Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Principes d'action et indications de la toxine botulique dans le traitement de l'hyperactivité vésicale chez l'adulte - 21/06/13

[18-207-F-30]  - Doi : 10.1016/S1762-0953(13)60352-0 
R. Caremel a, b,  : MD, P. Grise a : MD, J. Corcos b : MD
a Service d'urologie, Hôpital Charles-Nicolle, Centre hospitalier universitaire de Rouen, 1, rue de Germont, 76000 Rouen, France 
b Department of urology, McGill University, Montréal, Québec, Canada 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 6
Vidéos 0
Autres 4

Résumé

Depuis la première publication de l'usage de la toxine botulique en urologie en 1988 dans le traitement de la dyssynergie vésicosphinctérienne par injection intrasphinctérienne, son application dans le muscle lisse vésical a été rapportée pour la première fois en 2000 par Schurch et al. dans le traitement de l'hyperactivité vésicale (HAV) neurogène résistant aux anticholinergiques (Ach) chez le patient blessé médullaire aux autosondages. La toxine botulique de type A, la plus largement répandue en thérapeutique, est celle utilisé en urologie. Elle provient de deux souches différentes commercialisées sous les noms de : onabotulinum toxin A (onaBTA) ou Botox® et d'abobotulinum toxin A (aboBTA) ou Dysport®. Seule l'onaBTA (Botox®) a obtenu l'autorisation de mise sur le marché (AMM) en France en juin 2011 dans le traitement de l'HAV neurogène après échec des Ach. Son mécanisme d'action reste encore incertain dans le muscle lisse vésical mais plusieurs études semblent démontrer une action à la fois sur les voies afférente et efférente du réflexe mictionnel. Plus récemment, ses résultats dans le traitement de l'HAV idiopathique permettent d'envisager dans un futur proche une probable AMM dans cette indication. Il reste à définir, dans cette indication, la dose qui présenterait le meilleur ratio bénéfice-risque.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Toxine botulique A, Hyperactivité vésicale neurogène, Hyperactivité vésicale idiopathique, Incontinence urinaire


Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Vessies neurologiques de l'enfant : approches diagnostique et thérapeutique
  • A. Faure, G. Hery, M. Haddad, T. Merrot, J.-M. Guys
| Article suivant Article suivant
  • Complexe exstrophie épispade (CEE)
  • P. Mouriquand, I. Vidal

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.