Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le trastuzumab dans le traitement adjuvant du cancer du sein - 25/06/13

Doi : 10.1016/j.lpm.2013.01.054 
Nabil Ismaili 1, , Sanaa Elmajjaoui 2, Ali Tahri 3, Noureddine Benjaafar 2, Hassan Errihani 1, Rhizlane Belbaraka 1
1 University Hospital Mohammed VI, Cadi Ayyad University, Faculty of Medicine, Oncology Center, Medical Oncology, Marrakech, Maroc 
2 CHU Ibn-Sina, National Institute of oncology, Radiotherapy, Rabat, Maroc 
3 Clinique spécialisée Menara, Marrakech, Maroc 

Nabil Ismaili, University Hospital Mohammed VI, Cadi Ayyad University, Faculty of Medicine, Oncology Center, Medical Oncology, Marrakech, Maroc.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 12
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Background

The HER2 gene or c-erb B2 or neu is amplified in 15–25% of breast cancers. This amplification is associated with an aggressive course of disease. The trastuzumab is a monoclonal antibody targeting the extracellular domain of HER2. This is the first targeted molecule designed to treat breast cancer. In the firstline metastatic disease, trastuzumab in combination with chemotherapy significantly improved survival of patients with HER2-positive disease. In the adjuvant setting, trastuzumab has been evaluated in several randomized trials.

Objective

The purpose of this literature review is to evaluate the efficacy and safety of Trastuzumab in the adjuvant treatment of HER2-positive breast cancer.

Methods

A search of articles published in English literature, between 1987 (date of establishment of prognostic value of HER2) and November 2012, was conducted on Medline and in the database of the main international congress using the following terms: “breast cancer”, “HER2-positive”, “adjuvant therapy” and “Trastuzumab”.

Results

We identified seven randomized phase 3 trial evaluating trastuzumab in the adjuvant treatment of HER2-positive. The trastuzumab was administered weekly or every 3weeks. Its administration with concomitant taxane chemotherapy and with concurrent radiotherapy was preferred. Four randomized trials have clearly confirmed the benefit of trastuzumab, two positive in overall survival (OS) and progression free survival (PFS), and two positive in PFS. The duration of trastuzumab for 1year was the most effective. The trastuzumab was well tolerated. The most significant toxicity, associated with trastuzumab, was cardiac toxicity. However, it is found in only 5% or less of cases, and it is severe in only 2% or less of cases, and most patients recovered their cardiac function by medical treatment alone.

Conclusion

In the contemporary medical literature, several strong arguments confirm the benefit in survival of trastuzumab administered concomitantly with a taxane-based chemotherapy and with concurrent radiotherapy, and for a period of 1year. Trastuzumab was well tolerated. Only 2% or less of patients experienced a serious cardiac toxicity, but it was reversible in most of the time.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Contexte

Le gène HER2 ou c-erb B2 ou neu est amplifié dans 15 à 25 % des cancers du sein. Cette amplification est associée à une évolution agressive de la maladie. Le trastuzumab est un anticorps monoclonal ciblant le domaine extracellulaire de la protéine HER2. C’est la première molécule ciblée conçue pour le traitement du cancer du sein. En première ligne métastatique, le trastuzumab en association avec la chimiothérapie a amélioré significativement la survie des patientes porteuses d’un cancer du sein HER2-positif. En adjuvant, le trastuzumab a été testé dans plusieurs essais randomisés.

Objectif

Le but de cette revue systématique est d’évaluer l’efficacité et la tolérance du trastuzumab dans le traitement adjuvant du cancer du sein HER2-positif.

Sources documentaires

Une recherche des essais randomisés de phase 3 publiés en langue anglaise évaluant le trastuzumab dans le traitement adjuvant du cancer du sein HER2-positif, entre 1987 (date de l’établissement de la valeur pronostique du récepteur HER2) et novembre 2012, est faite sur MedLine et sur la base de données des principaux congrès internationaux, en utilisant les termes suivants : « cancer du sein », « HER2-positif », « traitement adjuvant » et « Trastuzumab ».

Résultats

Nous avons identifié sept essais randomisés de phase 3 évaluant le trastuzumab dans le traitement adjuvant du cancer du sein HER2-positif. Six essais ont comparé le traitement adjuvant à base de trastuzumab à un traitement sans trastuzumab, et deux essais ont évalué la durée optimale du trastuzumab. Le trastuzumab est administré en hebdomadaire ou toutes les trois semaines. Son administration en concomitant avec la chimiothérapie à base de taxanes et en concomitant avec la radiothérapie est préférable. Quatre essais randomisés ont confirmé clairement le bénéfice du trastuzumab, deux positifs en survie sans progression (SSP) et en survie globale (SG) et deux positifs en SSP. La durée optimale du trastuzumab est d’une année. Le trastuzumab est bien toléré. La toxicité la plus importante liée au trastuzumab est la toxicité cardiaque. Cependant, elle n’est retrouvée que dans 5 % ou moins des cas, et elle n’est grave que dans 2 % ou moins des cas, et la majorité des patientes ont pu récupérer leur fonction cardiaque par le seul traitement médicale.

Conclusion

Dans la littérature médicale contemporaine, plusieurs arguments forts confirment le bénéfice clair en survie du trastuzumab en adjuvant, administré en concomitant avec une chimiothérapie à base de taxanes et en concomitant avec la radiothérapie, et pendant une durée d’une année. Le trastuzumab est bien toléré. Seulement 2 % ou moins des patientes ont présenté une toxicité cardiaque grave, mais réversible dans la plupart du temps.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 42 - N° 7-8

P. 1069-1080 - juillet 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Connaissance du coût des prescriptions aux urgences : enquête multicentrique auprès des prescripteurs
  • Romain Hernu, Martin Cour, Geneviève Causse, Dominique Robert, Laurent Argaud
| Article suivant Article suivant
  • Reflux gastro-œsophagien : comment progresser au-delà des inhibiteurs de la pompe à protons ?
  • Mireille Simon, Frank Zerbib

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.