementia, Lewy body disease and psychosis can be responsible, and sometimes overlap. A DAT-scan was used in this study to obtain a precise medical diagnosis in 78 cases of patients aged over 65 with visual hallucinations. The protocol was approved by the regional ethical committee. Seventy-eight elderly patients with visual hallucinations were recruited after their formal acceptation to participate. A medical assessment, including research for depression, drug side effects, parkinsonism and antecedent of falls, was performed. The DAT-scan was conducted in the department of nuclear medicine with a semi-quantitative measurement of the dopamine synthesis in the striatum. Nineteen patients with Parkinson’s disease but without cognitive disorders or hallucinations had a DAT-scan in order to assess a tremor, and their results were compared with those of patients with Lewy body disease. Thirty-three patients with Lewy bodies had a reduced dopamine synthesis in the striatum. The DAT-scan does not discriminate between Lewy body disease and Parkinson’s disease. The DAT-scan for all of them showed a lower activity than for depressed patients, with or without cognitive disorders, or with psychosis, even if a parkinsonism due to a side effect of antipsychotic drugs was present. In conclusion, in certain difficult cases of patients having hallucinations, the DAT-scan can be helpful in making the diagnosis between Lewy body disease and other psychiatric disorders. The threshold of three for the ratio of striatum/cerebellum is the one that allows the best discrimination between presence and absence of dopaminergic denervation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : DAT-scan, Imagerie, Démence, Dépression, Maladie à corps de Lewy, Maladie de Parkinson, Hallucinations

Keywords : DAT-scan, Dementia, Depression, Lewy body dementia, Parkinson’s disease, Hallucinations


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 75

P. 145-151 - juin 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Présentation de l’auto-questionnaire de prévention des incidents en vol et en voyage pour les seniors
  • G. Haicault de la Regontais
| Article suivant Article suivant
  • Rôle et importance de la physiothérapie en gériatrie
  • I. Nadeau, J. Brual

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.